Centre socio-culturel de Brignoud

Plusieurs employés sont-ils en « dan­ger grave » au centre socio-cultu­rel de Brignoud ?

Plusieurs employés sont-ils en « dan­ger grave » au centre socio-cultu­rel de Brignoud ?

ENQUÊTE – L’union syn­di­cale Solidaires Isère a publié une « alerte » à la pré­fec­ture, infor­mant de « l’existence d’un dan­ger grave et immi­nent pour plu­sieurs employés » du centre socio-cultu­rel de Brignoud. En cause, un mana­ge­ment « mal­trai­tant » et une ambiance « cla­nique » qui pèse­raient sur ce Syndicat inter­com­mu­nal pour la ges­tion et l’a­ni­ma­tion du centre socio­cul­tu­rel des com­munes (Sicsoc). Des accu­sa­tions infon­dées selon la direction.

« Un dan­ger grave et immi­nent » pèse­rait, d’après l’union syn­di­cale Solidaires Isère, sur le centre socio-cultu­rel de Brignoud, ou Syndicat inter­com­mu­nal pour la ges­tion et l’a­ni­ma­tion du centre socio­cul­tu­rel des com­munes (Sicsoc) de Froges et Villard-Bonnot, de son vrai nom.

L’union syn­di­cale évoque un « cli­mat social délé­tère qui pro­voque la désa­gré­ga­tion du col­lec­tif de tra­vail et la dégra­da­tion de la qua­lité de ser­vice ». Pour le syn­di­cat, « les sala­riés sont sou­mis à une orga­ni­sa­tion interne cla­nique, où coha­bitent le clien­té­lisme et la stig­ma­ti­sa­tion » ainsi qu’à « un mana­ge­ment mal­trai­tant ».

Centre socio-culturel de Brignoud

Centre socio-cultu­rel de Brignoud © Édouard Merlo – pla​ce​gre​net​.fr

Le com­mu­ni­qué de Solidaires Isère fait notam­ment état « d’une employée mal­me­née par la direc­trice du centre dans le bureau de cette der­nière. […] L’employée a subi un choc et est, depuis, en arrêt de tra­vail ». Jugeant la situa­tion grave, le syn­di­cat a lancé une alerte pour dan­ger grave et immi­nent et l’u­nion inter­pro­fes­sion­nelle Solidaires Isère a dans la fou­lée saisi le préfet.

Bien loin a priori donc du « lieu d’échanges et d’écoute pour tous en prô­nant les valeurs de tolé­rance, de soli­da­rité et d’égalité » que met en avant le site du centre socio-cultu­rel. Ce lieu d’ac­cueil et d’a­ni­ma­tions venant en aide aux parents et des­tiné à pro­mou­voir l’en­traide entre habi­tants serait-il cet enfer décrit par Solidaires Isère ? Nous avons voulu en savoir davantage.

« Ça va très mal se pas­ser pour toi si tu conti­nues à me parler »

Afin d’a­voir plus d’élé­ments sur cette alter­ca­tion, nous avons ren­con­tré l’employée concer­née, en arrêt mala­die suite à un acci­dent du tra­vail. Après avoir hésité à nous répondre, elle a accepté de témoi­gner. Coordinatrice depuis dix-neuf ans au sein du centre, l’employée déclare être allée voir la direc­trice « pour deman­der une infor­ma­tion à pro­pos d’une action qui se dérou­le­rait trois jours plus tard ». D’après elle, « son dis­cours était violent, agres­sif ».

Karine Reboul - directrice du Sicsoc de Brignoud

Karine Reboul, direc­trice du Sicsoc de Brignoud.DR

« Elle me repro­chait des évé­ne­ments s’étant dérou­lés il y a six mois et me fai­sait sen­tir le rap­port hié­rar­chique. Je me sou­viens par cœur de la phrase qu’elle m’a dite : “Ça va très mal se pas­ser pour toi si tu conti­nues à me par­ler” ». « Le com­por­te­ment que la direc­trice a eu est incom­pré­hen­sible, raconte-t-elle. Des col­lègues ont entendu des cris. Ils ont refusé de témoi­gner par peur de repré­sailles. »

Et celle-ci d’é­vo­quer des pro­blèmes dans le mana­ge­ment des équipes, des ordres et contrordres à répé­ti­tion source de stress, l’isolement de cer­tains sala­riés mais aussi des inéga­li­tés de trai­te­ment. « Certains ont toute lati­tude pour amé­na­ger leurs horaires, d’autres non », explique-t-elle. « Mes horaires ont changé, or je vis à 50 kilo­mètres du Sicsoc. Si j’arrive en retard, on refuse de le rat­tra­per, alors qu’à d’autres, cette faveur est accor­dée. »

Pour la direc­trice, le pro­blème vient d’ailleurs

Comment expli­quer tout d’a­bord que six agents ter­ri­to­riaux sur 36 soient actuel­le­ment en arrêt mala­die ? « Le cin­quième arrêt n’est pas sta­tué et le sixième n’est pas reconnu », réta­blit Karine Reboul, direc­trice du Sicsoc de Brignoud.

Centre socio-culturel de Brignoud

Centre socio-cultu­rel de Brignoud © Édouard Merlo – pla​ce​gre​net​.fr

Pour elle, trois élé­ments expli­que­raient ce cli­mat anxio­gène. À com­men­cer par les tra­vaux de remise aux normes du Sicsoc : désa­mian­tage du bâti­ment, mise au norme élec­trique, rafraî­chis­se­ment des pein­tures et mise en acces­si­bi­lité pour les per­sonnes à mobi­lité réduite. « Il y a eu du bruit et de la pous­sière. Il faut tout mettre en car­ton, aller à la déchet­te­rie. Cela a généré de la fatigue », affirme-t-elle.

L’autre fac­teur d’anxiété, selon elle, a été le dis­po­si­tif de pré­ven­tion des risques psy­cho-sociaux qui a duré de décembre 2017 à février 2018. « Les employés s’attendaient à des entre­tiens indi­vi­duels, alors qu’ils ont eu des entre­tiens col­lec­tifs avec la pré­sence du res­pon­sable hié­rar­chique », explique-t-elle. Mais pour­quoi Karine Reboul a‑t-elle assisté à ces entretiens ?

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 49 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

EM

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Isère : un chas­seur condamné à quatre mois de pri­son avec sur­sis pour avoir tué une pygargue à queue blanche

FOCUS - Le tribunal correctionnel de Grenoble a condamné, mercredi 17 juillet 2024, un chasseur de 35 ans à quatre mois de prison avec sursis Lire plus

L’Isère en vigi­lance jaune cani­cule samedi 20 juillet 2024 : la pré­fec­ture déclenche le plan « vague de chaleur »

FLASH INFO - Météo France a placé le département de l'Isère en vigilance jaune “canicule”, samedi 20 juillet 2024 à partir de 12 heures. La Lire plus

De gauche à droite : Anaïs Rivière, responsable marketing Lumiforte, Franck Longo, maire de Fontaine, Gaël Bourgeaux, et Arnaud Bouché, ESR Cool Roofing. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Fontaine teste le cool roo­fing sur la ver­rière d’un centre nau­tique pour abais­ser sa température

EN BREF - Pour contribuer à lutter contre la chaleur dans les structures accueillant du public, la Ville de Fontaine expérimente la technique appelée "cool-roofing" Lire plus

Contrôles des établissements touristiques en Isère sur l'été 2020: beaucoup d'anomalies, peu de fermetures
Conflit de voi­si­nage en Isère : un homme gra­ve­ment blessé à coups de cou­teau, deux sus­pects en garde à vue

FLASH INFO - Un homme de 40 ans a été gravement blessé de plusieurs coups de couteau lors d'un conflit de voisinage, dans la nuit Lire plus

Trafic fami­lial déman­telé : le couple ven­dait le can­na­bis cultivé à Saint-Martin-d’Uriage par les parents de la jeune femme

EN BREF - Quatre personnes, soupçonnées d'être à la tête d'un trafic familial de stupéfiants dans l'agglomération grenobloise, ont été interpellées, lundi 15 juillet 2024. Lire plus

Usine_STMicroelectronics_Crolles. © Artechnic
STMicroelectronics : une nou­velle enquête publique en pré­vi­sion pour le pro­jet d’ex­ten­sion de l’u­sine de Crolles

FOCUS - Rebondissement pour le projet d'agrandissement de l'usine STMicroelectronics de Crolles. L'industriel a répondu aux conclusions de la Commission nationale du débat public (CNDP) Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !