Actis confie la gestion de la résidence Le Moulin de Canel à l’association d’aide aux migrants Entraide Pierre Valdo

sep article

 

FIL INFO— Deuxième convention signée entre le bailleur social Actis et l’association Entraide Pierre Valdo. Après un conventionnement de gestion de l’Hôtel social Vercors en juin 2019, les deux partenaires se sont engagés dans la gestion du bâtiment Le Moulin de Canel.

 

 

Pour la deuxième fois en l’es­pace de quelques mois, le bailleur social gre­no­blois Actis signe une conven­tion de ges­tion de rési­dence avec l’as­so­cia­tion Entraide Pierre Valdo. En juin 2019, les deux par­te­naires signaient en effet une pre­mière conven­tion pour la ges­tion de l’Hôtel social Vercors, rue du Vercors à Grenoble. Avant d’en signer une deuxième le mardi 20 août, cette fois pour la ges­tion de la rési­dence gre­no­bloise Le Moulin de Canel, rue Denfert-Rochereau.

 

Signature de convention entre Walter Monnet, directeur général de l’association Entraide Pierre Valdo, et Stéphane Duport-Rosand, directeur général d’Actis © Actis

Signature de conven­tion entre Walter Monnet, direc­teur géné­ral de l’association Entraide Pierre Valdo, et Stéphane Duport-Rosand, direc­teur géné­ral d’Actis. © Actis

 

La voca­tion sociale et la ges­tion asso­cia­tive du Moulin de Canel ne sont pas nou­velles : l’im­meuble était jus­qu’ici géré par l’as­so­cia­tion Un toit pour tous, contrainte pour des rai­sons finan­cières de renon­cer à cette ges­tion. « Actis cher­chait un orga­nisme qui puisse pro­po­ser un pro­jet pour cette rési­dence à Grenoble », écrit le bailleur social pour expli­quer son choix de se tour­ner de nou­veau vers Entraide Pierre Valdo.

 

 

Accueil et accompagnement des demandeurs d’asile

 

Depuis une qua­ran­taine d’an­nées, l’as­so­cia­tion d’ins­pi­ra­tion pro­tes­tante Entraide Pierre Valdo (ancien­ne­ment Centre Pierre Valdo) œuvre à l’ac­cueil et à l’ac­com­pa­gne­ment des migrants, réfu­giés et deman­deurs d’a­sile.

 

Le Moulin de Canel à Grenoble © Jérôme Oddoux architecte

Le Moulin de Canel à Grenoble © Jérôme Oddoux archi­tecte

Elle gère à ce titre plu­sieurs centres d’ac­cueil ainsi que des struc­tures d’hé­ber­ge­ment dans les dépar­te­ments de la Loire, de la Haute-Loire, du Rhône, de l’Ardèche et du Vaucluse.

 

« L’association s’attache (…) à l’intégration des réfu­giés sta­tu­taires, l’accompagnement des per­sonnes en cours de pro­cé­dure de demande d’asile, l’inclusion sociale et pro­fes­sion­nelle de per­sonnes en situa­tion de grande dif­fi­culté, ainsi que l’enfance et la jeu­nesse », sou­ligne Actis. Qui rap­pelle que l’une de ses « mis­sions essen­tielles » est le déve­lop­pe­ment de « tout type d’habitat afin de répondre aux dif­fé­rents besoins des habi­tants et des ter­ri­toires ».

 

Florent Mathieu

 

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
3734 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Confier la ges­tion de loge­ments sociaux à une asso­cia­tion satel­lite de l’é­glise évan­gé­lique vau­doise, qu’est-ce qui pour­rait mal se pas­ser ? (sar­casme)

    Je ne vote­rai jamais pour Piolle, non parce qu’il est de gauche, mais à cause de sa conni­vence avec les bigots en tout genre (il se reven­dique lui-même « catho-huma­niste »).

    sep article