Acte VII des gilets jaunes : échec de l’opération péage gratuit à Voreppe et une blessée grave

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

REPORTAGE VIDÉO – Environ 200 gilets jaunes ont à nouveau tenté d’investir la barrière de péage de Voreppe pour une opération “péage gratuit”, ce samedi 29 décembre, dans le cadre de leur septième semaine de mobilisation. Bilan ? Une manifestante blessée à la tête au cours d’une charge des forces de l’ordre en fin de matinée.

 

 

Les gilets jaunes remontent la RD3. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les gilets jaunes remontent la RD3. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Tôt ce samedi 29 décembre, des groupes de gilets jaunes com­mencent à affluer petit à petit sur le rond-point du Minotaure non loin du péage de Voreppe. Tous sont venus à pied en emprun­tant des che­mins ou en pas­sant à tra­vers champs. Et pour cause, des forces de gen­dar­me­rie inter­disent tout accès en voi­ture aux alen­tours et sur la RD3 lon­geant l’au­to­route.

 

L’objectif des mili­taires est clair, en ce week-end de chassé-croisé hiver­nal de vacan­ciers : empê­cher les gilets jaunes de mener une opé­ra­tion “péage gra­tuit” sur l’A48 et de per­tur­ber la cir­cu­la­tion. Une action votée en amont via Facebook, dans le cadre de la sep­tième semaine de mobi­li­sa­tion du mou­ve­ment des gilets jaunes.

 

 

Une manifestante blessée au cours d’une charge des forces de l’ordre

 

Toujours est-il que cette nou­velle mobi­li­sa­tion à Voreppe s’est dérou­lée dans un calme tout rela­tif par rap­port à celle de la semaine pré­cé­dente… beau­coup plus mou­ve­men­tée. Les gilets jaunes ont bien tenté à plu­sieurs reprises de par­ve­nir jus­qu’au péage. Sans suc­cès, du fait de l’om­ni­pré­sence de mili­taires de la gen­dar­me­rie, très réac­tifs et mobiles.

 

Une manifestante blessée à la tête au péage de Voreppe. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Une mani­fes­tante bles­sée à la tête. © Joël Kermabon – Place Gre’net

La tête d’une mani­fes­tante a alors heurté lour­de­ment le sol au cours d’une charge des gen­darmes avec force tirs de lacry­mo­gènes. Une charge « hon­teuse », selon les mani­fes­tants. Celle-ci visait à dis­per­ser un attrou­pe­ment sur la chaus­sée « illé­gal et dan­ge­reux pour les usa­gers et les mani­fes­tants », selon les forces de l’ordre.

 

La mani­fes­tante, qui souffre d’un trau­ma­tisme crâ­nien et d’un héma­tome sous-dural, a été admise à l’hô­pi­tal de Voiron, faute de place en neu­ro­lo­gie au CHU de Grenoble. Actuellement incons­ciente, selon des proches, elle a été plon­gée dans un coma arti­fi­ciel pour pou­voir subir une opé­ra­tion dans un second temps.

 

 

Retour en images sur quelques séquences de cette nou­velle mobi­li­sa­tion cap­tées au cours de la mati­née du 29 décembre.

 

Reportage : Joël Kermabon – Place Gre’net

 

 

D’autres opérations de gilets jaunes notamment à Crolles, Rives et Vizille

 

Presque dans le même temps, un groupe de gilets jaunes s’est déta­ché du reste du ras­sem­ble­ment. Après avoir remonté la RD3, puis coupé à tra­vers champs, ses membres ont rejoint les voies de l’au­to­route A48 grâce à une ouver­ture dans le grillage. Les forces de l’ordre les ont repous­sés sans ména­ge­ment en fai­sant usage de jets de gre­nades lacry­mo­gènes.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Les mani­fes­tants ont tenté de réci­di­ver en tout début d’a­près-midi envi­ron un kilo­mètre après la sor­tie de Voreppe, sans guère plus de suc­cès. Et ce mal­gré l’é­di­fi­ca­tion de deux bar­ri­cades en tra­vers de la RD3, tou­jours cou­pée à la cir­cu­la­tion, des­ti­nées à gêner les forces de l’ordre si elles inter­ve­naient.

 

Dans le même temps, au rond-point du Rafour de Crolles, quelques dizaines de gilets jaunes se sont ras­sem­blées dans le calme. Tandis qu’une tren­taine de mani­fes­tants pos­tés sur le rond-point de Vizille de la RN85 qui mène aux sta­tions de l’Oisans bat­taient de la semelle. À Rives, vers 11 h 45 sur la bre­telle menant à l’A48, une ving­taine de citoyens en colère ont réussi, quant à eux, à mener une opé­ra­tion “péage gra­tuit”.

 

La jour­née de mobi­li­sa­tion à Voreppe a pris fin à la tom­bée de la nuit, après la dis­per­sion des quelques dizaines de gilets jaunes encore pré­sents sur le rond-point du Minotaure. De quoi per­mettre aux forces de l’ordre de réta­blir la cir­cu­la­tion sur la RD3, blo­quée depuis le samedi matin.

 

Joël Kermabon

 

La préfecture de l’Isère prend des mesures pour limiter les troubles à l’ordre public

 

Face aux nou­veaux appels à mani­fes­ta­tions, le pré­fet de l’Isère a pris un cer­tain nombre de dis­po­si­tions afin de pré­ve­nir tout risque de troubles à l’ordre public. Elle s’ap­pliquent à l’ensemble du dépar­te­ment depuis le 28 décembre à 18 heures jus­qu’au 1er jan­vier à 6 heures du matin.

 

Préfecture de Grenoble sur la Place de Verdun à Grenoble ©Eléonore Bayrou

Préfecture de l’i­sère  place de Verdun à Grenoble
©Eléonore Bayrou

Le trans­port de com­bus­tibles cor­ro­sifs, de car­bu­rants à empor­ter et de gaz inflam­mables sont ainsi inter­dits, « sauf néces­sité jus­ti­fiée », indiquent les ser­vices pré­fec­to­raux.

 

Également pro­hi­bée, la déten­tion et l’usage de fumi­gènes, feux d’artifice et pétards « en rai­son du risque de bles­sures et d’incendie qu’ils repré­sentent et des mou­ve­ments de foule que peuvent géné­rer leurs déto­na­tions ».

 

S’ajoutent à cette liste, la déten­tion et le trans­port sur la voie publique de pro­duits chi­miques, inflam­mables ou explo­sifs, qu’ils soient sous forme solide, liquide ou gazeuse. De sur­croît, le trans­port et la consom­ma­tion de bois­sons alcoo­li­sées sur la voie publique et le trans­port d’armes par des­ti­na­tion sont rigou­reu­se­ment pros­crits.

 

Plus spé­ci­fi­que­ment pour la Saint-Sylvestre, la vente au détail de com­bus­tibles cor­ro­sifs, car­bu­rants à empor­ter et gaz inflam­mables est inter­dite. De même que l’usage de fusées, feux d’artifice et pétards, « en rai­son des risques accrus à cette date pour l’ordre public ». Ces mesures s’ap­pliquent du 31 décembre à 6 heures du matin jus­qu’au 1er jan­vier 2019 à 6 heures.

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
9092 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.