Coupe du Monde de football féminine : Grenoble à l’heure des derniers préparatifs

sep article



REPORTAGE VIDÉO – Le coup d’envoi de la Coupe du Monde approche à grand pas. Grenoble, fait partie des neuf villes choisies pour accueillir des rencontres de cette compétition. Cinq matchs au total, dont le premier, Brésil-Jamaïque, se déroulera le 9 juin. Un évènement qui mobilise toute l’agglomération. Et au Stade des Alpes, l’ambiance est au branle-bas de combat. Car l’enceinte se métamorphose pour l’occasion.

 

 

Les camions de chan­tier font une ronde inces­sante tout autour du Stade des Alpes depuis quelques semaines. Et pour cause, c’est la pre­mière fois que la Ville de Grenoble s’ap­prête à accueillir une com­pé­ti­tion aussi impor­tante que la Coupe du Monde fémi­nine. De ce fait, tout est mis en œuvre pour rendre cet évè­ne­ment inou­bliable.

 

 

« Nous savons que, notam­ment pour les plus jeunes qui vien­dront dans ces lieux, ce seront des sou­ve­nirs qui mar­que­ront leur vie », témoigne le pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole, Christophe Ferrari. Les tra­vaux en cours au stade devraient s’a­che­ver, selon la feuille de route des orga­ni­sa­teurs, le 3 ou le 4 juin, afin d’ef­fec­tuer les tests avant la pre­mière ren­contre, Brésil-Jamaïque, qui aura elle lieu le 9 juin.

 

 

Le Stade des Alpes en pleine transformation

 

France-Brésil au Stade des Alpes ©Eléonore Bayrou

Stade des Alpes. © Éléonore Bayrou

Le Stade des Alpes a peu à peu changé de visage ces der­niers jours. L’enceinte qui accueille tout au long de l’an­née les ren­contres du GF38 et du FCG sera dépour­vue des pan­neaux à l’ef­fi­gie de ces deux clubs. À la place, seront ins­tal­lées les déco­ra­tions de la Fifa. Car la Fédération inter­na­tio­nale de foot­ball asso­cia­tion impose cer­tains de ses stan­dards.

 

« La tri­bune de presse sera, par exemple, élar­gie, pré­cise Bertrand Paquette, direc­teur du tour­noi au Comité local d’or­ga­ni­sa­tion de la Coupe du monde. Il y a un contrôle plus strict de la pelouse… Les condi­tions requises pour un mon­dial de foot modi­fient la confi­gu­ra­tion du stade et, donc, son fonc­tion­ne­ment habi­tuel. » Un véri­table tra­vail d’optimisation de l’espace est ainsi en cours.

 

Le but ? Être le mieux pré­paré à accueillir les flux impor­tants de per­sonnes, que ce soit les spec­ta­teurs, les volon­taires ou encore les équipes de pro­duc­tion. Pour rap­pel, la capa­cité maxi­male du stade est de 20 068 places. Et le record d’af­fluence, tenu pour l’heure par la ren­contre entre le FCG et le rugby club de Toulon, risque d’être balayé.

 

 

Des places vendues comme des petits pains

 

Pour l’é­vè­ne­ment, la Fifa a mis en vente plus d’un mil­lion de billets pour les 52 matchs. Des places dis­po­nibles en ligne ou dans des billet­te­ries de la Fnac et de Carrefour à des tarifs avan­ta­geux. Loin, très loin des prix affi­chés pour la Coupe du Monde mas­cu­line dont les places les moins chères coû­taient 88 euros. Pour les fémi­nines, les places sont à par­tir 9 euros. À Grenoble, elles partent très vite. En une semaine, 55 000 billets ont été ven­dus.

 

Loading...

Loading…

Le 28 mai, il ne res­tait que 2 000 places pour le match Brésil-Jamaïque mais celles-ci se font de plus en plus rares. « Quand on se pro­jette sur le 1/8e de finale, on est sur un taux de rem­plis­sage très inté­res­sant et, avec le temps qu’il reste, nous laisse à pen­ser qu’il se dérou­lera à gui­chet fermé », avance Arnaud, res­pon­sable du site de Grenoble pour le comité d’or­ga­ni­sa­tion de la Coupe du Monde fémi­nine de foot­ball.

 

 

Le Fifa Fan Experience Village

 

À par­tir du 7 juin, un vil­lage d’a­ni­ma­tion ouvrira ses portes à l’an­neau de vitesse du Parc Paul-Mistral. Un espace gra­tuit, ouvert tous les jours, où auront lieu de nom­breuses ani­ma­tions, toutes liées au bal­lon rond. Comme par exemple, « un baby­foot humain », du “bubble foot”, ainsi qu’une “kids zone” de 200 m2, avec des ate­liers maquillage et colo­riage à des­ti­na­tion des 4 – 11 ans.

 

Et pour accueillir les visi­teurs, 22 édu­ca­teurs spor­tifs ont été for­més spé­cia­le­ment pour l’oc­ca­sion. Une for­ma­tion dénom­mée « Playdagogie », incul­quant des méthodes d’a­ni­ma­tion de jeux spor­tifs, ainsi que des débats et ques­tions autour du genre.

 

Mohamed Benmaazouz

 

Immobilier des Alpes - Offres exceptionnelles de séjours aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
2411 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bravo pour l’organisation des matchs. Et où les équipes vont elles se repo­ser et se pré­pa­rer ? Il n’y a pas de « vil­lage foot » comme il y a eu « le vil­lage olym­pique »

    sep article