Caisse d'Allocations Familliales à Grenoble © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Lutte contre la fraude : la Caf de l’Isère va miser plus sur la pré­ven­tion que sur la sanction

Lutte contre la fraude : la Caf de l’Isère va miser plus sur la pré­ven­tion que sur la sanction

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – En cette fin d’année sco­laire, l’heure est au bilan pour la Caf de l’Isère. Du fait de la baisse de ses moyens et de l’intégration du droit à l’erreur admi­nis­tra­tive dans la loi, le pres­ta­taire social a dû revoir sa poli­tique de contrôle des fraudes. Et déve­lop­per d’importants dis­po­si­tifs de pré­ven­tion. L’objectif ? « Un bon cal­cul des droits des allo­ca­taires », pré­cise la direc­trice finan­cière, afin d’éviter des fraudes indésirées.

Caisse d'Allocations Familliales à Grenoble © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Caisse d’al­lo­ca­tions fami­liales à Grenoble. © Elodie Rummelhard – pla​ce​gre​net​.fr

Adoptée il y a moins d’un an, la loi Essoc* a cham­boulé la lutte contre la fraude : à la Caf, le cap est désor­mais tourné vers la pré­ven­tion plu­tôt que la sanction.

En effet, l’introduction d’un « droit à l’erreur de bonne foi » a poussé le pres­ta­taire à sen­si­bi­li­ser et pré­ve­nir ses allo­ca­taires de la néces­sité de mettre à jour leur dos­sier afin d’éviter de devoir rem­bour­ser des dettes involontaires.

Comme beau­coup de ser­vices publics, la Caf doit en outre « faire plus avec moins ». Une ten­dance qui ne risque pas de s’inverser puisque la nou­velle conven­tion d’objectifs et de ges­tion signée avec l’État pré­voit de nou­velles réduc­tions de ses dépenses de fonctionnement.

Pour palier ce manque à gagner, l’organisme mise sur l’au­to­no­mi­sa­tion de ses allo­ca­taires par le biais des outils numé­riques. Un pari ris­qué, mais en phase avec son temps, qui com­mence à peine à por­ter ses fruits.

« La Caf contrôle »

« La Caf contrôle » affirment au dia­pa­son son direc­teur et sa direc­trice comp­table et finan­cière. Et elle contrôle beau­coup puisqu’en Isère, plus d’un dos­sier d’allocataire sur deux est véri­fié chaque année. Soit au total, 540 000 contrôles effec­tués en 2018. Un nombre impor­tant rap­porté aux 242 148 allo­ca­taires du département.

Nicolas El Sawy, responsable du secteur Fraudes, Pascale Francezon, directrice comptable et financière et Claude Chevalier, directeur de la Caf de l'Isère © Nina Soudre - Placegrenet.fr

Nicolas El Sawy, res­pon­sable du sec­teur Fraudes, Pascale Francezon, direc­trice comp­table et finan­cière et Claude Chevalier, direc­teur de la Caf de l’Isère. © Nina Soudre – Placegrenet​.fr

Bilan ? Plus de 20 mil­lions d’euros régu­la­ri­sés l’année der­nière. Parmi les­quels près de 80 % sont des indus** et le reste des rap­pels. Autrement dit, 4 mil­lions d’euros ont été rever­sés aux allo­ca­taires qui ne per­ce­vaient pas assez selon leur situation.

Mais « tous ces contrôles ne se sub­sti­tuent pas à l’allocataire, qui doit res­ter acteur de son dos­sier », explique Pascale Francezon. Et c’est là tout l’enjeu de la com­mu­ni­ca­tion auprès du public. « Ce n’est pas parce qu’on contrôle qu’il ne faut pas décla­rer les chan­ge­ments de situa­tion », pré­cise-t-elle.

Des dettes liées à de l’incompréhension plus qu’à de la malhonnêteté

« Très sou­vent, l’allocataire ne com­prend pas. On a un lan­gage très admi­nis­tra­tif (…) Il faut vrai­ment qu’on soit com­pré­hen­sible pour tout le monde », sou­tient la direc­trice finan­cière. Conséquence de cette incom­pré­hen­sion ? 80 % des cas de « fraude » pro­viennent d’er­reurs invo­lon­taires liées à la com­plexité du dispositif.

Or, « ce qui nous inté­resse c’est l’intention », explique M. El Sawy, res­pon­sable des fraudes. Notamment depuis l’adoption de la loi pour un État au ser­vice d’une société de confiance* en août 2018. Pour Francezon « [avec cette loi] on a une res­pon­sa­bi­lité sup­plé­men­taire dans le fait que l’allocataire com­prenne bien ce qu’il doit décla­rer ».

Caisse d'Allocations Familliales à Grenoble © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Caisse d’al­lo­ca­tions Familiales à Grenoble. © Elodie Rummelhard – pla​ce​gre​net​.fr

« On ne fait pas de la lutte contre la fraude pour faire des éco­no­mies. C’est un impé­ra­tif de jus­tice sociale qui nous anime (…) On garde à l’esprit qu’on a un public fra­gile qui peut ne pas com­prendre com­ment faire sa décla­ra­tion », sou­tient Nicolas El Sawy. « Une fraude invo­lon­taire n’entraîne pas de sanc­tion mais doit être rem­bour­sée ». Une notion par­fois dif­fi­cile à inté­grer. Surtout lorsque l’erreur ori­gi­nelle pro­vient elle-même d’une incompréhension.

Toutefois, l’allocataire endetté contre son gré peut for­mu­ler une demande de remise de dettes. Elle sera exa­mi­née par un comité spé­cia­lisé au regard de la situa­tion fami­liale du demandeur.

« Pour évi­ter de rem­bour­ser, mieux vaut tout déclarer »

Dans une vidéo publiée sur son site inter­net, la Caf tente d’expliquer au mieux son fonc­tion­ne­ment à base décla­ra­tive. Le mot d’ordre ? « Pour évi­ter de rem­bour­ser, mieux vaut tout décla­rer ».

© Oups.gouv.fr

© Oups​.gouv​.fr

Elle a éga­le­ment éla­boré le site oups​.fr dédié au droit à l’erreur. Un moyen de « décrire les erreurs com­mises pour pou­voir les évi­ter »

En effet, « toute res­source doit ren­trer. Tout compte, même le RSA, un héri­tage ou un gain de jeu », explique la res­pon­sable com­mu­ni­ca­tion, en charge du dia­logue avec le public. Qui ajoute : « Plus on déclare, plus on évite de rem­bour­ser des indus à la caisse ».

« La même situa­tion peut être favo­rable aux impôts et défa­vo­rable à la Caf »

Le hic pour les allo­ca­taires dési­reux d’optimiser leurs pres­ta­tions, c’est que « la même situa­tion peut être favo­rable aux impôts et défa­vo­rable à la Caf », explique la direc­trice des finances. Parmi les situa­tions à double tran­chant : la mise en ménage, le départ d’un enfant, un voyage de longue durée à l’étranger…

Pôle Emploi

Les par­te­na­riats sont de plus en plus impor­tants avec d’autres pres­ta­taires publics comme les impôts ou Pôle emploi. © Julien Faure – Pôle Emploi

Toutefois, les par­te­na­riats de plus en plus impor­tants avec d’autres pres­ta­taires publics comme les impôts ou Pôle emploi, per­mettent à la caisse d’effectuer de nom­breux contrôles auto­ma­ti­sés (488 000 en 2018).

En com­pa­rant les décla­ra­tions des ayants-droit aux dif­fé­rentes ins­tances, la Caf peut « invi­ter l’allocataire à pré­sen­ter ses obser­va­tions ». Et mettre en lumière sa véri­table situa­tion afin de régu­la­ri­ser les aides per­çues. C’est là tout l’en­jeu des contrôles : véri­fier que les décla­ra­tions de l’al­lo­ca­taire cor­res­pondent à sa situa­tion familiale.

Une com­mu­ni­ca­tion de plus en plus numérique

Trop de cour­rier tue le cour­rier. C’est pour­quoi la Caf a cessé d’en envoyer depuis trois ans. Un gain à la fois finan­cier et fonc­tion­nel puisque le dis­po­si­tif s’é­tait révélé inefficace.

Désormais, les allo­ca­tions fami­liales misent tout sur le numé­rique. Mail, SMS et noti­fi­ca­tions sont envoyés aux allo­ca­taires afin de les infor­mer des chan­ge­ments dans leur dos­sier ou de leur deman­der des pièces jus­ti­fi­ca­tives. « Il faut vrai­ment que les allo­ca­taires ren­seignent leur mail et consultent leur compte sur le site ou l’appli (…) C’est très bien fait et acces­sible », assure la res­pon­sable communication.

Si l’al­lo­ca­taire ne donne pas suite aux demandes de la Caf et n’en­voie pas les pièces jus­ti­fi­ca­tives deman­dées, la caisse sus­pend les pres­ta­tions. « En géné­ral, c’est le moment où on vient se mani­fes­ter à la caisse », s’a­muse la direc­trice financière.

© caf.fr

© caf​.fr

Un pari gagnant puisque 90 % des allo­ca­taires ont fourni leur adresse élec­tro­nique et que le site de la caf est l’un des plus visi­tés du pays. En effet, 80 % des allo­ca­taires effec­tuent leurs décla­ra­tions sur inter­net. Pour les 20 % res­tants, la Caf met en place des outils pour com­battre la « frac­ture numé­rique ». Ateliers d’i­ni­tia­tion, “visio-gui­chets”, par­te­na­riat avec des asso­cia­tions de quar­tier, tout est bon pour aider les concer­nés à s’autonomiser.

En sen­si­bi­li­sant les allo­ca­taires sur les consé­quences d’erreurs ou d’oublis décla­ra­tifs et en favo­ri­sant l’accès aux outils numé­riques, l’or­ga­nisme espère ainsi dimi­nuer le nombre de contrôles d’ici quelques années.

La Caf sanctionne

Au total, 643 cas de fraudes ont été détec­tés à la suite des 540 000 contrôles effec­tués par la Caf en 2018. Toutefois, les sommes déro­bées inten­tion­nel­le­ment ne repré­sentent que 0,54 % de la tota­lité des pres­ta­tions ver­sées aux allo­ca­taires. A contra­rio, la caisse estime à 2 % les per­sonnes qui ne réclament pas leurs droits.

Dans ces cas de fraudes volon­taires voire orga­ni­sées, la Caisse d’allocations fami­liales dis­pose de plu­sieurs outils pour punir les usur­pa­teurs. D’abord, un aver­tis­se­ment, envoyé aux allo­ca­taires réci­di­vistes, empê­chant ces der­niers de deman­der une remise de dette ou de se décla­rer en surendettement.

Panneau Tribunal administratif. © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Tribunal admi­nis­tra­tif. © Joël Kermabon – pla​ce​gre​net​.fr

En l’absence de rem­bour­se­ment, le ser­vice des fraudes attri­bue des péna­li­tés aux allo­ca­taires irré­gu­liers. Une sanc­tion appli­quée dans 83,5 % des cas et qui ras­semble autour de 450 000 euros. Souvent, elle repré­sente 10 % de l’indu.

Et si les allo­ca­taires jouent vrai­ment à la sourde oreille, l’affaire peut se ter­mi­ner au tri­bu­nal. 58 plaintes ont effec­ti­ve­ment été dépo­sées l’année der­nière dont trois ont donné lieu à des peines de pri­son ferme.

Nina Soudre

* Loi Essoc : loi pour un État au ser­vice d’une société de confiance

** Indus : pres­ta­tions reçues à tort par un allocataire

BILAN ET PERSPECTIVES EN ISÈRE

Pour l’an­née 2018, les 242 148 allo­ca­taires de la Caf de l’Isère ont perçu des pres­ta­tions à hau­teur d’1,2 mil­liard d’euros (en baisse par rap­port à 2017). La famille et le han­di­cap sont les deux domaines les plus « coû­teux » pour la caisse.

Plus d’un Isérois sur deux est allocataire

En tout, la Caf de l’Isère couvre plus de 630 000 per­sonnes (plus d’un Isérois sur deux) et embauche 639 per­sonnes dans les 51 points d’ac­cueil département.

En février 2018, l’or­ga­nisme a élu un nou­veau conseil d’ad­mi­nis­tra­tion. Anne-Laure Malfatto et Olivier Goy occupent désor­mais res­pec­ti­ve­ment les postes de pré­si­dente et vice-président.

Des moyens tou­jours en baisse

La nou­velle conven­tion d’objectifs et de ges­tion signée avec l’État pré­voit une réduc­tion de 12 % des dépenses de fonc­tion­ne­ment de la Caf d’ici quatre ans. Des dépenses qui ont déjà été réduites de 23 % depuis cinq ans.

La conven­tion sti­pule éga­le­ment la sup­pres­sion de 70 postes d’ici 2022. Là encore, le mou­ve­ment a déjà été enclen­ché puisque, depuis 2017, les effec­tifs sont pas­sés de 674 postes à 639.

Avec la reva­lo­ri­sa­tion de la prime d’ac­ti­vi­tés, 33 000 nou­velles demandes ont été adres­sées à la caisse. Bien entendu, une grande par­tie concerne des per­sonnes déjà allocataires.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

NS

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

De gauche à droite : Patrick Curtaud, Vice-Président du Département de l’Isère à la culture, au patrimoine, au devoir de mémoire et à la coopération internationale, Maëva Gervason, assistante de conservation, Caroline Dugand, conservatrice du Musée Champollion et Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.
Expédition de Champollion en Égypte : 148 nou­veaux des­sins expo­sés au musée dépar­te­men­tal de Vif

FOCUS - Trois carnets à dessins de Salvatore Cherubini réalisés pendant l’expédition de Champollion en Égypte ont rejoint les vitrines du Musée Champollion à Vif, Lire plus

Le refuge Belledonne de la SPA du Dauphiné au Maupas, tout près d'Uriage. © Joël Kermabon - Place Gre'net
La SPA recrute 15 délé­gués-enquê­teurs béné­voles pour des mis­sions de longue durée en Isère

FLASH INFO - La Société protectrice des animaux (SPA) recherche 15 délégués-enquêteurs bénévoles en Isère afin de lutter contre la maltraitance et le trafic des Lire plus

Servane Hugues député 1ère circonscription Isère Olivier Véran
« C’est mon fils qui m’a ame­née jusqu’ici » : l’ex-sup­pléante Servane Hugues nou­velle dépu­tée sur la 1re cir­cons­crip­tion de l’Isère

PORTRAIT - Servane Hugues, suppléante d'Olivier Véran pour les élections législatives sur la première circonscription de l'Isère, s'apprête à siéger à l'Assemblée nationale. L'Iséroise d'adoption, Lire plus

Jardin des plantes zone de fraîcheur
L’Isère placé en vigi­lance orange : la Ville de Grenoble active son plan canicule

FOCUS - Météo France a placé le département de l’Isère en vigilance orange à la canicule à compter du samedi 16 juillet 2022. Les températures Lire plus

domaine de vizille
Les parcs et jar­dins des musées du Département de l’Isère, sources de rafraî­chis­se­ment face aux fortes chaleurs

FOCUS - Situés au cœur de jardins et parcs verdoyants, les onze musées du Département de l’Isère organisent de nombreux événements tout au long de Lire plus

Rentrée janvier 2021, quatre élèves du Lycée des Eaux-Claires sortent. Fanny Seguela
Baccalauréat 2022 : 92,5% de réus­site dans l’a­ca­dé­mie de Grenoble à l’is­sue de la seconde session

FLASH INFO - Les résultats définitifs à l'issue du second groupe d'épreuves du baccalauréat 2022 sont tombés. Dans l'académie de Grenoble, 92,5 % des candidats Lire plus

Flash Info

|

17/08

11h57

|

|

17/08

11h17

|

|

16/08

18h38

|

|

16/08

17h06

|

|

16/08

10h10

|

|

13/08

8h35

|

|

13/08

1h08

|

|

12/08

20h21

|

|

12/08

17h28

|

|

12/08

13h07

|

Les plus lus

À voir| Sécheresse en mon­tagne : l’eau, une res­source vitale… de plus en plus rare dans les Alpes

À voir| Incendie de végé­ta­tion à La-Buisse et à Voreppe : pas de répit pour les secours et déjà 80 hec­tares ravagés

Environnement| L’Isère de nou­veau pla­cée en vigi­lance jaune cani­cule à comp­ter du mer­credi 10 août

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin