Nouvelle controverse ce mercredi 19 décembre : une campagne électorale sur un programme métropolitain ?

sep article

EN BREF – Environ 80 % des décisions politiques se prennent dorénavant au niveau métropolitain. Instance participative, le conseil de développement (C2D) de Grenoble-Alpes Métropole a ainsi jugé pertinent d’organiser une nouvelle « controverse », ce mercredi 19 décembre, de 18 à 21 heures, sur la place des sujets métropolitains lors des prochaines élections municipales. L’entrée est gratuite et sur inscription.

 

 

Métropole grenobloise, vue aérienne DR

Métropole grenobloise, vue aérienne. DR

Quelle place doit occuper le projet métropolitain dans la campagne municipale qui a déjà démarré ?

 

La question sera mise en débat à l’occasion d’une soirée « controverse », organisée par le conseil de développement (C2D) métropolitain de Grenoble-Alpes Métropole, ce mercredi 19 décembre, à Sciences Po, sur le campus de Saint-Martin-d’Hères. La troisième du genre. Un sujet fort à propos, étant donné que le pouvoir des maires s’est réduit comme une peau de chagrin en quelques années, et encore un peu plus depuis la constitution de la Métropole en 2015.

 

Principe des vases communicants, Grenoble-Alpes Métropole a vu ses compétences et prérogatives s’empiler. C’est dorénavant à l’échelle métropolitaine que se prennent les principales décisions relatives à l’économie, l’environnement, les déplacements…

 

 

« Par les temps qui courent, il vaut mieux être clair dans ce que l’on dit »

 

L’avenir des communes est ainsi devenu interdépendant de celui de la métropole. « Les candidats aux municipales ne peuvent plus faire des propositions pour leur commune et ignorer que les décisions ne seront pas prises dans leurs communes », insiste Marie-Christine Simiand, animatrice bénévole du C2D. « Il y aurait une forme d’arnaque dans l’affaire », en déduit-elle.

 

Environ 80 % des décisions politiques se prenant au niveau métropolitain, le C2D de Grenoble-Alpes Métropole veut dépoussiérer les campagnes municipales.Manifestation des gilets jaunes samedi 15 décembre 2018 à Grenoble. © Jérémie Le Colleter - Placegrenet.fr

Manifestation des gilets jaunes samedi 15 décembre 2018 à Grenoble. © Jérémie Le Colleter – Placegrenet.fr

« Par les temps qui courent, il vaut mieux être clair dans ce que l’on dit, renchérit Bernadette Aubrée, également bénévole et coorganisatrice des controverses. Il peut y avoir des conséquences qu’on n’avait pas imaginées… » L’État s’est mis à dos les gilets jaunes. Demain, une collectivité pourrait tout aussi bien voir débarquer à sa porte des citoyens ayant le sentiment d’avoir été floués pour motif de rupture d’engagement électoral.

 

 

Objectif : donner envie de voter

 

Bref, les candidats aux élections municipales ne peuvent plus bercer leurs électeurs d’illusions. Les prétendants aux postes de maires et de conseillers municipaux ont désormais le devoir, en coordination avec leur groupe politique, de s’engager sur des politiques publiques qu’ils pourront tenir, préviennent les bénévoles du C2D de Grenoble-Alpes Métropole. A fortiori parce que ces engagements s’articulent avec un projet métropolitain.

 

Tag, politique, vote, parc Paul Mistral, Grenoble. © Chloé Ponset - Place Gre'netLa difficulté demeure de mettre en musique ces deux niveaux lors des élections municipales, le tout en rendant la campagne électorale attractive… pour qu’au final les citoyens se rendent aux urnes.

 

Lors de la soirée, des représentants des huit groupes politiques de la Métropole de Grenoble prendront la parole pour donner leur avis sur le sujet.

Par ailleurs, la controverse sera rythmée par plusieurs temps forts et originaux, dont un débat contradictoire organisé par les étudiants du Master 1 Sciences de gouvernement comparées, ainsi qu’un théâtre forum animé par la troupe Petit pas pour l’Homme, avec la participation des jeunes d’Unis-cité et de membres du C2D.

 

L’entrée est gratuite mais sur inscription.

 

Séverine Cattiaux

commentez lire les commentaires
1414 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Sauf qu’Eric #Piolle est avec sa municipalité et amis politiques, son groupe donc, majoritaire à la #Metropole de Grenoble, il en est donc de fait le président même s’il n’a pas le titre.

    Il est d’ailleurs suivi aveuglément par sa majorité, il ne peut donc pas soustraire ses responsabilités directes sur les decisions prises et retombés catastrophiques pour #Grenoble et les metropolitains.

    Piolle ne peut nier la chasse au cumul de mandats de ses conseillers municipaux et amis politiques, qui ont pour certains fait de la politique une histoire de famille, une caste, avec toutes les déviances qui vont avec.

    Il ne peut nier ses responsabilités avec sa municipalité, dans la dilapidation des impôts (qu’il gaspille aussi à Grenoble) des contribuables par « sa » Métropole incontrôlée et incontrôlable dans ses incenséés et inombrables gaspillages et décisions dogmatiques.

    Vivement 2020 que nous passions à autre chose.

    sep article
  2. Bien sûr la Métro a de plus en plus de pouvoirs de décision dans de plus en plus de domaines. Je trouve normal pour une certaine égalité dans les 49 communes qui la composent Mais .. il ne faut pas oublier que chaque commune est représentée à la Metro et vote. Les élections municipales restent donc très importantes pour les représentations des citoyens et de leur tendance politique, surtout dans ce mouvement de développement durable et de lutte contre le réchauffement climatique

    sep article
  3. « Environ 80 % des décisions politiques se prennent dorénavant au niveau métropolitain »
    Bonne information que peu savent.

    Bon article.
    Merci!

    sep article