Thierry Monel, premier adjoint de Renzo Sulli, troque sa carte du PC contre celle de Génération.s

sep article



FOCUS – Thierry Monel, le premier adjoint de Renzo Sulli à la mairie d’Échirolles et son dauphin pressenti, quitte le Parti communiste pour rallier Génération.s, le mouvement de Benoît Hamon. Une troisième étiquette après de nombreuses années passées au Parti socialiste puis une adhésion en 2006 au PC pour épauler Renzo Sulli. Il a ensuite été directeur de cabinet puis DGS de la Ville d’Échirolles, avant de devenir premier adjoint en 2014.

 

 

Thierry Monel, premier adjoint de la ville d'Échirolles - DR

Thierry Monel, pre­mier adjoint de la ville d’Échirolles – DR

« C’est une réflexion de plu­sieurs mois qui m’a amené à me dire que Génération.s était le bon endroit pour mettre en place une vraie poli­tique de gauche et aussi une poli­tique vision­naire quant au modèle de société qu’elle pour­rait remettre à plat dans les années qui viennent », explique Thierry Monel, le pre­mier adjoint de Renzo Sulli, le maire com­mu­niste d’Échirolles.

 

En charge depuis 2014 des finances, de la vie des quar­tiers, de la démo­cra­tie locale, de la ges­tion urbaine et sociale de proxi­mité, de la poli­tique de la ville et enfin de la tran­quillité publique, l’élu a en effet décidé de tro­quer sa carte du PC contre celle de Génération.s, le mou­ve­ment poli­tique fondé le 1er juillet 2017 par Benoît Hamon.

 

Une déci­sion qui a com­mencé à mûrir au cours de la cam­pagne de l’é­lec­tion pré­si­den­tielle de 2017, durant laquelle Thierry Monel a déclaré avoir été séduit par la can­di­da­ture PS de Benoît Hamon. Une troi­sième éti­quette après celles du Parti socia­liste et du Parti com­mu­niste qui ne remet pour autant pas en cause son actuel man­dat ni son appar­te­nance au groupe Échirolles en com­mun dont il reste, assure-t-il, soli­daire.

 

 

Passé par la case PS dès les années 80

 

Quid du par­cours poli­tique de Thierry Monel ? « J’ai passé de nom­breuses années au Parti socia­liste. J’ai adhéré à la sec­tion Jean-Jaurès de Roubaix dès le début des années 80 », se sou­vient Thierry Monel. Suite à « un débat assez enlevé » avec ses cama­rades sur la ges­tion de la cam­pagne de Lionel Jospin en 2002, déçu, ce der­nier décide de prendre ses dis­tances avec le PS et et quitte le parti.

 

Son adhé­sion au PC ? Ce sera pour plus tard. « J’ai passé quelques années sans adhé­rer à aucun parti avant de venir tra­vailler en 2006 à Échirolles où j’ai ren­con­tré Renzo Sulli dans des réunions du Parti com­mu­niste. C’est comme ça que j’ai adhéré au PC », relate le pre­mier adjoint.

 

Inauguration de la résidence intergénérationnelle « Le Verseau» en présence du maire d'Échirolles Enzo Sulli (au centre). © Véronique Magnin - Place Gre'net

Inauguration de la rési­dence inter­gé­né­ra­tion­nelle « Le Verseau » en pré­sence du maire d’Échirolles Enzo Sulli (au centre). © Véronique Magnin – Place Gre’net

 

Thierry Monel va ensuite faire son che­min au sein de l’ad­mi­nis­tra­tion de la muni­ci­pa­lité d’Échirolles. Tout d’a­bord comme direc­teur de cabi­net de 2006 à fin 2010, puis comme direc­teur géné­ral des ser­vices (DGS) jus­qu’aux élec­tions muni­ci­pales de 2014 où il démis­sionne pour deve­nir pre­mier adjoint. « En étant direc­teur de cabi­net et ensuite DGS, j’a­vais acquis une bonne connais­sance de la ville, de ses enjeux, de sa situa­tion sociale et j’é­tais très motivé par le tra­vail effec­tué par la muni­ci­pa­lité lors du man­dat pré­cé­dent », explique Thierry Monel.

 

 

Le « ballon d’oxygène » des propositions de Benoît Hamon

 

Dès lors, quelles ont été les moti­va­tions qui l’ont poussé à rendre sa carte du PC pour ral­lier les rangs de Génération.s ? « La cam­pagne de 2017 était assez inté­res­sante. Précédemment, le PC avait ini­tié l’i­dée du Front de gauche, nous avions fait de la place à ce qui pré­cé­dait la France insou­mise c’est-à-dire le Parti de gauche. Mais, lors de la cam­pagne, j’ai entendu Benoît Hamon, un can­di­dat qui essayait de pro­po­ser une vision à long terme sur l’é­vo­lu­tion de la société », se remé­more Thierry Monel.

 

Les affiches sont prêtes. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les affiches sont prêtes. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce der­nier déclare avoir été séduit par le « bal­lon d’oxy­gène » que consti­tuaient alors les pro­po­si­tions élec­to­rales du can­di­dat Hamon. Notamment celles concer­nant le revenu uni­ver­sel, les pro­blèmes de l’emploi, de l’é­co­lo­gie et de la tran­si­tion éner­gé­tique, la robo­ti­sa­tion qui avance à grands pas, la société numé­rique…

 

L’élection pas­sée, resté fidèle à ses enga­ge­ments du moment, l’élu a conti­nué « à suivre de près » ce que fai­sait Benoît Hamon, et ce avant même qu’il ne fonde Génération.s.

 

 

À travers Génération.s, impulser de nouvelles idées sur les politiques locales

 

« Ma réflexion porte sur ma contri­bu­tion à Génération.s en tant qu’élu et mili­tant local sur ce que l’on peut faire à la fois dans les com­munes et dans la Métropole, cette der­nière étant ma prio­rité », sou­ligne le pre­mier adjoint. Selon lui, il n’y a plus à ter­gi­ver­ser sur le fait qu’un cer­tain nombre de poli­tiques doivent abso­lu­ment se mener à l’é­chelle d’une aire urbaine de 500 000 habi­tants. « L’insertion pro­fes­sion­nelle, l’emploi, la sécu­rité, l’é­du­ca­tion, la situa­tion sociale, la culture, les ser­vices urbains quo­ti­diens aux habi­tants sont de vrais sujets à dimen­sion métro­po­li­taine », énu­mère Thierry Monel.

 

Benoît Hamon avec des militants et militantes de Génération.s, le mouvement à la manifestation du 5 mai 2018 La fête à Macron, entre la place de l'Opéra et celle de la République - DR

Benoît Hamon avec des mili­tants et mili­tantes de Génération.s, le mou­ve­ment à la mani­fes­ta­tion du 5 mai 2018 La fête à Macron, entre la place de l’Opéra et celle de la République – DR

 

La valeur ajou­tée de Génération.s dans ce contexte ? « À tra­vers Génération.s et la réflexion qu’il y a sur l’é­vo­lu­tion de la société, on peut impul­ser de nou­velles idées sur les poli­tiques locales menées dans les com­munes […] Je pense que les com­munes et les métro­poles sont les bons ter­ri­toires pour réin­ven­ter l’ac­tion poli­tique sur beau­coup de sujets », affirme Thierry Monel.qui pour­suit.

 

« Nous devons nous res­sai­sir et voir com­ment nous pou­vons tra­vailler avec d’autres approches que tous les dis­po­si­tifs exis­tants aujourd’­hui, sans fausse pudeur, nous avons beau­coup de choses à faire ». La tran­si­tion éco­lo­gique ? « J’en mesu­rais l’im­por­tance mais pas for­cé­ment l’ur­gence, aujourd’­hui j’en mesure l’ur­gence », nous confie l’élu.

 

 

Les municipales de 2020 ? « Il est trop tôt pour en parler ! »

 

L’avenir ? « Je reste dans le groupe majo­ri­taire qui réflé­chit aux pro­chaines échéances et sur­tout au pro­jet à mettre en place pour un pro­chain man­dat à pro­po­ser aux Échirollois. Mais je sou­haite aussi, à côté de ce groupe majo­ri­taire, que Génération.s puisse faire entendre ses propres pro­po­si­tions », explique Thierry Monel.

 

Au centre et de face, Thierry Monel. DR

Au centre et de face, Thierry Monel. DR

Ce der­nier en est convaincu, « ce qui est impor­tant aujourd’­hui ce n’est pas de faire des alliances à gauche en ras­sem­blant dans les dif­fé­rents par­tis ce qui est impor­tant, c’est d’é­crire un pro­jet avec les citoyens ».

 

Les échéances muni­ci­pales de 2020 ? « Il est trop tôt pour en par­ler », rétorque Thierry Monel, qui se défend de cette for­mule en forme de pirouette. L’occasion pour nous de pous­ser plus avant en évo­quant la pos­si­bi­lité d’une liste Génération.s à Échirolles.

 

« Il faut se mettre d’ac­cord et tra­vailler sur un pro­jet et, à par­tir de là, nous ver­rons effec­ti­ve­ment si nous sommes en mesure d’a­voir le plus large ras­sem­ble­ment pos­sible au pre­mier tour der­rière une can­di­da­ture déter­mi­née par tous », envi­sage l’élu.

 

Et sinon ? « Il pour­rait y avoir, dans ce cas, la consti­tu­tion de listes sépa­rées, ce qui serait dom­mage », conclut Thierry Monel.

 

Joël Kermabon

 

 

commentez lire les commentaires
7405 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.