Accueil en crèche : nouvelle grève bien suivie à Grenoble à l’appel du collectif Pas de bébé à la consigne

sep article



FIL INFO – Bis repetita, le personnel des crèches de Grenoble était de nouveau en grève, ce jeudi 23 mai, à l’appel national du collectif Pas de bébé à la consigne. Objectif ? Continuer de faire pression contre le projet d’ordonnance que l’État prévoit de faire voter en juillet, portant sur l’assouplissement des conditions d’accueil des enfants en crèche. Ce « qui aggraverait encore la situation actuelle à Grenoble », dixit la CGT

 

 

Mobilisation sur la place Verdun du personnel des crèches à l'appel du collectif "Pas de bébé à la consigne" jeudi 23 mai 2019 à Grenoble. DR

Mobilisation place Verdun du per­son­nel des crèches à l’ap­pel du col­lec­tif Pas de bébé à la consigne le 23 mai 2019 à Grenoble. DR

En tota­lité ou par­tiel­le­ment, le per­son­nel de 18 crèches publiques gre­no­bloises sur 28 a suivi le mou­ve­ment de grève lancé au niveau natio­nal par le col­lec­tif Pas de bébé à la consigne, jeudi 23 mai.

 

Parmi ces pro­fes­sion­nels, essen­tiel­le­ment des auxi­liaires de pué­ri­cul­ture et des édu­ca­teurs de jeunes enfants, mais aussi des assis­tantes mater­nelles exer­çant dans des crèches fami­liales. Motif de ce nou­vel appel à la grève, après celui du 28 mars ? Alerter l’o­pi­nion publique sur les consé­quences du pro­jet d’or­don­nance visant à modi­fier la régle­men­ta­tion des modes d’ac­cueil des enfants en crèche.

 

 

Plus d’enfants pour moins d’espace, sans personnel supplémentaire

 

L’ordonnance sur les modes d’ac­cueil devrait être votée en juillet. Or cer­taines pro­po­si­tions, même si elles peuvent encore évo­luer, font bon­dir nombre de pro­fes­sion­nels des crèches de Grenoble. Tout d’a­bord, le taux d’encadrement des enfants pour­rait être assou­pli, au détri­ment de l’embauche de per­son­nel, des condi­tions de tra­vail des pro­fes­sion­nels en place et de l’é­pa­nouis­se­ment des enfants, dénoncent Nathalie Uchet, et Nadia Granger, syn­di­ca­listes CGT à la Ville et au CCAS de Grenoble.

 

A l'appel du collectif Pas de bébé à la consigne, les professionnels des crèches de Grenoble étaient de nouveau en grève ce jeudi 23 maiMobilisation sur la place Verdun du personnel des crèches à l'appel du collectif "Pas de bébé à la consigne" jeudi 23 mai 2019 à Grenoble. DR

Mobilisation sur la place Verdun du per­son­nel des crèches à l’ap­pel du col­lec­tif Pas de bébé à la consigne, le jeudi 23 mai 2019 à Grenoble. DR

 

Point tout à fait dom­ma­geable de l’a­vis du col­lec­tif, la super­fi­cie accor­dée par enfant pour­rait, quant à elle, pas­ser de 7 à 5,5 m2. Autre sujet d’in­quié­tude pour les gré­vistes : les éta­blis­se­ments auraient la pos­si­bi­lité d’ac­cueillir des enfants en sur­nombre, jus­qu’à 20 % en plus, sans besoin de faire appel à davan­tage d’en­ca­drants.

 

Mobilisation du personnel des crèches à l'appel du collectif Pas de bébé à la consigne le 23 mai 2019 à Grenoble. DR

Mobilisation place Verdun du per­son­nel des crèches à l’ap­pel du col­lec­tif Pas de bébé à la consigne le 23 mai 2019 à Grenoble. DR

Les syn­di­ca­listes dénoncent, au final, une ordon­nance qui ne va pas dans le bon sens…

 

« Nous tra­vaillons déjà constam­ment dans l’ur­gence, déplorent les syn­di­ca­listes. Quand le moindre grain de sable sur­vient, les enfants ne sont déjà plus en sécu­rité. Cette ordon­nance ne va faire qu’ag­gra­ver les choses », mettent en garde les syn­di­ca­listes.

 

 

Il manque une cinquantaine de postes dans les crèches, dixit les syndicalistes

 

« Nous fai­sons du gar­dien­nage dans les crèches à Grenoble, vitu­pèrent les pro­fes­sion­nelles. C’est très dif­fi­cile de mettre en place des pro­jets inté­res­sants […] Nous récla­mons des postes de titu­laires que la Ville a gelés petit à petit. » Selon les syn­di­ca­listes, il fau­drait ainsi embau­cher cin­quante per­sonnes sup­plé­men­taires dans les crèches gre­no­bloises pour retrou­ver des condi­tions nor­males de tra­vail.

 

Pas de bébé à la consigne réclamait le personnel des crèches de Grenoble jeudi 23 mai 2019 à Grenoble. DR

Mobilisation place Verdun du per­son­nel des crèches à l’ap­pel du col­lec­tif Pas de bébé à la consigne le 23 mai 2019 à Grenoble. DR

 

La mobi­li­sa­tion a été bien sui­vie à Grenoble, mais légè­re­ment moins que lors la pre­mière édi­tion. « Il y a eu un peu moins de gré­vistes que lors du pre­mier appel, recon­naissent les syn­di­ca­listes, mais parce qu’il a fallu s’or­ga­ni­ser très rapi­de­ment, en une semaine », expliquent-elles. En outre, parmi les pro­fes­sion­nelles, on compte un cer­tain nombre de mamans seules « qui ne peuvent pas se per­mettre un deuxième jour de grève [non rému­néré] dans le mois ».

 

En revanche, d’autres pro­fes­sion­nels ont rejoint les mani­fes­tants devant la pré­fec­ture de Grenoble, ce jeudi : les employés des crèches de Meylan et de la com­mu­nauté de com­munes du Grésivaudan « où c’est encore pire que pour nous ! », lancent les syn­di­ca­listes de la CGT de la Ville et du CCAS.

 

Une délé­ga­tion de mili­tantes a pu plai­der leurs causes, ce jeudi, lors d’une ren­contre à la pré­fec­ture mais rien de par­ti­cu­lier n’a été annoncé depuis.

 

SC

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2316 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.