Quinze millions d’euros pour les agriculteurs : le plan sécheresse de Laurent Wauquiez divise

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO – Laurent Wauquiez a annoncé débloquer 15 millions d’euros pour un plan sécheresse en faveur des agriculteurs de la région Auvergne Rhône-Alpes. Un plan exceptionnel qui fait bondir les oppositions régionales après le plan canons à neige voté il y a deux ans.

 

 

Laurent Wauquiez, salon Mountain Planet 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Laurent Wauquiez, salon Mountain Planet 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Laurent Wauquiez a annoncé la mise en œuvre d’un plan séche­resse excep­tion­nel de 15 mil­lions d’eu­ros pour venir en aide aux agri­cul­teurs de la région Auvergne Rhône-Alpes vic­times de la séche­resse.

 

Depuis le 30 octobre, le dépar­te­ment de l’Isère a ainsi été placé en alerte séche­resse ren­for­cée et ce jus­qu’à la fin de l’an­née. L’année der­nière déjà, le dépar­te­ment avait été confronté à sem­blable épi­sode cou­vrant l’été et l’au­tomne. Mais cette année, la situa­tion est alar­mante dans les douze dépar­te­ments de la région – excep­tion faite de l’Ardèche – tout pla­cés en état de crise ou d’a­lerte.

 

« Faute de pluie, les prai­ries ont été dépour­vues d’herbe, sou­lignent les ser­vices de la Région. Le stock de bottes de foin prévu pour l’hiver a donc été entamé par de nom­breux agri­cul­teurs. Le prix de la paille a déjà dou­blé, pas­sant de 80 euros la tonne à 160 euros la tonne, par­fois encore plus dans cer­tains ter­ri­toires. »

 

Manque de paille, manque d’eau aussi, les puits d’ex­ploi­ta­tion étant à sec, obli­geant les agri­cul­teurs à pom­per celle du réseau. D’après la région, entre 12 000 et 16 000 exploi­ta­tions d’élevage d’herbivores seraient concer­nées par cet épi­sode de séche­resse. Et les pertes four­ra­gères iraient de 30 à 50 % des récoltes annuelles, notam­ment dans le Cantal, l’Allier, l’Ain, l’Isère et une par­tie du Puy-de- Dôme, de la Loire et du Rhône.

 

 

Un plan voté le 20 décembre prochain

 

Entre 2016 et 2018, deux mil­lions d’eu­ros avaient per­mis de finan­cer des pro­jets d’irrigation et de rete­nues col­li­naires. L’objectif avec ce plan excep­tion­nel, qui sera exa­miné pour être voté le 20 décembre, est cette fois d’al­louer aux agri­cul­teurs confron­tés à des pertes four­ra­gères une aide directe pou­vant aller jus­qu’à 2 000 euros. Ce sur la base de cartes dépar­te­men­tales dont sont déjà dotés les dépar­te­ments auver­gnats du Puy-de-Dôme, de l’Allier et du Cantal. Les autres devraient suivre d’ici décembre…

 

Troupeau de vaches en montagne dans le Vercors. © Paul Turenne - placegrenet.fr

Troupeau de vaches en mon­tagne dans le Vercors. © Paul Turenne – placegrenet.fr

Au tra­vers de cette mesure, qui devrait tou­cher plus de 10 000 agri­cul­teurs, la Région Auvergne Rhône-Alpes se targue d’être la seule en France à déployer une aide séche­resse en inves­tis­se­ment « ver­sée direc­te­ment sur le compte ban­caire pour finan­cer les emprunts ».

 

Inédit, le pro­cédé laisse dubi­ta­tif le groupe socia­liste à la Région. Qui, dans Lyon Capitale, s’in­ter­roge sur la pos­si­bi­lité de confier l’ins­truc­tion de sub­ven­tions aux chambres d’a­gri­cul­ture mais aussi aux col­lec­ti­vi­tés de rem­bour­ser un prêt obtenu auprès d’un tiers privé.

 

Mais, sur­tout, c’est la conco­mi­tance de ce plan séche­resse avec le plan canons à neige qui fait bon­dir les oppo­si­tions. « Laurent Wauquiez est un peu un pom­pier pyro­mane qui finance les canons à neige puis prend un plan séche­resse », dénonce Jean-Charles Kohlhaas pour le groupe du Rassemblement citoyen, éco­lo­gique et soli­daire (RCES).

 

Pistes et canons à neige de la station de Villard de Lans. © Corentin Libert - Place Gre'net

Pistes et canons à neige de la sta­tion de Villard-de-Lans. © Corentin Libert – Place Gre’net

« Ces canons assèchent les nappes phréa­tiques puisque leur eau pro­vient de rete­nues d’eau. L’eau uti­li­sée ne ruis­selle pas et ne va pas dans les nappes. L’eau c’est un cycle com­plet, quand le niveau baisse en haut, c’est tout le cycle qui est impacté. Il faut donc se deman­der ce qui est le plus impor­tant. L’eau à boire, les cultures, la sécu­rité nucléaire ou les canons à neige ? ».

 

En 2016, la Région avait annoncé inves­tir 50 mil­lions d’eu­ros pour les six ans à venir afin d’ai­der les sta­tions de ski à équi­per leurs pistes de sys­tèmes d’en­nei­ge­ment arti­fi­ciel.

 

PC

 

commentez lire les commentaires
1323 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.