Les services d’urgences en colère au CHU Grenoble-Alpes face aux “cadences quasi surhumaines”

sep article



FOCUS – Les personnels des urgences hospitalières manifestaient, ce mardi 28 mai, devant le CHU Grenoble-Alpes pour dénoncer leurs conditions de travail. Un rassemblement de quelques minutes, qui fait suite au cri d’alarme lancé la semaine précédente par le Samu, dans un courrier à l’attention d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé.

 

 

Les personnels des urgences hospitalières manifestaient, ce mardi 28 mai, devant le CHU Grenoble-Alpes pour dénoncer leurs conditions de travail.© Jérôme Diaz - Placegrenet.fr

© Jérôme Diaz – Placegrenet.fr

C’est par une météo fort capri­cieuse que s’est tenue, ce mardi 28 mai entre midi et midi cinq, la (brève) mani­fes­ta­tion d’une par­tie du per­son­nel hos­pi­ta­lier. En par­ti­cu­lier, le Samu (ser­vice d’aide médi­cale d’ur­gence) et le ser­vice des Urgences devant le centre hos­pi­talo-uni­ver­si­taire Grenoble-Alpes (Chuga).

 

Plusieurs dizaines de per­sonnes sont ainsi venues – presque au sens propre – contre vents et marées pour faire valoir leurs reven­di­ca­tions quant à la situa­tion au sein des struc­tures d’ur­gence médi­cales.

 

 

Un débrayage une semaine après un courrier adressé à Agnès Buzyn

 

Cette action visait à témoi­gner de leur soli­da­rité avec l’en­semble des pro­fes­sions du sec­teur médi­cal. Une opé­ra­tion de « débrayage » (grève de courte durée), des­ti­née à aler­ter l’o­pi­nion sur le quo­ti­dien éprou­vant du sec­teur hos­pi­ta­lier. Celle-ci s’ins­cri­vait dans le cadre d’un mou­ve­ment à la fois régio­nal et natio­nal. Des actions sem­blables ont ainsi eu lieu à Voiron et à Vienne, d’ailleurs en grève.

 

© Jérôme Diaz - Placegrenet.fr

© Jérôme Diaz – Placegrenet.fr

Parmi les pro­fes­sions concer­nées, figurent les assis­tants de régu­la­tion médi­cale (ARM). Un bar­ba­risme admi­nis­tra­tif typi­que­ment fran­çais qui désigne sim­ple­ment les urgen­tistes char­gés de répondre lorsque vous com­po­sez le fameux « 15 » des Secours.

 

Ce sont donc ces ARM avec leurs col­lègues du Samu qui ont lancé ce « mou­ve­ment de débrayage ». Une semaine jour pour jour après un cour­rier adressé par leurs soins – sans mau­vais jeu de mots – à Agnès Buzyn, ministre des soli­da­ri­tés et de la Santé.

 

 

« Une cadence effrénée, quasi surhumaine » au CHU Grenoble-Alpes

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
1949 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.