Le site du collectif Le vélo qui marche hébergé sur le serveur du site de campagne… d’Alain Carignon

sep article

FIL INFO –  Le site Internet du collectif Le vélo qui marche, opposé au schéma Chronovélo de la Métropole de Grenoble, et le nouveau site de campagne de l’ancien maire de Grenoble Alain Carignon… partagent le même serveur Internet. Et les mêmes opinions politiques?

 

 

Le site du collectif Le vélo qui marche hébergé sur le serveur du site de Carignon, révèlation du tweetos "Alain C ex maire de Gre"

Le site du collectif Le vélo qui marche hébergé sur le serveur du site de Carignon, une révélation du tweetos « Alain C. ex maire de Gre » (un pseudo)

Après vérification, l’information s’avère exacte. Le site du collectif Le vélo qui marche est bel et bien hébergé sur le serveur des sites la Société civile avec les citoyens et Grenoble le changement.

 

Autrement dit, le site de campagne pour les prochaines élections municipales, d’ Alain Carignon, ex-maire RPR de Grenoble, condamné en son temps pour corruption.

 

C’est un tweetos, se cachant ironiquement sous le pseudo «Alain C., ex maire de Grenoble» qui a lancé ce pavé dans la mare ce jeudi. D’après nos sources, les trois sites, celui de la Société civile, avec les citoyens, de Grenoble le changement, et du collectif Le vélo qui marche sont configurés à l’identique. Il n’y aucun doute là-dessus, ils ont été propulsés par le même administrateur.

 

Toutefois, et contrairement aux apparences, le collectif Le vélo qui marche ne serait à l’en croire pas piloté en sous-main par l’ancien maire dans le but de nuire à ses adversaires politiques. « Quand on connaît les opinions des uns et des autres, c’est profondément ridicule de penser que nous sommes sous la coupelle de Carignon » se défend ainsi un militant du collectif. Lui-même a découvert le pot aux roses sur les réseaux sociaux dans la journée.

 

 

«On va très rapidement changer d’hébergeur »

 

Collectif Le vélo qui marche, mercredi 28 novembre 2018 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Collectif Le vélo qui marche, mercredi 28 novembre 2018 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Cet hébergement “chez” l’ancien maire Alain Carignon fait désordre…

 

Il surprend en tout cas au moins deux membres du collectif, joints par téléphone, qui semblent tomber des nues.

 

« C’est sans doute vrai. Il y a pu y avoir quelqu’un qui a trouvé quelqu’un pour faire le site, suppute l’un d’entre eux.On va tirer cela au clair entre nous. »

 

Le militant évoque « une maladresse », « une fausse note », qui « sera réparée ». Les choses ne peuvent pas demeurer en l’état, à l’entendre. «On va très rapidement changer d’hébergeur » assure-t-il, sans l’ombre d’un doute.

 

SC

 

 

 

 

commentez lire les commentaires
1670 visites | 10 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 10
  1. D’àprès la municipalité #Piolle et ses amis politiques et politisés invités et venus en masse bourrer la salle lors de la réunion de concertation chronovelo, ou plutôt le guet apen organisé par le soutien de Piolle #Gilles Namur afin de dézinguer le collectif #Leveloquimarche qui subissait dejà les attaques du #Réseau citoyen dont nombre d’élus en sont issus comme #Pascal Clouaire;  pour ses menteurs et affabulateurs chroniques, il y aurait derrière ce collectif #Alain Carrignon?

    Parfaitement ridicule si on regarde qui sont les personnes de ce collectif,  ce que savent pertinemment leurs detracteurs comme la presse.

    Les faux écolos rouges et verts de l’#Ades et leurs alliés du #Réseau citoyen , rois des fake news s’en donnent a coeur joie afin de discréditer tous ceux qui ne vont pas dans leurs sens.

    De vraies methodes d’extrême gauche ayant fait leurs preuves dans tous les pays totalitaires, heureusement que nous sommes dans un pays respectant les droits de l’homme car si ce n’était pas le cas, ce collectif serait depuis le début emprisonné pour je ne sais quel complot.

    sep article
  2. Bonne nouvelle : ce sont des boulets 😀

    Le niveau des arguments de ce site ne volait pas haut, mais là, c’est bon, ils sont grillés. On devait pourtant reconnaître un effort au niveau de la forme du site : il n’y avait pas un seul titre en majuscule, contrairement aux articles de Grenoble le Changement !

    Vivement fin 2019 et que les projets (CVCM et Chronovélo) soient terminés, et qu’on entende plus parler de ces collectifs bidons.

    sep article
  3. heureusement que ce sont des bras cassés.
    oust! dehors! travaillez pour le bien commun et non en sous main pour un ancien corrompu, tollard qui a volé l’argent des grenoblois.

    c’est incroyable cette stratégie d’occupation de l’espace et de création d’une « réalité » par des sites et des sources d’info toutes dirigées vers un même but.
    on en perdrai la foi dans toute honnêteté d’une action.

    sep article
    • J’ai un peu (beaucoup) la même réaction mais depuis que j’ai lu le bouquin « Le système Carignon » (disponible gratuitement aux formats epub et pdf ici http://www.lesystemecarignon.fr/), je comprends mieux tout ce qui se passe actuellement : c’est quasiment la réplique de la période pré-municipale de 1983 avec dénigrements systématiques des actions des élus, collectivités ou des associations, mise en place de collectifs bidons, noyautage etc. Bref, c’est le système Carignon qui se prolonge aujourd’hui ne serait-ce qu’au niveau de la communication (je ne préjuge en rien de ce qui se passe dans la partie non-visible de l’iceberg avec le réseau de copinage qui est très bien démontré dans le bouquin).

      Il faut faire le tri dans la masse d’information, tâche d’autant plus difficile aujourd’hui avec internet qu’on peut y raconter tout et n’importe quoi. Bon, avec ce collectif, sans même aller chercher du côté du whois du serveur ou de faire un ping sur les 3 sites cités pour voir qu’ils partagent la même adresse IP, il suffit de regarder les arguments avancés pour s’apercevoir que leurs propositions sont en décalage de 30 à 40 ans sur ce qui se fait aujourd’hui en matière d’aménagements cyclables en Hollande. Tiens, 30 / 40 ans, ça nous replonge dans les années 1978 – 1988 😀

      sep article
  4. Merci pour avoir égayé ma journée
    😉
    Il faudrait aussi changer l’emplacement où ils se font prendre en photo !
    C’est toujours dans ce petit espace triangulaire en sortant du tunnel du Cours Berriat en allant vers Fontaine. Ni en marche ni à vélo. Remarquez cet espace est juste dimensionné pour recevoir tous les adhérents 😉

    sep article
  5. sep article
  6. Hahahaha, pris la main dans le sac !

    Puisqu’on est dans le vélo (mais sport plutôt que transport), cela me rappelle Richard Virenque et les Guignols de l’Info : « à l’insu de mon plein gré ».

    Décidément, après le 30km/h des cyclistes en vitesse de croisière, la brocante annuelle du cours Berriat et le marathon Grenoble-Vizille sur l’avenue Jean Perrot empêchant la réalisation de la Chronovélo, l’incompatibilité devant le lycée Champollion vs la compatibilité devant le lycée Mounier, ce collectif est plein de trouvailles désopilantes.

    sep article
  7. sep article
    • MB

      07/12/2018
      11:02

      Non celui-ci est en accès libre car c’est un simple fil info. Or tous les fils infos sont accessibles aux non-abonnés. Il ne faut pas voir du vice partout 😉

      sep article
  8. Ping : CHRONOVELO, ça avance… dans le bon sens « ADES – Rouge et Vert