La Métro lance Métrosoleil, outil en ligne pour calculer le potentiel solaire de son habitation

sep article
Vercors Music Festival du 4 au 7 juillet 2019 à Autrans

FOCUS – Grenoble-Alpes Métropole met en ligne Métrosoleil, un outil permettant de connaître le « potentiel solaire » de son habitation ou de sa copropriété, mais aussi la rentabilité d’une installation solaire sur plusieurs années. La plateforme en ligne propose également un accompagnement par l’Agence locale de l’énergie et du climat, ainsi qu’une liste d’artisans certifiés via la signature d’une charte de qualité des services.

 

 

Calculer le « potentiel solaire » du toit de sa maison ou de sa copropriété, mais aussi la rentabilité d’une installation et avoir accès à un panel d’artisans certifiés : telles sont les fonctionnalités offertes par la plateforme Métrosoleil, le « cadastre solaire » en ligne de Grenoble-Alpes Métropole. Un outil destiné aux habitants de la Métro en quête d’une solution solaire pour s’alimenter en électricité ou en chauffage.

 

De gauche à droite : Bertrand Spindler, vice-président de la Métro en charge de l'Énergie, Christophe Ferrari et Pierre Verri, président de l'Alec © Florent Mathieu - Place Gre'net

De gauche à droite : Bertrand Spindler, vice-président de la Métro en charge de l’Énergie, Christophe Ferrari et Pierre Verri, président de l’Alec. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« C’est un outil qui va servir à les accompagner dans la transition énergétique, et notamment sur le sujet du solaire, une source que l’on sait remarquable ! », vante ainsi le président de la Métro Christophe Ferrari. Remarquable, tempère-t-il, selon le degré d’exposition de son habitation, qui ne sera forcément pas le même pour qui habite au pied de la falaise de Sassenage ou en plein centre-ville de Grenoble.

 

 

Depuis le potentiel solaire jusqu’aux artisans certifiés

 

Le principe ? L’utilisateur entre l’adresse de son choix pour faire apparaître les données de l’habitation désignée. Ainsi, au 3 rue Malakoff à Grenoble, sur les 1 352 m2 de la partie principale du toit de l’immeuble de la Métro, 1 035 m2 de surface sont bien exposés, et 317 autres inexploitables en matière d’énergie solaire. Un ratio bien supérieur à celui du toit de l’Hôtel de Ville, dont les deux tiers sont inexploitables.

 

L'agence locale de l'énergie et du climat de l'agglomération grenobloise (Alec) a elle-même procédé à la pose de panneaux solaires sur son toit. © Alec

L’agence locale de l’énergie et du climat de l’agglomération grenobloise (Alec) a elle-même procédé à la pose de panneaux solaires sur son toit. © Alec

 

Une fois le potentiel solaire de sa toiture établi, l’internaute peut faire une simulation de la rentabilité d’une installation, en choisissant une utilisation électrique ou thermique. Le calcul inclut les recettes annuelles brutes (en cas de revente de l’électricité produite), le bénéfice cumulé sur vingt ans et le temps de retour sur investissement. Des chiffres notamment basés sur la probable évolution des tarifs de l’électricité à moyen et long terme.

 

Si l’utilisateur juge la simulation convaincante, il peut enfin choisir de se faire accompagner par Agence locale de l’énergie et du climat de la métropole grenobloise (Alec) ou accéder à une liste d’installateurs certifiés. Des artisans locaux qui s’engagent, via la signature d’une charte, à fournir à leurs clients « un service sérieux et de qualité », tout en les accompagnant dans les démarches administratives que représente l’installation de panneaux solaires sur leur propriété.

 

 

Un outil de lutte contre les « écodélinquants » ?

 

Pas question, pour autant, de faire de la publicité pour tel ou tel artisan, assure la Métro. « Aucun démarchage commercial n’est possible suite à l’utilisation de Métrosoleil : nous ne sommes pas la vitrine de qui que ce soit ! », insiste Christophe Ferrari. En arrivant sur le site, un message avertit par ailleurs l’internaute que la Métro ne cautionne aucun démarchage. Une manière d’anticiper des comportements abusifs de la part de certains installateurs ?

 

Signature de la charte entre la Métro et les artisans certifiés par la plateforme Métrosoleil © Florent Mathieu - Place Gre'net

Signature de la charte entre la Métro et les artisans certifiés par la plateforme Métrosoleil. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

À entendre les artisans sélectionnés par la Métro, le monde du solaire attire en effet nombre d’entreprises peu regardantes, qui n’hésitent pas à promettre monts et merveille à leurs clients tout en délivrant des devis exagérément élevés. Des « écodélinquants », juge Emmanuel Coulomb, dirigeant de la société Watt & Home. Le terme sera d’ailleurs repris par l’ensemble de ses collègues présents à l’occasion de la signature de la charte.

 

Des “écodélinquants” qui ne sont pas difficiles à reconnaître. Des signes d’abus ? Le démarchage à domicile ou par téléphone, ou la proposition d’aider le client à mettre en place un crédit pour son installation solaire. « Ils ont des discours parfaitement rodés pour mystifier n’importe qui », souligne Emmanuel Coulomb. Qui compte sur Métrosoleil pour diriger les habitants vers des « entreprises locales, expérimentées et qui savent ce qu’elles font ».

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
1649 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Merci à « place grenette » de nous avoir donné les liens vers metrosoleil car celui-ci est introuvable sur le site principal de la Metro !
    Comme toujours, leur site est si mal ordonné que vous pouvez trouver tout …. ce que vous ne cherchez pas !
    Exemple logique ici : lien introuvable dans « énergie -> j’améliore l’efficacité énergétique de mon logement ».
    J’ai déjà signalé le problème et on me répond qu’il faut utiliser un moteur de recherche. C’est bien dommage de ne pas prendre ce problème au sérieux.

    sep article
  2. Bonjour. Ce serait bien que les cartes satellites soient à jour. Je suis dans une construction qui a trois ans et elle n’apparaît pas encore sur votre carte alors que Google earth la mentionne. Sans ce problème l’idée de cette application est pas mal.

    sep article
  3. Je l’aurais plutôt appelé « Métrosolaire ». Plus identifiable, puisqu’il s’agit de poser des panneaux SOLAIRES et pas d’un service de météo. Allô le service com’?

    sep article