Biennale : un succès pour la transition écologique… et une rampe de lancement pour Eric Piolle aux municipales ?

sep article

FOCUS – La deuxième biennale des villes en transition a fait le plein, se réjouissent ses organisateurs et Eric Piolle, le maire écologiste de Grenoble. Au total, 50 000 personnes ont participé à cet événement qui s’est tenu du 9 au 16 mars. La recette du succès ? La venue de têtes d’affiche, d’une part, et la diversité de l’offre des événements, d’autre part. De quoi élargir le cercle des convaincus luttant contre le dérèglement climatique. Et, en bonus, de prometteuses retombées pour les municipales 2020 ?

 

 

Eric Piolle, maire de Grenoble et Jonathan Durand-Falco, chercheur québecois, expert du municipalisme, lors de la biennale des villes en transition à Grenoble, samedi 16 mars 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Eric Piolle, maire de Grenoble, et Jonathan Durand-Falco, chercheur québecois, expert du municipalisme, lors de la biennale des villes en transition à Grenoble, samedi 16 mars 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Pas moins de 50 000 festivaliers sont venus de toute la métropole grenobloise et bien au-delà pour participer aux quelque 150 événements proposés du 9 au 16 mars dans le cadre de la deuxième biennale des villes en transition de Grenoble, indiquent ses organisateurs.

 

« La biennale, cela a été huit jours d’une diversité d’événements et de rencontres extrêmement forts, a résumé avec entrain Éric Piolle, le maire de Grenoble, lors d’un point presse, à quelques heures de la fin de la biennale, samedi 16 mars. « C’est l’effervescence de l’événement qui a frappé tout le monde, avec un lieu de vie [le palais des sports, ndlr] qui a trouvé sa place », a-t-il asséné, ravi.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2160 visites | 9 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 9
  1. On peut ne pas être d’accord avec le maire de Grenoble, n’empêche que le sujet du changement climatique est réel et nécessite qu’on le prenne au sérieux…
    On peut aussi y voir une « récupération politique » comme le sous-entend l’article, personnellement peu importe quel maire s’en charge, du moment qu’on s’en préoccupe de façon éclairée et scientifique.

    sep article
  2. Après pétrole ? Là, vous êtes parti pour une mauvaise surprise, car « l’apres pétrole » sera forcément nucléaire . Moi, ça m’arrange parfaitement, et vous ? 🙂

    sep article
  3. Il ne faut pas s’étonner qu’il y ait eu autant de participants à la semaine des villes en transition. Les grincheux ne doivent pas apprécier que les manifs sur le climat aient réuni autant de monde à Grenoble et ailleurs.
    Il faut pourtant regarder ce que sont ces villes en transition. Il y en a partout dans le monde qui préparent l’après pétrole et en France le mouvement est national
    https://www.entransition.fr/
    combien de villes et villages sont inscrits ?
    C’est un mouvement irréversible
    https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/eco-consommation-mouvement-villes-transition-cest-4822/

    sep article
    • Participez à une marche pour le climat c’est se retrouver avec une déchetterie à ciel ouvert après leur passage .. c’est pas très écolo tout ça

      sep article
  4. Un succès? Vous rigolez?
    50 000 personnes?
    C’est comme les 100 000 de la première fête des tuiles!

    sep article
  5. « Grenoble – ville en transition » ? En transition où exactement ? Je dirais plutôt une ville en ghettoïsation , grâce exactement aux actions de M Piolle et de sa bande [modéré].

    sep article
  6. 50000 personnes pour sa campagne électorales baptisée ville en transition ? Piolle et ses amis, rois du bidonnage des statistiques ont compté les manifestants clairement 😀

    sep article
    • En plus, le comptage tient compte d’un nombre impressionnant de personnes non grenobloises!

      sep article
    • « ville en transition » – c’est que de l’enfumage, promesses vides, utopie pour les rêveurs. Dans ce monde il a des actions forts des gens qui bossent et qui changent le monde. Et au contraire, il y a ceux qui glandent, manifestent et inventent des expressions vides, comme cette municipalité a fait dès le début de son mandat

      sep article