Nouvelle station au gaz naturel GNV de La Tronche : une inauguration… en grande pompe

sep article



 

FIL INFO – Gaz électricité de Grenoble (GEG) a inauguré, jeudi 19 septembre, la première station GNV (gaz naturel véhicule) accessible aux poids-lourds de la l’agglomération grenobloise. Située sur le territoire de La Tronche, la station se fixe pour objectif d’accueillir 100 visiteurs par jour et de distribuer 1 000 tonnes de gaz par an dans les années à venir.

 

 

Le pré­sident de la Métro Christophe Ferrari, le maire de Grenoble Éric Piolle, le pré­sident du SMTC Yann Mongaburu, le maire de La Tronche Bertrand Spindler, le vice-pré­sident du Département Jean-Claude Peyrin… Il y avait du beau monde jeudi 19 sep­tembre pour inau­gu­rer « la pre­mière sta­tion GNV [gaz natu­rel véhi­cule, ndlr] publique acces­sible aux poids lourds dans l’agglomération gre­no­bloise ». Une sta­tion construite par GEG sur le ter­ri­toire de La Tronche.

 

Éric Piolle, Bertrand Spindler, Yann Mongaburu, Christophe Ferrari, Vincent Fristot, Jean-Claude Peyrin... Grande photo de “famille” pour l'inauguration de la station GNV de La Tronche. © GEG - Bruno Lavit

Éric Piolle, Bertrand Spindler, Yann Mongaburu, Christophe Ferrari, Vincent Fristot, Jean-Claude Peyrin… Grande photo de “famille” pour l’i­nau­gu­ra­tion de la sta­tion GNV de La Tronche. © GEG – Bruno Lavit

 

La sta­tion GNV de La Tronche n’est tou­te­fois pas la pre­mière sur le bas­sin gre­no­blois. Grenoble en compte ainsi deux : l’une réser­vée aux par­ti­cu­liers et l’autre aux pro­fes­sion­nels de la Ville et de GEG. Quant à la sta­tion GNV de Sassenage, elle sert au ravi­taille­ment en gaz des bus de la Tag. Outre son acces­si­bi­lité aux poids-lourds, la sta­tion de La Tronche est donc la deuxième sta­tion acces­sible au grand public de l’ag­glo­mé­ra­tion.

 

 

Objectif fixé à 100 véhicules par jour dans les années à venir

 

La nou­velle sta­tion de La Tronche pro­pose du GNC (Gaz natu­rel com­primé) mais aussi du BioGNC, insiste GEG. Un gaz bio qui « pro­vient de l’épuration et de l’injection de bio­mé­thane issu des boues de la sta­tion d’épuration de l’agglomération gre­no­bloise Aquapole ». Objectifs de la sta­tion ? « Une fré­quen­ta­tion proche des 100 véhi­cules par jour et la vente de 1 000 tonnes de GNC/an » pour les années à venir.

 

La station GNV de La Tronche © GEG - Bruno Lavit

La sta­tion GNV de La Tronche © GEG – Bruno Lavit

 

« Le GNV (…) est une alter­na­tive au pétrole et per­met de dimi­nuer for­te­ment l’impact des trans­ports sur les ter­ri­toires en rédui­sant les émis­sions de gaz à effets de serre (CO2) et la pol­lu­tion locale », vante GEG. Et la société gre­no­bloise de rap­pe­ler son choix « de se posi­tion­ner sur cette filière pour accom­pa­gner les col­lec­ti­vi­tés, les entre­prises, les com­mer­çants et aujourd’hui les trans­por­teurs dans leur pro­jet de mobi­lité au gaz natu­rel ».

 

Les bien­faits du GNV, chif­frés par GEG ? Une réduc­tion de 95 % de par­ti­cules fines, de 80 % de gaz à effet de serre (avec le BioGNC) et de 50 % des oxydes d’a­zote (NOx). Mais aussi de 50 % des nui­sances sonores et de 20 % du coût d’a­chat de car­bu­rant. Reste à conver­tir par­ti­cu­liers et pro­fes­sion­nels au GNV. Selon les der­niers chiffres de l’AFGNV, 20 000 véhi­cules en France roulent actuel­le­ment au gaz. Dont envi­ron 3 200 poids-lourds.

 

Florent Mathieu

 

Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
3163 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. Le GNV n’a rien d’é­co­lo­gique. Un moteur gaz émet plus de par­ti­cules fines et de NOx qu’un die­sel de camion équipé d’un FAP et d’un sys­tème SCR pour éli­mi­ner les NOx.

    Le seul inté­rêt pour le STMC d’a­voir des bus rou­lant au gaz, c’est qu’ils sont moins chers à l’a­chat et à l’en­tre­tien que les bus die­sel récents à cause des sys­tèmes de dépol­lu­tion jus­te­ment.

    L’idéal d’un point de vue envi­ron­ne­men­tal serait bien-sûr de géné­ra­li­ser le tram dans toute l’ag­glo­mé­ra­tion.

    sep article