Élargissement de l’A480 : la justice rejette le recours en référé de la Frapna, les travaux peuvent continuer

sep article
Vercors Music Festival du 4 au 7 juillet 2019 à Autrans

FIL INFO – Le tribunal administratif a rejeté le recours en référé de la Frapna Isère. L’association de protection de la nature réclamait, au travers de l’annulation d’un des deux arrêtés préfectoraux, la suspension des travaux d’élargissement de l’A480 dans la traversée de Grenoble. La justice doit désormais examiner les recours au fond.

 

 

L'A480 est bouchée à plusieurs heures de la journée.

© Manuel Pavard – placegrenet.fr

Les travaux d’élargissement de l’A480 peuvent continuer. Le recours en référé – c’est-à-dire en urgence – de l’antenne iséroise de la fédération régionale des associations de protection de la nature (Frapna) réclamant la suspension des travaux d’élargissement de l’A480 dans la traversée de Grenoble, a été rejeté par la justice.

 

Le 13 mai, la Frapna avait en effet saisi le tribunal administratif en vue de faire annuler l’arrêté préfectoral pris le 14 janvier 2019 et donc d’obtenir la suspension du chantier commencé il y a deux mois. Un second arrêté en fait, pris au titre de l’autorisation environnementale après les conclusions, favorables, de la commission d’enquête.

 

L’association dénonçait l’absence d’étude sérieuse de solutions alternatives. Mais aussi des destructions d’espèces protégées et des travaux de défrichement sur une superficie de plus de douze hectares, traversant la seule trame verte traversant l’agglomération grenobloise. Dans sa décision rendue le 7 juin, le juge des référés de Grenoble a notamment considéré que l’urgence n’était pas démontrée, les travaux de déboisement, débutés en février, étant en grande partie réalisés.

 

« Dès lors, l’autorisation en litige est à un stade d’exécution trop avancé en ce qui concerne ces travaux pour que la condition d’urgence soit reconnue comme remplie », précise le juge. « Par ailleurs, en admettant même que la Frapna, qui est membre du conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires, n’aurait pas été en mesure d’appréhender préalablement l’importance de ces travaux lors de la réunion de cette instance le 17 décembre 2018 en raison des lacunes du dossier, cette circonstance serait sans incidence sur l’appréciation de l’urgence qui, comme il a été dit, doit s’apprécier objectivement et à la date à laquelle le juge des référés se prononce ».

 

 

Deux autres recours déposés sur le fond doivent encore être examinés par la justice

 

Le 1er mars dernier, le juge des référés avait rejeté la requête de quatre Grenoblois qui demandaient l’annulation du premier arrêté préfectoral, de déclaration publique (Dup), signé en juillet 2018.

 

Les travaux de déboisement et d’élargissement vont donc se poursuivre, le temps que le tribunal examine le dossier dans ses moindres recoins. Des recours au fond ont en effet également été déposés contre le premier et le second arrêté préfectoral, par les mêmes requérants.

 

MB

 

commentez lire les commentaires
1294 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. sep article
  2. Nickel, les empêcheurs de tourner en rond verts et rouges renvoyés dans leurs esprits étriqués et dogmatiques.

    sep article
  3. J’espère qu’on a fait payer cette frapna les frais du tribunal ? Et j’espère que la note était suffisamment salée pour qu’ils se taisent finalement

    sep article