Fermetures de guichets : l’opposition socialiste accuse Laurent Wauquiez de plier devant la SNCF en dépit du moratoire

sep article



 

FIL INFO — Un moratoire qui n’en est pas un ? À travers la voix de son président Jean-François Debat, le groupe d’opposition Socialiste et démocrate de la Région Auvergne-Rhône-Alpes éreinte le moratoire signé entre la Région et la SNCF sur les fermetures de guichets de gare. Pour les socialistes, le texte prochainement soumis au vote n’empêche en rien les fermetures… et fait payer à la collectivité les mesures de remplacement.

 

 

Le mora­toire sur les fer­me­tures de gui­chets de gare en Auvergne-Rhône-Alpes, une vic­toire de la Région ? Pas vrai­ment, répond le groupe d’op­po­si­tion régio­nal Socialiste et démo­crate. Dans un com­mu­ni­qué en date du 12 sep­tembre, deux mois après la signa­ture du fameux mora­toire, le pré­sident du groupe Jean-François Debat estime que « Laurent Wauquiez n’a rien obtenu, mais [que] la Région va payer quand même ».

 

Jean-François Debat, aux côtés de Dominique Roux. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-François Debat, aux côtés de Dominique Roux. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Loin des coups de men­ton et des décla­ra­tions péremp­toires après la signa­ture du mora­toire, le pré­sident de région s’est mon­tré en vérité impuis­sant face à la SNCF », assène sans ména­ge­ment Jean-François Debat. Et pour cause : aux yeux du maire socia­liste de Bourg-en-Bresse, « la SNCF ne s’est enga­gée à rien (…) et c’est la Région qui paiera les mesures com­pen­sa­toires pour les usa­gers », en cas de nou­velles fer­me­tures.

 

 

La Région « légitime les fermetures de guichets », accusent les socialistes

 

C’est à la lec­ture du rap­port sur le mora­toire que le groupe d’op­po­si­tion a déchanté. Selon les socia­listes, le texte qui sera sou­mis au vote le 19 sep­tembre « légi­time la fer­me­ture des gares et des gui­chets ». La phrase qui fait polé­mique ? « La Région admet que le modèle éco­no­mique du point de vente en gare connaît des pro­blèmes de via­bi­lité ». « Une vision stric­te­ment comp­table et libé­rale du ser­vice public », déplore Jean-François Debat.

 

Le conseil régional doit adopter le moratoire signé avec la SNCF lors de sa séance du 19 septembre © Conseil régional Rhône-Alpes

Le conseil régio­nal doit adop­ter le mora­toire signé avec la SNCF lors de sa séance du 19 sep­tembre 2019. © Conseil régio­nal Rhône-Alpes

 

Autre élé­ment de dis­corde ? « La Région va finan­cer elle-même les mesures pal­lia­tives à la fer­me­ture des gares ». Est men­tion­née ainsi l’ins­tal­la­tion de bornes auprès de com­merces locaux en cas de fer­me­ture de gui­chets… le tout sur les fonds de la Région. « En clair, le conseil régio­nal va finan­cer le retrait d’un ser­vice public, alors que la moindre des cohé­rences aurait été d’im­po­ser à la SNCF de payer ces mesures », ragent les élus d’op­po­si­tion.

 

Une dis­po­si­tion déjà sous-enten­due en juillet 2019. Le mora­toire sti­pu­lait en effet que la SNCF s’en­ga­geait à « ne pas fer­mer un point de vente (…) tant qu’un dis­po­si­tif alter­na­tif effi­cace n[e serait] pas pro­posé en sub­sti­tu­tion ». Tandis que la Région se fixait pour tâche de trou­ver des solu­tions alter­na­tives, « avec un contact humain par­tout où cela sera[it] néces­saire ». Sans s’op­po­ser, dès lors, au prin­cipe de fer­me­ture de gui­chets dans les petits gares du ter­ri­toire.

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2344 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.