EDF va regrouper les effectifs de sa section Alpes à Saint-Martin-le-Vinoux

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – Le géant mondial de l’électricité EDF s’installe à Saint-Martin-le-Vinoux, au cœur du Parc d’Oxford, toujours en construction. À terme, le site devrait accueillir près de 1 700 salariés, dont plus d’un millier du fournisseur d’électricité. Une aubaine économique pour la commune comme pour la Métropole de Grenoble.

 

 

EDF rassemble ses services au Parc d'Oxford, à Saint-Martin-le-Vinoux. Crédit photo : Samuel Ravier.

La vue depuis le Parc d’Oxford. © Samuel Ravier.

D’ici un an, la zone d’ac­ti­vi­tés du Parc d’Oxford de Saint-Martin-le-Vinoux accueillera un occu­pant de taille : le groupe EDF.

 

Le pre­mier pro­duc­teur et four­nis­seur d’élec­tri­cité en Europe s’ap­prête en effet à regrou­per l’en­semble du per­son­nel de sa sec­tion Alpes, jusque-là épar­pillé sur dif­fé­rents site du ter­ri­toire. À terme, entre 1 100 et 1 200 sala­riés d’EDF devraient occu­per les lieux.

 

 

Un site stratégique

 

Le lieu, d’une super­fi­cie de 5,5 hec­tares, est hau­te­ment stra­té­gique. Il est situé au cœur d’un des trois grands sec­teurs iden­ti­fiés comme pôles de cen­tra­lité par Grenoble-Alpes Métropole, avec l’en­trée sud de Grenoble et l’en­trée nord-est autour de Meylan. Au-delà de sa proxi­mité avec la Presqu’île, il béné­fi­cie d’une des­serte par­faite : il est bordé par la route natio­nale 48, et voi­sin des arrêts de tram­way comme de la piste cyclable des berges de l’Isère.

 

Le président de Grenoble-Alpes Métropole Christophe Ferrari et le maire de Saint-Martin-le-Vinoux Yannick Ollivier présentent le Parc d'Oxford, où EDF rassemble ses services. Crédit photo : Samuel Ravier.

Christophe Ferrari, pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole, et Yannick Ollivier, maire de Saint-Martin-le-Vinoux © Samuel Ravier.

À n’en pas dou­ter, l’ar­ri­vée d’EDF consti­tue une véri­table vic­toire pour Yannick Ollivier, maire de Saint-Martin-le-Vinoux depuis dix-huit ans et désor­mais aussi vice-pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole chargé de l’a­mé­na­ge­ment du ter­ri­toire.

 

Il avait cédé le ter­rain en 2004 à la com­mu­nauté d’ag­glo­mé­ra­tion. C’était, dit-il, « une impé­rieuse néces­sité pour une ville dont les recettes fis­cales étaient proches de zéro ».

 

Pourtant, il aura fallu attendre 2014 et une ren­contre bien­heu­reuse à Paris pour déter­mi­ner l’i­den­tité du futur hôte du Parc d’Oxford. « Je fai­sais des bonds de cabri lorsque j’ai su qu’EDF réser­vait ses avan­tages à Saint-Martin-le-Vinoux », raconte Yannick Ollivier, qui décrit les « qua­torze ans de téna­cité » néces­saires pour per­mettre au pro­jet de prendre forme.

 

 

Des bâtiments livrés en un temps record ?

 

Un cam­pus de for­ma­tion est d’ores et déjà sorti de terre et a été mis en ser­vice l’été der­nier : celui de l’u­nité de pro­fes­sion­na­li­sa­tion pour la per­for­mance indus­trielle. Chaque année, il accueillera envi­ron 3 500 sta­giaires pour des for­ma­tions de trois à cinq jours.

 

EDF rassemble ses services au Parc d'Oxford de Saint-Martin-le-Vinoux. Crédit photo : Samuel Ravier.

Les bâti­ments devraient être livrés au deuxième tri­mestre de 2018. © Samuel Ravier.

Quatre autres bâti­ments EDF sont en construc­tion. Trois d’entre eux sont des­ti­nés à héber­ger les bureaux des sala­riés de la divi­sion Production ingé­nie­rie hydrau­lique du groupe, issus de ser­vices divers et variés : l’é­tat-major de l’u­nité Alpes, la direc­tion tech­nique géné­rale, le pôle fon­cier… Un der­nier bâti­ment abri­tera un par­king de 450 places et un res­tau­rant.

 

Entamés il y a quelques mois, les tra­vaux devraient abou­tir au deuxième tri­mestre de 2019. Une effi­ca­cité impres­sion­nante, saluée par Christophe Ferrari, le pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole. « Que l’on construise des bâti­ments de six étages plus rapi­de­ment que l’on construit des vil­las indi­vi­duelles, c’est assez hal­lu­ci­nant ! », s’en­thou­siasme-t-il.

 

Le cabi­net d’ar­chi­tectes Groupe 6, en charge de la concep­tion du nou­vel ensemble, sou­ligne en outre ses ver­tus éco­lo­giques. Les ins­tal­la­tions sont « de haute qua­lité envi­ron­ne­men­tale », assure ainsi Nicolas Félix-Faure, archi­tecte en chef. Chacune d’elles, en par­ti­cu­lier, pro­fite d’un jar­din plein sud qui fait office de bas­sin d’in­fil­tra­tion.

 

 

Le choix de la métropole grenobloise : une évidence

 

À EDF, on décrit comme une évi­dence le choix de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise comme nou­veau quar­tier géné­ral. « C’est une métro­pole par­ti­cu­liè­re­ment dyna­mique en matière d’in­ves­tis­se­ments », assure Laurent Perotin, le direc­teur de l’u­nité de pro­duc­tion Alpes.

 

Qui rap­pelle que c’est en Isère que s’est déve­lop­pée, il y a 150 ans, l’éner­gie hydrau­lique, sous l’im­pul­sion d’Aristide Bergès. « On se regroupe pour sym­bo­li­ser notre ancrage éco­no­mique et his­to­rique dans la métro­pole gre­no­bloise, qui est le ber­ceau de l’hydraulique. Nous sommes nés ici », déclare Laurent Perotin.

 

Comme EDF, le groupe ECONOCOM s'installe au Parc d'Oxford de Saint-Martin-le-Vinoux. Crédit photo : Samuel Ravier.

Comme EDF, le groupe Econocom s’ins­talle au Parc d’Oxford de Saint-Martin-le-Vinoux. © Samuel Ravier.

« L’objectif est de ren­for­cer la coopé­ra­tion entre nos dif­fé­rentes équipes et d’avoir une visi­bi­lité bien plus forte qu’à l’heure actuelle, où les effec­tifs sont dis­sé­mi­nés, explique-t-il. C’est un magni­fique pro­jet. Nous sommes impa­tients de pou­voir entrer dans les murs. »

 

Il faut dire que la sec­tion Alpes d’EDF est par­ti­cu­liè­re­ment impor­tante. À elle seule, elle repré­sente plus du quart de la pro­duc­tion totale d’élec­tri­cité en France. De quoi ravir Yannick Ollivier, fier d’ac­cueillir une telle entre­prise. Il en est convaincu, « [sa] petite ville aura main­te­nant tout d’un grande ».

 

 

« Ça va être une porte d’entrée incroyable pour la Métro »

 

Le maire de Saint-Martin-le-Vinoux a un autre motif de satis­fac­tion : EDF ne sera pas le seul occu­pant du Parc d’Oxford. Le groupe Econocom, spé­cia­lisé dans les ser­vices liés à la trans­for­ma­tion numé­rique, s’ins­tal­lera en effet sur les lieux à comp­ter du prin­temps 2019. Il y regrou­pera les 470 emplois qu’il compte aujourd’­hui sur Grenoble.

 

Le président de Grenoble-Alpes Métropole Christophe Ferrari visite le Parc d'Oxford de Saint-Martin-le-Vinoux, où va s'installer EDF. Crédit photo : Samuel Ravier.

Le pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole Christophe Ferrari visite le Parc d’Oxford. © Samuel Ravier.

Au total, à terme, le Parc d’Oxford accueillera donc près de 1 700 tra­vailleurs. Christophe Ferrari s’en féli­cite. « Il est bon que les maires aient tou­jours autant d’idées, même si ces idées paraissent uto­piques à un moment donné, affirme-t-il, applau­dis­sant au pas­sage l’ac­tion de Yannick Ollivier. On ne crée pas de l’emploi si on n’aménage pas, si on ne trans­forme pas. »

 

Bientôt, les tra­vaux seront ter­mi­nés, et Saint-Martin-le-Vinoux aura changé de visage. « Ce qui se passe ici est unique, souffle Christophe Ferrari. Ça va être une porte d’en­trée incroyable pour la Métro. »

 

Samuel Ravier

 

 

commentez lire les commentaires
5381 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.