Particules fines : le bassin grenoblois placé en niveau « information-recommandation » dès le mardi 22 janvier

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO — La préfecture de l’Isère annonce placer dès mardi 22 janvier le bassin grenoblois en niveau « Information-recommandation », suite à un épisode de pollution aux particules fines. Et émet un certain nombre de mesures à l’intention des usagers de la route, des industriels, des agriculteurs, des collectivités et de l’ensemble de la population.

 

 

C’est le pre­mier épi­sode, et pro­ba­ble­ment pas le der­nier, de l’an­née 2019. La pré­fec­ture de l’Isère annonce que le bas­sin gre­no­blois sera placé dès le mardi 22 jan­vier en niveau « Information-recom­man­da­tion ». Les pré­vi­sions d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes annoncent en effet un épi­sode de pol­lu­tion aux par­ti­cules fines PM10. Autrement dit, avec un dia­mètre infé­rieur à 10 micro­mètres.

 

La préfecture place le bassin grenoblois en niveau « information-recommandation » dès le 22 janvier, suite à un épisode de pollution aux particules fines.Nuage de pollution sur Grenoble. © Patricia Cerinsek - Place Gre'net

Nuage de pol­lu­tion sur Grenoble. © Patricia Cerinsek – Place Gre’net

 

Comme le veut l’u­sage, les ser­vices de l’État dif­fusent des mesures de pru­dence, en par­ti­cu­lier à l’é­gard des per­sonnes sen­sibles ou vul­né­rables. Il est donc recom­mandé de s’é­loi­gner des grands axes rou­tiers aux périodes de pointe et d’é­loi­gner les enfants de la pol­lu­tion auto­mo­bile. Ainsi que de limi­ter ses sor­ties entre 13 heures et 20 heures, et de limi­ter les acti­vi­tés phy­siques et spor­tives en plein air.

 

En cas d’in­quié­tudes ou de symp­tômes, les per­sonnes ne doivent pas hési­ter à prendre conseil auprès de leur phar­ma­cien ou de leur méde­cin.

 

 

Abaisser la vitesse de son véhicule

 

Les usa­gers de la route sont, de leur côté, invi­tés à limi­ter de plus pos­sible les émis­sions de pol­luants. Et ceci en pri­vi­lé­giant les trans­ports en com­mun, le covoi­tu­rage ou autres solu­tions alter­na­tives. Il est éga­le­ment demandé aux entre­prises d’a­dap­ter leurs horaires de tra­vail et de la faci­li­ter, si pos­sible, le recours au télé­tra­vail.

 

Les automobilistes sont invités à limiter leur vitesse © Léa Raymond - Place Gre'net

Les auto­mo­bi­listes sont invi­tés à limi­ter leur vitesse. © Léa Raymond – Place Gre’net

 

Les auto­mo­bi­listes doivent en outre s’abs­te­nir de rou­ler avec un véhi­cule de norme infé­rieure ou égale à EURO 3, et dont la plaque d’im­ma­tri­cu­la­tion est anté­rieure au 1er jan­vier 2006. Des baisses de vitesse sont éga­le­ment recom­man­dées : de 20 km/h sur les voies pour les­quelles la vitesse maxi­male auto­ri­sée est supé­rieure ou égale à 90 km/h, et de 10 km/h sur les voies pour les­quelles la vitesse maxi­male auto­ri­sée est égale à 80 km/h.

 

 

Des recommandations générales à la population

Les industriels sont invités à limiter les activités génératrices de poussières © Fanny Chatchate

Les indus­triels sont invi­tés à limi­ter les acti­vi­tés géné­ra­trices de pous­sières. © Fanny Chatchate

 

Industriels et agri­cul­teurs doivent, eux aussi, adop­ter les mesures d’u­sage : sus­pendre toute opé­ra­tion de bru­lage à l’air libre, et réduire le plus pos­sible les rejets atmo­sphé­riques. Quitte à repor­ter des opé­ra­tions émet­trices de par­ti­cules et oxydes d’a­zote à la fin de l’é­pi­sode de pol­lu­tion. L’activité des chan­tiers géné­ra­teurs de pous­sière doit être réduite, ainsi que l’u­ti­li­sa­tion des groupes élec­tro­gènes.

 

Les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales sont, elles aussi, priées de prendre des mesures pour limi­ter les émis­sions. Les sug­ges­tions de la pré­fec­ture ? « Rendre tem­po­rai­re­ment gra­tuit le sta­tion­ne­ment rési­den­tiel » ou pra­ti­quer des prix plus attrac­tifs pour les trans­ports en com­mun ou autres modes de dépla­ce­ment alter­na­tifs. Les employés des col­lec­ti­vi­tés doivent par ailleurs évi­ter l’u­sage d’ou­tils non élec­triques ou de sol­vants orga­niques.

 

Enfin, l’en­semble de la popu­la­tion est appelé à prendre des mesures. Là encore, les tra­vaux domes­tiques seront, de pré­fé­rence, réa­li­sés avec des outils élec­triques et sans sol­vants orga­niques. Et la pré­fec­ture rap­pelle qu’il est inter­dit de brû­ler des déchets verts. Pour finir, les citoyens sont invi­tés à maî­tri­ser la tem­pé­ra­ture de leur loge­ment (sans excé­der 19 °C) et à évi­ter le recours à des appa­reils de chauf­fage au bois d’ap­point.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1798 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Ceux qui n’au­ront aucun mal à obéir au Préfet en ce qui concerne la mai­trise de la tem­pé­ra­ture de leur loge­ment, c’est tous les gens qui dorment encore dans la rue, vu qu’au­cun gym­nase n’a été ouvert pour les mettre à l’a­bri.
    Le pré­fet serait-il un adepte de l’é­co­lo­gie ?

    sep article