La jeune pousse Alcelia veut rentabiliser les infrastructures sportives avec du photovoltaïque

sep article

EN BREF – Spécialisée dans le sport, la jeune pousse Alcelia basée dans le Cher souhaite s’implanter dans le sud de la France et dans la région Auvergne-Rhône-Alpes avec une idée innovante : l’installation gratuite de panneaux photovoltaïques au-dessus d’infrastructures sportives de proximité. Elle est à la recherche de projets pilotes.

 

 

« L’État a de moins en moins d’argent pour les col­lec­ti­vi­tés, constate Baptiste Bonnichon, fon­da­teur de l’entre­prise inno­vante spé­cia­li­sée dans le sport Alcelia. Le sport va donc être relayé der­rière la santé, l’é­du­ca­tion… » De fait, le Centre natio­nal pour le déve­lop­pe­ment du sport, acteur majeur de l’a­mé­na­ge­ment spor­tif de proxi­mité, a vu s’ef­fon­drer son finan­ce­ment par le minis­tère des Sports de 260 mil­lions d’eu­ros à 133 mil­lions d’eu­ros en 2018.

 

Projection de l'infrastructure photovoltaïque envisagée au-dessus des équipements sportifs par Alcelia.

Projection de l’in­fra­struc­ture pho­to­vol­taïque envi­sa­gée au-des­sus des équi­pe­ments spor­tifs par Alcelia.  © Alcelia

 

Pour pal­lier ce désen­ga­ge­ment pro­gres­sif et favo­ri­ser le renou­vel­le­ment du parc spor­tif fran­çais, Alcelia déve­loppe des solu­tions de finan­ce­ment inno­vantes pour ces équi­pe­ments. En par­ti­cu­lier l’utilisation de l’éner­gie pho­to­vol­taïque. « Concrètement, décrit Baptiste Bonnichon, on déve­loppe, conçoit et finance entiè­re­ment des cou­ver­tures pho­to­vol­taïques au-des­sus des équi­pe­ments spor­tifs, de type ter­rain de ten­nis ou ter­rain de bas­ket. Ce sont des sur­faces de jeu entre 600 et 700 m2. »

 

L’idée ? Revendre à EDF l’élec­tri­cité pro­duite par la toi­ture pour rendre l’é­di­fice ren­table dans la durée. Alcelia se pro­pose quant à elle de four­nir gra­tui­te­ment la cou­ver­ture pho­to­vol­taïque aux col­lec­ti­vi­tés et asso­cia­tions inté­res­sées. Une quin­zaine de pro­jets sont d’ores et déjà à l’é­tude dans les Antilles, essen­tiel­le­ment en Guadeloupe.

 

Côté métro­pole, Alcelia vise la région Auvergne-Rhône-Alpes et le sud de la France, « parce qu’il y a plus de soleil », indique le pré­sident-direc­teur géné­ral en riant. Décidée à confron­ter son modèle à la réa­lité du ter­rain, l’en­tre­prise recherche des empla­ce­ments pilotes pour ses cou­ver­tures pho­to­vol­taïques. Et sol­li­cite des col­lec­ti­vi­tés locales ou des asso­cia­tions séduites par l’i­dée d’une coopé­ra­tion.

 

 

« C’est du gagnant-gagnant »

 

« La mis­sion d’Alcelia est de favo­ri­ser l’ac­cès au sport pour tous », affirme Baptiste Bonnichon, lui-même spor­tif de haut niveau en esca­lade. Outre le finan­ce­ment qu’elle per­met, l’ins­tal­la­tion d’une cou­ver­ture pho­to­vol­taïque vise aussi selon lui à pro­té­ger les ter­rains de sport de la pluie et de l’u­sure, et, in fine, à rendre la pra­tique spor­tive moins dépen­dante des aléas météo­ro­lo­giques. Le but affirmé ? « Améliorer la pra­tique spor­tive ».

 

Panneaux photovoltaïques de Photowatt DR

Panneaux pho­to­vol­taïques de Photowatt. DR

Enfin, la démarche d’Alcelia s’ins­crit dans une dyna­mique plus large de contri­bu­tion au déve­lop­pe­ment durable. Baptiste Bonnicho le reven­dique haut et fort en tout cas : « On a un pro­jet envi­ron­ne­men­tal, social et éco­no­mique. Économique, parce que le pro­jet est viable éco­no­mi­que­ment, social parce qu’on per­met l’ac­cès au sport pour tous, et envi­ron­ne­men­tal parce qu’on est sur une éner­gie renou­ve­lable et non sur une éner­gie fos­sile ».

 

Le PDG d’Alcelia en est convaincu : son pro­jet, « c’est du gagnant-gagnant » : ren­ta­bi­lité pour les inves­tis­seurs contre gra­tuité pour la col­lec­ti­vité et amé­lio­ra­tion de l’ac­ti­vité spor­tive. Ne reste plus qu’à l’ex­pé­ri­men­ter.

 

Samuel Ravier

 

 

commentez lire les commentaires
5698 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Bonjour est il valable et réa­li­sable avec accord dela mai­rie de cou­vrir 2 ter­rains de ten­nis exté­rieur faire un toit cou­vrant les 2 ter­rains sans aucun coût pour la mai­rie et le club de ten­nis merci

    sep article
  2. En quoi Altecia est-elle inno­vante ? Non parce que poser du pho­to­vol­taïque gra­tui­te­ment contre un loyer, ca existe depuis un bail…

    Par ailleurs ce n’est pas du gagnant-gagnant, car le pho­to­vol­taïque se finance tout seul et ne repré­sente qu’une frac­tion minime des coûts de construc­tion… Aucun inté­rêt donc pour les col­lec­ti­vi­tés donc

    sep article
    • Bonjour GAM, notre offre gagnante-gagnante com­prend le finan­ce­ment du bâti­ment sup­port de la cen­trale pho­to­vol­taïque (voir photo dans l’ar­ticle). Avec notre offre les col­lec­ti­vi­tés peuvent béné­fi­cier d’un bâti­ment gra­tuit pour un pla­teau de jeu. Il est ainsi uti­li­sable par mau­vais temps et per­met une visi­bi­lité accrue sur le rem­plis­sage de l’é­qui­pe­ment.
      En vous remer­ciant,
      Baptiste Bonnichon

      sep article
  3. A pleu­rer de rire !
    Installation gra­tuite de pan­neau pho­to­vol­taïques ?
    Les bâti­ments spor­tifs sont dans l’im­mense majo­rité des cas des bâti­ments publics.
    Donc conces­sion : non seule­ment la pose des pan­neaux et leur entre­tien sera gra­tuit, mais il va fal­loir payer pour le faire (allez, 45% du chiffre d’af­faire généré par le revente de l’élec­tri­cité ainsi pro­duite).
    Encore un busi­ness model qui vise à faire du pro­fit sur la base d’in­ves­tis­se­ments publics…
    Vive la Start-up Nation, si smart, si créa­tive…

    On se moque du monde là ! Quand on voit le prix de la construc­tion et de la réa­li­sa­tion d’é­qui­pe­ment spor­tifs, faire croire qu’on va pou­voir les finan­cer avec du pho­to­vol­taïque, c’est vrai­ment se moquer du monde…

    sep article
    • Rebonjour GAM, je vous remer­cie pour votre opti­misme.
      Nous construi­sons le bâti­ment et le finan­çons. Un bail emphy­téo­tique per­met d’ex­ploi­ter la toi­ture pho­to­vol­taïque pour revendre l’élec­tri­cité à EDF par notre société d’ex­ploi­ta­tion. A la fin du bail (30 ans) nous rétro­cé­dons le bâti­ment à la col­lec­ti­vité gra­tui­te­ment. Après cette ces­sion, la cen­trale conti­nuera à pro­duire de l’élec­tri­cité, la col­lec­ti­vité pourra ainsi l’u­ti­li­ser pour la revendre ou l’auto-consom­mer.
      Si vous avez une meilleure idée de cercle ver­tueux, nous sommes évi­de­ments ouverts à vos pro­po­si­tions.
      En vous remer­ciant,
      Baptiste Bonnichon.

      sep article