En Isère, les syndicats de l’ONF s’inquiètent de son possible « démantèlement »

sep article

FIL INFO – Les syndicats de l’Office national des forêts (ONF) appelaient à une manifestation à La Morte en Isère, le vendredi 14 juin. L’occasion d’exprimer leurs inquiétudes face, selon eux, à un risque de « démantèlement pur et simple » alors que les élus des communes forestières font part de leur ras-le-bol.

 

 

Un « déman­tè­le­ment pur et simple » de l’Office natio­nal des forêts ? C’est ce qui craignent les agents de l’ONF, dont l’in­ter­syn­di­cale orga­ni­sait une mani­fes­ta­tion à La Morte en Isère le ven­dredi 14 juin. Son objec­tif ? Interpeller les élus des com­munes fores­tières isé­roises, au moment où la Fédération natio­nale des com­munes fores­tières appelle à une « réflexion com­plète sur la ges­tion des forêts fran­çaises ».

 

ONF : l'office national des forêts ne veut pas renoncer à sa gestion unique du patrimoine forestier © Patricia Cerinsek - Place Gre'net

L’ONF ne veut pas renon­cer à sa ges­tion unique du patri­moine fores­tier. © Patricia Cerinsek – Place Gre’net

 

L’un des nœuds du pro­blème ? « Le pro­jet d’en­cais­se­ment des recettes des ventes de bois des forêts com­mu­nales par l’ONF », dénonce notam­ment la Fédération. Une mesure peut-être béné­fique pour les finances de l’Office natio­nal des forêts, mais qui pour­rait affec­ter « de manière signi­fi­ca­tive le bud­get des com­munes en retar­dant de plu­sieurs mois le ver­se­ment des recettes de bois », s’in­quiètent les com­munes fores­tières.

 

 

Un renforcement plutôt qu’un démantèlement

 

Les syn­di­cats de l’ONF ne nient pas que les com­munes ont « des motifs objec­tifs de mécon­ten­te­ment », parmi les­quels la mesure d’en­cais­se­ment des recettes des ventes de bois. Pas ques­tion, pour autant, de renon­cer à la ges­tion unique des parcs fores­tiers. Et les agents de rap­pe­ler que le sys­tème de gardes fores­tiers com­mu­naux autre­fois en vigueur « a été rejeté par les com­munes elles-mêmes, car il avait fait la preuve de son inef­fi­ca­cité ».

 

Forêt de résineux. L'ONF craint une industrialisation de la forêt française .© Jupiter Films

Forêt de rési­neux. L’ONF craint une indus­tria­li­sa­tion de la forêt fran­çaise. © Jupiter Films

 

Loin d’un déman­tè­le­ment de l’ONF, les syn­di­cats demandent à l’État le ren­for­ce­ment de son modèle finan­cier. Et invitent les com­munes à ne pas se concen­trer sur leurs seuls besoins, au risque de sou­mettre la quasi-tota­lité des forêts du ter­ri­toire à une exploi­ta­tion indus­trielle ou tou­ris­tique. Pour eux, seul l’ONF peut par­ti­ci­per à « l’é­qui­libre entre les attentes de l’État, incluant la prise en compte des enjeux glo­baux, et celles des col­lec­ti­vi­tés pro­prié­taires ».

 

« Non, les com­munes fores­tières ne veulent pas la dis­pa­ri­tion pure et simple de l’Office », répond indi­rec­te­ment la Fédération des com­munes fores­tières. Qui dément toute « stig­ma­ti­sa­tion des per­son­nels sur le ter­rain », ou toute volonté de « pri­va­ti­sa­tion de la ges­tion des forêts com­mu­nales ». Mais en pré­ve­nant : « Assez de défi­cit bud­gé­taire, de contri­bu­tions sup­plé­men­taires deman­dées aux com­munes, de mesu­rettes cache-misère ».

 

FM

 

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
1638 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.