Grenoble, cinquième ville la plus embouteillée de France ? La faute à CVCM, affirme Grenoble à cœur

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

FOCUS – Une étude réalisée par la société spécialisée en GPS TomTom classe Grenoble en cinquième position des villes de France les plus congestionnées. La capitale des Alpes “gagne” ainsi une place par rapport à son classement 2018. De quoi raviver la colère du collectif Grenoble à cœur, pour qui les travaux et le projet CVCM sont directement responsables des bouchons. La municipalité, de son côté, refuse de s’exprimer. Quant à la Métro, elle tente de relativiser.

 

 

Grenoble, cin­quième ville la plus embou­teillée de France ? C’est ce qui res­sort de l’é­di­tion 2019 du « Traffic Index » éta­bli par la société néer­lan­daise TomTom. « Principal spé­cia­liste indé­pen­dant des tech­no­lo­gies de géo­lo­ca­li­sa­tion », comme elle se défi­nit elle-même, TomTom éta­blit depuis huit ans un rap­port annuel de la conges­tion auto­mo­bile dans le monde en se basant sur les don­nées GPS des véhi­cules qu’elle équipe.

 

Des voitures collées les unes aux autres près de la Porte de France à Grenoble © Elodie Rummelhard - Place Gre'net

Des voi­tures col­lées les unes aux autres près de la Porte de France à Grenoble. © Élodie Rummelhard – Place Gre’net

 

Via ses par­te­na­riats avec des indus­triels ou des appli­ca­tions mobiles, TomTom affirme ainsi dis­po­ser de 550 mil­lions de sources pour fixer chaque année son état des lieux de la cir­cu­la­tion auto­mo­bile. « En équi­pant jusqu’à un véhi­cule sur six dans de nom­breuses métro­poles, ces sources consti­tuent une base de don­nées gigan­tesque per­met­tant d’analyser pré­ci­sé­ment les flux de tra­fic rou­tier, en temps réel ou en his­to­rique », se vante-t-elle.

 

 

143 heures perdues par an dans les embouteillages de Grenoble

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
10195 visites | 32 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 32
  1. sep article
  2. sep article
  3. @JMB
    Quel pauvre type hai­neux . Mauvais per­dant en plus. On vous a bien eu avec l’elargissement d’A480. Je me demande com­ment vous l’avez sur­vécu. Beaucoup de tris­tesse et des litres de whisky écolo ? Préparez vous, bien­tôt les élec­tions de 2020, Piolle va gicler et avec lui par­ti­ront vos « auto­routes à vélo ». Souffrez 🙂

    sep article
    • Ha ha ha ! Amigo, le type qui sug­gère le meurtre un peu plus bas et qui écrit que les autres sont hai­neux… Mais vous êtes un Tartuffe (désolé les modos) de la pire espèce !
      Alors je vous explique en quoi vous avez tout faux à mon sujet :
      – Mauvais per­dant, mais pour­quoi ? Je ne suis pas dans les bou­chons de moto­ri­sés.
      – Elargissement de l’A480 : for­mi­dable. Il n’y aura plus aucune rai­son de ne pas vider com­plè­te­ment le tra­fic de tran­sit dans le centre-ville de Grenoble. Allez hop, réduc­tion d’une file de cir­cu­la­tion sur Gambetta et les Grands Boulevards, trans­for­ma­tion de Leclerc, plan en mar­gue­rite de tous les quar­tiers pour faire ch… ceux qui conduisent les yeux rivés sur leur smart­phone en sui­vant les direc­tives de Waze pour cou­per court etc. On verra bien qui l’aura dans l’os grâce à l’é­lar­gis­se­ment de l’A480.
      – Whisky écolo : je ne sais pas si cela existe. De toute façon, je ne bois pas.
      – Elections muni­ci­pales : si vous savez comme je me fous du cli­vage droite / gauche… Piolle sera peut-être rem­placé par quel­qu’un qui aura une vision simi­laire sur les dépla­ce­ments. On sait ce qu’on perd, pas ce qu’on gagne et l’herbe est tou­jours plus verte chez le voi­sin que chez soi.
      – Souffrez : contrai­re­ment à vous, je ne suis pas aigri. Tous mes dépla­ce­ments urbains (grosso modo 150 km/semaine) ne sont qua­si­ment du bon­heur à pied ou à bicy­clette. Donc à ce jour, c’est plu­tôt panard et com­pa­gnie.

      Par contre, *vous*, vous devriez vous soi­gner parce que le règne de la voi­ture en centre-ville ne peut que dimi­nuer de façon iné­luc­table et inexo­ra­ble­ment. Vous avez eu votre cin­quante glo­rieuses auto­mo­biles, c’est ter­miné. Ouste, du balai, du vent !

      Allez, on conti­nue le pop­corn avec la suite du défilé des choui­neuses « ouin ouin on peut plus cir­cu­ler en voi­ture dans Grenoble ».

      sep article
  4. Alors je n’ai pas lu l’ar­ticle, mais je dirais qu’il y a erreur sur la cible.
    C’est la faute à la voi­ture si il y a des bou­chons.
    Pis acces­soi­re­ment à une poli­tique de dépla­ce­ment foi­reuse :
    – sans maillage com­plet,
    – sans des­serte en lourd de nom­breux centre d’emploi (pla­te­forme pont de claix, inno­va­lée, mont­bon­not),
    – sans RER de val­lée / avec une uti­li­sa­tion du fer­ro­viaire quasi inexis­tante,
    Le coup de dire benoi­te­ment que tout le monde va prendre son vélo c’est mignon.
    Mais il faut une solu­tion pour se pas­ser de voi­ture, et hélas avec l’é­cole, le tra­vail (…) la SEMITAG couvre mal

    sep article
    • Qui a dit que tout le monde devait prendre son vélo ? Moi ? Sûrement pas. Par contre, j’ai des dizaines d’exemples de per­sonnes de voisin(e)s / ami(e) / col­lègues qui chois­sisent leur voi­ture pour faire des dépla­ce­ments qu’il serait pos­sible de faire autre­ment. Ces gens-là doivent assu­mer les bou­chons.
      Par contre, votre argu­ment du der­nier para­graphe est *sys­té­ma­ti­que­ment* uti­lisé par ceux et celles qui ne vou­draient jamais se pas­ser de leur voi­ture. On se demande pour­quoi, hein ?

      sep article
      • @JMB, ce n’est pas un argu­ment, c’est un constat.
        Et je suis pro trans­port en com­mun , me dépla­çant en vélo quand ce n’est pas tra­vail (car le cos­tume et être en nage c’est com­pli­qué) et et trans­port en com­mun des que pos­sible, mais c’est hon­nê­te­ment des fois com­pli­qué quand il faut poser les gamins.
        Regardez Lyon, regar­dez paris, il y a chez nous la den­sité pour faire des choses.
        Il y a pire : Lille, mar­seille (je me déplace pas mal pour la taf).
        Il y a une culture de la voi­ture à Grenoble et pour la chan­ger il faut une offre – la contrainte est déjà là (bou­chons, pol­lu­tion, .…)

        sep article
        • @lasavanne : bien sûr qu’on peut tou­jours faire mieux et je suis entiè­re­ment d’ac­cord avec vous (par contre, pour le vélo et le cos­tard et la dépose des gosses, moins :D, mais là n’est pas le point prin­ci­pal).

          Aujourd’hui, il faut recon­naître que sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, il y a déjà une offre TC que bien des villes nous envient. Il y a un réseau cyclable qui com­mence à res­sem­bler à quelque chose même si la cycla­bi­lité est loins d’être par­faite en par­ti­cu­lier pour les ados / pré-ados et les débutant(e)s. Le centre des villes de l’ag­glo com­mence à prendre une tour­nure sympa à pied.
          Et pour­tant, comme je l’ai écrit par ailleurs, je connais des 10aines de per­sonnes qui conti­nuent de prendre leur voi­ture pour des dépla­ce­ments qui pour­raient se faire autre­ment faci­le­ment. Elles prennent leur voi­ture par confort parce que oui, c’est tel­le­ment facile : on sort de chez soi, on tourne la clé et hop. Est-ce que, pour ces per­sonnes, faut-il agran­dir l’es­pace consa­cré aux dépla­ce­ments moto­ri­sés au détri­ment des autres modes ? Je ne crois pas. La contrainte est bien là mais pas suf­fi­sante pour que ces gens là bas­culent.

          Il y a bien une orga­ni­sa­tion des dépla­ce­ments à avoir en centre urbain dense par effi­ca­cité de mode de trans­ports (oui, il faut oppo­ser les modes !) :
          – les pié­tons d’a­bord
          – les per­sonnes à bicy­clette ensuite
          – les trans­ports en com­mun
          – les moto­ri­sés en der­nier
          Aujourd’hui, les villes se remettent de décen­nies pen­dant les­quelles les dépla­ce­ments ont été conçus avec cette pyra­mide mais inver­sée. On voit où cela nous a conduit car il faut être hon­nête, mais les bou­chons autour de Grenoble, ça ne date pas de CVCM et je suis sur l’ag­glo­mé­ra­tion depuis plus de 30 ans.
          Alors for­cé­ment, remettre la pyra­mide dans le bon sens, ça ne va pas se faire immé­dia­te­ment, ça ne va pas se faire sans une remise en cause des habi­tudes de dépla­ce­ments, ça ne va pas se faire sans grin­ce­ment de dents. Mais ce qui est clair, c’est que ce n’est pas pos­sible de faire tout cela en une nuit : il y a for­cé­ment une période de tran­si­tion qui va s’é­tendre sur plu­sieurs années voire une décen­nie.
          Je pense donc qu’il est illu­soire de se dire « j’at­tends que les trot­toirs soient refaits / le réseau cyclable soit ter­miné / une ligne de tram des­serve en bas de chez moi / un train passe à chaque 1/4 d’heure pour lâcher ma voi­ture » parce qu’on arri­vera à rien comme cela. Tout le monde ne va pas se mettre à la marche à pied / à la bicy­clette / aux TC tout comme tout le monde n’a pas for­cé­ment besoin de se dépla­cer en voi­ture en milieu urbain dense.

          sep article
          • @JMB je suis d’ac­cord avec vous sur le fond : ce sont les voi­tures.
            Selon mon point de vue / mon expé­rience il y a quelques élé­ments qui poussent à ceci :
            – Grenoble à une culture de la voi­tur : Grenoble s’est construit à l’é­poque de la voi­ture. les dis­tances le type d’ha­bi­ta­tion, la den­sité fait que au delà des grands bou­le­vard la ville a été construite pour les voi­tures.
            Il serait inté­res­sant de regar­der les tra­jets. Mon expé­rience est que les per­sonnes intra grand bou­le­vard se déplacent à pied / velo / TC car zone pri­vi­lé­giée / cen­trale.
            Allez vers Malherbe (où j’ai gran­dit) et là deux choses : les dis­tances ne sont pas faite ou aller à pied en dehors du quar­tier (ce sont les uni­tés de vies, j’ai adoré ce quar­tier sans voi­tures) et la sécu­rité fait qu’on a vite envie d’être dans sa voi­ture plu­tôt que de tra­ver­ser X ou Y ‑sachant que c’est de l’ex­té­rieur qu’on a l’im­pres­sion que ce sont des zones « dures », une fois dedans tout est OK sauf cas par­ti­cu­liers.
            Le pro­blème pour moi réside dans l’or­ga­ni­sa­tion des villes avec zone de tra­vail / habi­ta­tion / consom­ma­tion non ensemble.
            Le pro­blème réside dans les gens de Meylan ou de St Egreve qui prennent leur voi­ture plus fré­quem­ment.
            C’est la poli­tique publique / struc­tu­ra­tion de la ville qui condi­tionne beau­coup de choses.
            Il faut édu­quer et expli­quer aux gens, mais aussi rendre facile : un « mojo » per­son­nel est que les gens vont tou­jours au plus simple ; donc agir pour rendre + facile ou + dif­fi­cile pour orien­ter.
            Mon pro­pos est qu’il manque de l’in­ves­tis­se­ment lourd et struc­tu­rant pour Grenoble pour avoir une offre alter­na­tive à la voi­ture. Et ce qui nous « sau­vera » à mon avis ne sera que le prix de l’es­sence : quand les gens com­pren­drons qu’un vélo ou TC coute moins cher, les gens agi­rons.…

            sep article
            • @lasavanne : fran­che­ment, je n’ai pas grand chose à rajou­ter à vos pro­pos que je par­tage. Pour la par­tie au-delà des grands bou­le­vards de Grenoble ou même la pre­mière cou­ronne gre­no­bloise, je vois quand même pas mal de col­lègues de tra­vail qui ont délaissé leur voi­ture pour opter pour le tram/chronobus/vélo. Mais c’est vrai que c’est moins pro­noncé qu’au nord des grands bou­le­vards alors que, avis tout per­son­nel et d’un adulte, les dépla­ce­ments à bicy­clette y sont moins oppres­sants qu’en centre-ville. D’où l’in­té­rêt aussi de mul­ti­plier les pôles de vies (avec un “s” pour bien englo­ber les dif­fé­rents aspects, habi­tat, ser­vices, loi­sir, culture, sport et tra­vail bien entendu).
              En ce qui concerne l’in­ves­tis­se­ment lourd et struc­tu­rant, cela va débor­der du cadre de la com­mune pour aller sur celui de la métro­pole, du dépar­te­ment, de la région et de l’Etat. Et avec les bud­gets qui se réduisent… Mais c’est clair qu’il faut ten­ter de faire le for­cing pen­dant qu’il est temps pour, jus­te­ment, quand l’es­sence devien­dra hors de prix, les gens ne se retrouvent pas dans la mouise encore plus que ce qu’on voit aujourd’­hui. La fenêtre de tir me paraît dia­ble­ment réduite mal­heu­reu­se­ment…

              sep article
          • « l faut recon­naître que sur l’agglomération gre­no­bloise, il y a déjà une offre TC que bien des villes nous envient. »

            LOL ! L’offre de TC à Vif ou Vizille, on en parle ? J’espère que l’ADTC vous paye bien pour racon­ter de pareilles sau­cisses.

            sep article
            • 1/ je ne suis pas sala­rié de l’ADTC. Elle doit être super bien cette asso­cia­tion pour la voir fleu­rir à tout bout de champ dans vos dis­cours !
              2/ Oui, on peut par­ler de l’offreTC à Vif ou Vizille si vous le sou­hai­tez. Vous pou­vez com­men­cer et pro­po­ser des amé­lio­ra­tions ici mais j’i­ma­gine que ce serait beau­coup plus intel­li­gent de vous inves­tir pour ce sec­teur en venant à la com­mis­sion TC de l’ADTC puis­qu’on parle de cette asso­cia­tion.

              sep article
          • Les pié­tons d’a­bord c’est pas faire pas­ser des auto­routes à vélos en centre ville jusque devant les portes du lycée Champollion (2000 élèves).

            sep article
            • Dire que pen­dant des années quand il y avait deux files de cir­cu­la­tion pour les véhi­cules moto­ri­sés avec une vitesse limi­tée en théo­rie à 50 km/h, on ne vous a JAMAIS entendu concer­nant la sécu­rité des 2000 élèves du lycée Champollion. Et là, pour une piste cyclable bi-direc­tion­nelle, c’est la catas­trophe. Vous avez un dis­cours fluc­tuant et pas très homo­gène dirait-on ?
              Ensuite, sur ce sec­teur du lycée Champollion, le cours Lafontaine a été repris avec élar­gis­se­ment des trot­toirs, créa­tion d’une piste cyclable bi-direc­tion­nelle et réduc­tion de l’emprise consa­crée aux véhi­cules moto­ri­sés à une file de cir­cu­la­tion et une file de sta­tion­ne­ment. L’idée de ban­nir un amé­na­ge­ment cyclable peut conve­nir effec­ti­ve­ment à condi­tion que l’en­semble de la rue soit trai­tée en zone pié­tonne. C’est ça que vous vou­lez ? En fait, fran­che­ment, à part jeter des ana­thèmes, vous ne pro­po­sez JAMAIS rien. Pauvreté intel­lec­tuelle ? Posture poli­ti­cienne ?

              sep article
  5. C’est fou toutes ces fake­news col­por­tées par la presse rétro­grade : Grenoble deve­nue la 5ème ville de France la plus embou­teillée fin 2018, 20 mois après le début de CVCM.
    https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/06/04/villes-les-plus-embouteillees-grenoble-5e-et-avignon-20e
    Alors qu’elle était 10ème fin 2016, 3 mois avant le début de CVCM.
    https://www.sudouest.fr/2017/02/20/bordeaux-troisieme-ville-de-france-la-plus-embouteillee-en-2016 – 3213964-2780.php
    Et en plus on entend dire que ça aurait des consé­quences sur la pol­lu­tion. Heureusement qu’il y a les jolis maga­zines en cou­leur de la ville et de la métro pour dire que rien de tout ça n’est vrai.

    sep article
  6. Oh les pauvres biquets coin­cés dans les bou­chons de moto­ri­sés avec leurs sem­blables qui pensent tous que les modes de trans­port alter­na­tifs sont pour les autres… Non, j’ai la larme à l’oeil devant tant de détresse à ne pas pou­voir avan­cer plus vite qu’une per­sonne à bicy­clette voire un pié­ton dans le centre de nos villes alors qu’on est dans un gros tas de tôle de plus d’une tonne, à occu­per 10 m² au sol à l’ar­rêt, à pol­luer, à mena­cer la sécu­rité des autres, et tou­jours sans se remettre en ques­tion une seule fois pour la plu­part dont les dépla­ce­ments sont ridi­cu­le­ment faibles.

    Et puis un indice : quand on uti­lise un véhi­cule moto­risé, on n’a­chète pas la chaus­sée qui va avec. Cette chaus­sée est un espace publique, rare et à par­ta­ger avec les autres. Donc, les bou­chons de voi­tures, soit vous les pre­nez en compte dans vos temps de tra­jet et peut-être que les autres formes de dépla­ce­ment appa­raî­tront com­pé­ti­tives, soit vous fer­mez votre cla­pet parce que là, les « ouin ouin on est blo­qué à cause de truc bidule », ça com­mence à las­ser.…

    Allez, pop corn pour voir défi­ler les pleu­reuses habi­tuelles qui n’ont rien pigé

    sep article
  7. Marrant, quand les don­nées n’ar­rangent pas la muni­ci­pa­lité ou quand elles ne sont pas four­nies par le par­ti­san obser­va­toire cvcm piloté par ces der­niers ou encore par la metro smtc et con sorts, les chiffres sont foi­reux et gre­noble a coeur ou qui que ce soit d’autre pas cré­dible ? Mdr
    Au fait, tom tom est embar­qué à la livrai­son sur plu­sieurs marques et modèles de véhi­cules, sans comp­ter ceux qui l’ont acheté, dont moi d’ailleurs !

    sep article
  8. L’explosion des embou­teillages est pile conco­mi­tante à cvcm imposé sans étude d’im­pact en avril 2017, rien à voir avec l’a480, et tra­vaux en cours ou pas, ce sont les axes fer­més et le nou­veau plan de cir­cu­la­tion qui a été mis en place et qui est fonc­tion­nel depuis 2 années qui ont fait explo­ser les embou­teillages a Grenoble et aug­menté la pol­lu­tion au no2. Vivement 2020.

    sep article
  9. Il est évident que Cvcm imposé sans étude d’im­pact et tout en fausse concer­ta­tion arran­gée et orien­tée, est res­pon­sable de l’ex­plo­sion des embou­teillages, de la hausse logique de la pol­lu­tion, de la forte dégra­da­tion de la qua­lité de vie des Grenoblois. Merci à ceux qui nous font subir ce plan de non-cir­cu­la­tion et ses nui­sances, Eric Piolle en tête.

    sep article
    • Bonjour,
      lorsque l’on regarde une carte Atmo Aura, ou Google tra­fic aux heures de pointe, il y a la même conges­tion par­tout dans toutes les zones urbaines et péri­ur­baines de la région. Le pol­lu­tion débute même dans le long des grands axes du Grésivaudan et du voi­ron­nais, les bou­chons débutent à Crolles, Claix, Voreppe… J’en conclus que CVCM ou pas, c’est en très grande par­tie le péri­ur­bain et son flot de bagnoles qui crée la conges­tion.

      sep article
      • Gilce, mais puis­qu’on vous dit et répête à lon­gueur de cita­tions que c’est CVCM qui crée les bou­chons ! Il fau­drait suivre un peu. Contrairement à ce que vous écri­vez, ce n’est nul­le­ment l’u­sage de la voi­ture qui est en cause comme vous essayez de le sous-entendre : n’a­vez-vous pas com­pris les mes­sages des dif­fé­rents inter­ve­nants sur ce sujet ?
        Allez, fai­sons comme eux et appli­quons la méthode Coué :
        « Les bou­chons, c’est la faute à CVCM ! »
        « Les bou­chons, c’est la faute à CVCM ! »
        « Les bou­chons, c’est la faute à CVCM ! »
        😀

        sep article
        • Et l’ag­gra­va­tion des bou­chons depuis CVCM c’est le Saint Esprit ?

          sep article
          • Pour répondre à votre ques­tion, non, les bou­chons depuis CVCM ne viennent pas du Saint-Esprit mais de Sainte Bagnole.

            Mais sinon, à part dire sur tous les tons, « Les bou­chons, c’est la faute à CVCM ! », que sont vos pro­po­si­tions pour éli­mi­ner ces bou­chons de moto­ri­sés ? Allez, faites-en nous part et ne soyez pas timide ? Cela nous chan­gera de votre sem­pi­ter­nelle ritour­nelle.

            sep article
  10. L’enquête ménage dépla­ce­ment de 2010 met en évi­dence que 54 % des dépla­ce­ments sont infé­rieurs à 3 kilo­mètres et qu” a76 % ils sont effec­tués en auto­mo­bile.

    On en déduit donc que les auto­mo­bi­listes aiment s’ag­glu­ti­ner et pas­ser du temps dans leur voi­ture.

    sep article
  11. sep article
  12. vu les tra­vaux effec­tués sur l’A480 et dans Grenoble, notam­ment les rem­pla­ce­ments de toutes les cana­li­sa­tions dans cer­taines ave­nues, Agutte Sembat, c’est ter­miné, mais cours Berriat, ça ne l’est pas, et d’autres rues et cours sont en tra­vaux, il était évident que des bou­chons allaient se créer. Et alors ? il aurait peut être fallu lais­ser les voies en état en atten­dant une catas­trophe quel­conque pour se dire que « oui, il aurait fallu chan­ger les cana­li­sa­tions .. »
    Donc atta­quer le CVCM uni­que­ment sur les voies cyclables et cer­taines modi­fi­ca­tions de sens de la cir­cu­la­tion, est par­fai­te­ment ridi­cule.
    On pourra com­pa­rer aux autres villes, quand les tra­vaux seront ter­mi­nés.

    sep article
  13. Peut on inter­ro­ger la per­ti­nence de la mesure de TomTom ? Qui uti­lise TomTom de nos jours Est ce repré­sen­ta­tif dans la ville ? Ou seule­ment autour ?
    Questionnement d’au­tant plus valide quand à la cor­ré­la­tion avec CVCM puisque TomTom index indique aucune évo­lu­tion de ce taux de conges­tion entre 2017 et 2018 https://www.tomtom.com/en_gb/traffic-index/grenoble-traffic#statistics
    Oula, cela sent encore la nou­velle foi­reuse speudo scien­ti­fique par tou­jours les mêmes… gre­noble dans le cœur, union de quar­tier fan­tome ou encore le vélo qui tourne pas rond ! Pffff

    sep article
  14. La faute au péri­ur­bain. Toutes les grandes villes connaissent cela. Heureusement que le réseau de TC et le vélo dimi­nue le tra­fic.

    sep article
  15. Et avec ces nou­velles Messieurs – Dames « éco­los » osent de se poser la ques­tion – pour­quoi on a de la haine envers M Piolle et sa bande des fous du quar­tier ?. Ça suf­fit de tra­ver­ser en voi­ture Grenoble à l’heure de pointe une seule fois pour vou­loir le tuer. Et je connais les gens qui le font tous les jours, deux fois par jour !

    sep article
  16. La poli­tique de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise en matière de mobi­lité change tous les 6 – 7 ans, quand les élec­tions locales redé­fi­nissent l’é­qui­libre poli­tique.

    On sait d’a­vance ce qui va adve­nir du pro­jet CVCM. L’axe chro­no­vélo se résu­mera un quelques pistes cyclables sans cohé­rence aucune. Il ne sera jamais déve­loppé à un niveau qui lui per­met­trait d’at­teindre l’ef­fi­ca­cité atten­due, quid de la ZTL. L’histoire se répète, c’est exac­te­ment ce qu’il s’est passé avec le tram, et même avec les deux auto­routes qui éventrent la ville sans se rejoindre cau­sant ainsi nui­sances sans béné­fice aucun.

    Les nou­veaux élus auront vite fait de se trou­ver une nou­velle lubie tout aussi gro­tesque. Mais ils auraient tord de se pri­ver. L’électeur du cru vote comme il choi­sit un res­tau­rant à thème. Il pré­fè­rera tou­jours le oncept sexy
    et inédit au pro­jet bien ficelé et prag­ma­tique.

    sep article