Les AESH de l’Isère (de nouveau) devant le rectorat pour dénoncer des conditions de rentrée « anarchiques »

Les AESH de l’Isère (de nouveau) devant le rectorat pour dénoncer des conditions de rentrée « anarchiques »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS — Les accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) étaient de nouveau devant le rectorat de Grenoble, mercredi 4 septembre. Motif de leur colère ? Les conditions jugées « anarchiques » de la rentrée scolaire, certaines personnes

ayant notamment reçu pour consigne de commencer le travail sans contrat en bonne et due forme.

 

 

« On est le 4 sep­tembre, on est plus avan­cés qu’au 2 et moins qu’au 6. » La for­mule lan­cée par le direc­teur de cabi­net de la rec­trice de Grenoble fait bon­dir quelques-uns des AESH pré­sents. Ce mer­credi 4 sep­tembre, Aymeric Meiss allait en effet à la ren­contre d’une ving­taine d’ac­com­pa­gnants des élèves en situa­tion de han­di­cap réunis devant le rec­to­rat de Grenoble pour pro­tes­ter contre leurs condi­tions de ren­trée. Sans vrai­ment par­ve­nir à les convaincre que les choses avançaient.

 

Si la colère est réelle, le rassemblement est pour sa part pour le moins intimiste. © Florent Mathieu - Place Gre'neta

Si la colère est réelle, le ras­sem­ble­ment était pour sa part res­treint. © Florent Mathieu – Place Gre’neta

 

Les rai­sons de la colère ? Si cer­tains AESH ont pu faire leur ren­trée sans pro­blèmes majeurs, d’autres ignorent encore leur éta­blis­se­ment d’af­fec­ta­tion offi­cielle ou le nom des enfants dont ils auront la charge. Et n’ont, par ailleurs, tou­jours pas de contrat de tra­vail. Combien de per­sonnes concer­nées ? Aucun chiffre n’est dis­po­nible, mais le syn­di­cat Solidaires évoque, pour sa seule struc­ture, une soixan­taine d’ap­pels depuis le début de la rentrée.

 

 

Travailler sans contrat de travail ?

 

La ques­tion du contrat de tra­vail cris­tal­lise toutes les ten­sions. « Nous avons beau­coup de col­lègues à qui on a demandé de tra­vailler sans que le contrat soit fait, ce qui est tota­le­ment hors-la-loi ! », dénonce Colas Perroud du col­lec­tif AVS AESH 38. Des accom­pa­gnants doivent même faire face à des consignes contra­dic­toires, cer­tains chefs d’é­ta­blis­se­ment refu­sant d’in­clure dans leur éta­blis­se­ment des per­son­nels sans contrat.

 

Aymeric Mess en plein échange avec Benjamin Moisset (à gauche) et Colas Perroud © Florent Mathieu - Place Gre'net

Aymeric Meiss en plein échange avec Benjamin Moisset (à gauche) et Colas Perroud © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Face aux mani­fes­tants, Aymeric Meiss est caté­go­rique. « Il n’y a aucune ambi­guïté : réfé­rez-vous à votre auto­rité hié­rar­chique. La réponse qui vous a été don­née est la bonne », explique-t-il aux mani­fes­tants. « On ne tra­vaille pas sans contrat de tra­vail ! », lui rétorque le syn­di­ca­liste Solidaires Benjamin Moisset. Légère irri­ta­tion de la part du direc­teur de cabi­net : « Monsieur, per­sonne ne vous dit ça ! »

 

Et pour­tant, le cour­riel reçu par une per­sonne AESH de la part du rec­to­rat est clair : « Vous ferez votre ren­trée dans le même éta­blis­se­ment dans l’at­tente de signer votre contrat et de rece­voir votre affec­ta­tion défi­ni­tive ». Les consignes de l’a­ca­dé­mie invitent donc bien les accom­pa­gnants à reprendre le tra­vail sans contrat en poche. « L’autorité hié­rar­chique qui a donné des élé­ments s’est basée très clai­re­ment sur le droit », assure en réponse Aymeric Meiss.

 

 

Un mouvement peu suivi par les AESH malgré leur colère en cette rentrée

 

Tâche dif­fi­cile pour le direc­teur de cabi­net que de dia­lo­guer avec les mani­fes­tants qui, à défaut d’être nom­breux, étaient par­ti­cu­liè­re­ment remon­tés. Ceci d’au­tant plus qu’à l’o­ri­gine Aymeric Meiss venait leur expli­quer que l’au­dience sol­li­ci­tée par les syn­di­cats n’au­rait pas lieu, mais qu’un « groupe de tra­vail » serait mis en place « très rapi­de­ment » pour répondre aux pro­blé­ma­tiques ren­con­trées par un cer­tain nombre de personnels.

 

Passablement désarçonnées, des AESH comparent et essayent de comprendre les informations qui leur sont délivrées. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Passablement désar­çon­nées, des AESH com­parent et essayent de com­prendre les infor­ma­tions qui leur sont déli­vrées. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pas de quoi ras­sé­ré­ner des AESH, qui évoquent une ren­trée « anar­chique ». « Toutes les années il y a des bugs mais, là, on atteint des som­mets ! », constate Anne. Cette AESH de l’Isère explique ainsi avoir reçu par mail sa convo­ca­tion de pré-ren­trée… le jour et l’heure où elle était cen­sée être sur place. Quant à Solange*, elle nous montre le seul docu­ment d’af­fec­ta­tion dont elle dis­pose : un post-it sur lequel sa pro­fes­seure réfé­rente a grif­fonné les noms des enfants.

 

« Chaque année on se sent un peu plus mépri­sées. De plus en plus d’AESH démis­sionnent et eux font croire à tout le monde qu’il n’y a pas de pro­blème », peste encore Françoise de son côté. Malgré la colère, la mani­fes­ta­tion du 4 sep­tembre a peu mobi­lisé. Le résul­tat d’un mou­ve­ment impro­visé à la der­nière minute, mais aussi d’une cer­taine fatigue morale, juge Colas Perroud. Le pro­chain ras­sem­ble­ment, prévu le 11 sep­tembre, aura-t-il plus de succès ?

 

Florent Mathieu

 

 

* Le pré­nom a été modifié.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

L'Isère parmi les départements mettant fin au port du masque dans les écoles à compter du 4 octobre
Collège : le Pack’Rentrée est de retour pour alléger les coûts de scolarité des familles iséroises

  FLASH INFO - Comme chaque année, le Département de l’Isère propose aux familles de collégiens un dispositif d’aide pour alléger leurs coûts de scolarité. Lire plus

La Région annonce une campagne massive de tests de dépistage Covid-19 avant les fêtes de fin d'année
Distribution de masques et caméras thermiques : le plan de rentrée de Laurent Wauquiez pour les lycéens et apprentis

  EN BREF – Laurent Wauquiez a présenté, ce vendredi 28 août à Lyon, son « plan sanitaire de rentrée » pour les lycées et Lire plus

Les parents réclament l’ouverture d’une cinquième classe à l’école Rivoire de la Dame à Sassenage pour éviter une surcharge des classes
Sassenage : des parents d’élèves se mobilisent contre la surcharge des classes à l’école Rivoire de la Dame

FIL INFO - À Sassenage, les parents d’élèves de l’école Rivoire de la Dame réclament l’ouverture d’une cinquième classe à la rentrée pour faire face Lire plus

Écoles privées musulmanes : après la première de métropole à Grenoble et celle d’Échirolles, bientôt une à Voiron ?

DÉCRYPTAGE – Pour le quatrième épisode de ce dossier sur l’Islam dans l’agglomération grenobloise, Place Gre'net s'est intéressé au domaine de l'éducation, avec les écoles Lire plus

UNE Rentrée des classes à Grenoble. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Rentrée scolaire à Grenoble : le dédoublement des classes fait des heureux… et des laissés pour compte

FOCUS - Douze écoles à Grenoble relevant de l'éducation prioritaire bénéficient, pour cette rentrée, de classes en CP et CE1 en petits effectifs, et donc Lire plus

Le Snes-FSU s’inquiète des sureffectifs et du manque de postes dans les collèges et lycées

FOCUS - La section académique du Snes-FSU, qui tenait ce jeudi 31 août sa réunion de rentrée à la Bourse du travail, s'inquiète de la Lire plus

Flash Info

|

27/11

10h31

|

|

26/11

19h48

|

|

26/11

11h47

|

|

25/11

18h43

|

|

25/11

12h10

|

|

25/11

10h26

|

|

25/11

8h00

|

|

25/11

1h23

|

|

23/11

19h30

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin