Centre socio-culturel de Brignoud

Plusieurs employés sont-ils en « danger grave » au centre socio-culturel de Brignoud ?

Plusieurs employés sont-ils en « danger grave » au centre socio-culturel de Brignoud ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

ENQUÊTE – L’union syndicale Solidaires Isère a publié une « alerte » à la préfecture, informant de « l’existence d’un danger grave et imminent pour plusieurs employés » du centre socio-culturel de Brignoud. En cause, un management « maltraitant » et une ambiance « clanique » qui pèseraient sur ce Syndicat intercommunal pour la gestion et l’animation du centre socioculturel des communes (Sicsoc). Des accusations infondées selon la direction.

 

 

« Un dan­ger grave et immi­nent » pèse­rait, d’après l’union syn­di­cale Solidaires Isère, sur le centre socio-cultu­rel de Brignoud, ou Syndicat inter­com­mu­nal pour la ges­tion et l’a­ni­ma­tion du centre socio­cul­tu­rel des com­munes (Sicsoc) de Froges et Villard-Bonnot, de son vrai nom.

 

L’union syn­di­cale évoque un « cli­mat social délé­tère qui pro­voque la désa­gré­ga­tion du col­lec­tif de tra­vail et la dégra­da­tion de la qua­lité de ser­vice ». Pour le syn­di­cat, « les sala­riés sont sou­mis à une orga­ni­sa­tion interne cla­nique, où coha­bitent le clien­té­lisme et la stig­ma­ti­sa­tion » ainsi qu’à « un mana­ge­ment mal­trai­tant ».

 

Centre socio-culturel de Brignoud

Centre socio-cultu­rel de Brignoud © Édouard Merlo – pla​ce​gre​net​.fr

Le com­mu­ni­qué de Solidaires Isère fait notam­ment état « d’une employée mal­me­née par la direc­trice du centre dans le bureau de cette der­nière. […] L’employée a subi un choc et est, depuis, en arrêt de tra­vail ». Jugeant la situa­tion grave, le syn­di­cat a lancé une alerte pour dan­ger grave et immi­nent et l’u­nion inter­pro­fes­sion­nelle Solidaires Isère a dans la fou­lée saisi le préfet.

 

Bien loin a priori donc du « lieu d’échanges et d’écoute pour tous en prô­nant les valeurs de tolé­rance, de soli­da­rité et d’égalité » que met en avant le site du centre socio-cultu­rel. Ce lieu d’ac­cueil et d’a­ni­ma­tions venant en aide aux parents et des­tiné à pro­mou­voir l’en­traide entre habi­tants serait-il cet enfer décrit par Solidaires Isère ? Nous avons voulu en savoir davantage.

 

 

« Ça va très mal se passer pour toi si tu continues à me parler »

 

Afin d’a­voir plus d’élé­ments sur cette alter­ca­tion, nous avons ren­con­tré l’employée concer­née, en arrêt mala­die suite à un acci­dent du tra­vail. Après avoir hésité à nous répondre, elle a accepté de témoi­gner. Coordinatrice depuis dix-neuf ans au sein du centre, l’employée déclare être allée voir la direc­trice « pour deman­der une infor­ma­tion à pro­pos d’une action qui se dérou­le­rait trois jours plus tard ». D’après elle, « son dis­cours était violent, agres­sif ».

 

Karine Reboul - directrice du Sicsoc de Brignoud

Karine Reboul, direc­trice du Sicsoc de Brignoud.DR

« Elle me repro­chait des évé­ne­ments s’étant dérou­lés il y a six mois et me fai­sait sen­tir le rap­port hié­rar­chique. Je me sou­viens par cœur de la phrase qu’elle m’a dite : “Ça va très mal se pas­ser pour toi si tu conti­nues à me par­ler” ». « Le com­por­te­ment que la direc­trice a eu est incom­pré­hen­sible, raconte-t-elle. Des col­lègues ont entendu des cris. Ils ont refusé de témoi­gner par peur de repré­sailles. »

 

Et celle-ci d’é­vo­quer des pro­blèmes dans le mana­ge­ment des équipes, des ordres et contrordres à répé­ti­tion source de stress, l’isolement de cer­tains sala­riés mais aussi des inéga­li­tés de trai­te­ment. « Certains ont toute lati­tude pour amé­na­ger leurs horaires, d’autres non », explique-t-elle. « Mes horaires ont changé, or je vis à 50 kilo­mètres du Sicsoc. Si j’arrive en retard, on refuse de le rat­tra­per, alors qu’à d’autres, cette faveur est accor­dée. »

 

 

Pour la directrice, le problème vient d’ailleurs

 

Comment expli­quer tout d’a­bord que six agents ter­ri­to­riaux sur 36 soient actuel­le­ment en arrêt mala­die ? « Le cin­quième arrêt n’est pas sta­tué et le sixième n’est pas reconnu », réta­blit Karine Reboul, direc­trice du Sicsoc de Brignoud.

 

Centre socio-culturel de Brignoud

Centre socio-cultu­rel de Brignoud © Édouard Merlo – pla​ce​gre​net​.fr

Pour elle, trois élé­ments expli­que­raient ce cli­mat anxio­gène. À com­men­cer par les tra­vaux de remise aux normes du Sicsoc : désa­mian­tage du bâti­ment, mise au norme élec­trique, rafraî­chis­se­ment des pein­tures et mise en acces­si­bi­lité pour les per­sonnes à mobi­lité réduite. « Il y a eu du bruit et de la pous­sière. Il faut tout mettre en car­ton, aller à la déchet­te­rie. Cela a généré de la fatigue », affirme-t-elle.

 

L’autre fac­teur d’anxiété, selon elle, a été le dis­po­si­tif de pré­ven­tion des risques psy­cho-sociaux qui a duré de décembre 2017 à février 2018. « Les employés s’attendaient à des entre­tiens indi­vi­duels, alors qu’ils ont eu des entre­tiens col­lec­tifs avec la pré­sence du res­pon­sable hié­rar­chique », explique-t-elle. Mais pour­quoi Karine Reboul a‑t-elle assisté à ces entretiens ?

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 49 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EM

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCaptcha et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

François Bernigaud, vice-président en charge de assainissement à la Communauté de communes Le Grésivaudan, également adjoint à la mairie de Saint-Martin-d'Uriage. © Tim Buisson – Place Gre’net
Grenoble : l’assemblée générale du travail social en lutte alerte sur l’hébergement d’urgence à l’entraide Pierre-Valdo

  FOCUS - L'assemblée générale du travail social en lutte de Grenoble a produit un rapport sur l'état de l'hébergement d'urgence à l'entraide Pierre-Valdo. Ce Lire plus

Sciences Po, vue extérieure avec étudiants masqués. © Simon Marseille - Place Gre'net
Front uni de plusieurs syndicats isérois contre les deux enseignants de Sciences-Po accusés d”“islamophobie”

  EN BREF — Par voie de communiqué, plusieurs syndicats isérois réagissent à la campagne de collage nominatif contre deux professeurs de Sciences Po Grenoble Lire plus

Manifestations contre les lois liberticides le samedi 16 janvier 2021 à Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net
Grenoble : plusieurs centaines de personnes à nouveau dans la rue pour dénoncer les « lois liberticides »

  REPORTAGE - Plus de 80 mobilisations ont eu lieu partout en France, ce samedi 16 janvier, pour protester contre les lois dites "liberticides". En l'occurrence, Lire plus

Manifestation contre la loi Sécurité globale et les « lois liberticides » samedi 16 janvier à Grenoble

  FIL INFO — Nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale à Grenoble, samedi 16 janvier. Un mouvement lancé à l'appel de nombreux collectifs, associations Lire plus

Plusieurs pancartes étaient accrochées devant la CCI de Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net
Grenoble : nouvelle mobilisation contre la loi « sécurité globale »… et contre la précarité

  REPORTAGE - Près d'un millier de personnes ont défilé contre la loi de "sécurité globale", mais également contre la précarité, ce samedi 5 décembre Lire plus

Près d'un millier de personnes se sont rassemblés lor de cette manifestation contre les violences faites aux femmes. © Tim Buisson – Place Gre’net
Grenoble : près de 1 000 personnes ont manifesté contre les violences faites aux femmes

  REPORTAGE - Environ un millier de personnes se sont rassemblées à Grenoble pour lutter contre les violences faites aux femmes et aux minorités de Lire plus

Flash Info

|

27/01

15h53

|

|

26/01

12h09

|

|

26/01

0h05

|

|

25/01

18h00

|

|

25/01

16h54

|

|

25/01

11h45

|

|

24/01

19h00

|

|

24/01

14h56

|

|

24/01

12h09

|

|

23/01

23h39

|

Les plus lus

Chloé LE BRET

Politique| Grenoble : Chloé Le Bret, conseillère municipale à l’égalité des droits, démissionne suite à « une rupture de confiance »

Éric Piolle présentait ses voeux à la presse ce 13 janvier 2022. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Abonnement| Éric Piolle envisage un stationnement plus cher pour les SUV et de la vidéo-verbalisation en centre-ville

Action de désobéissance civile de femmes en burkini à la piscine des Dauphine de Grenoble, vendredi 17 mai DR

Abonnement| Pétition pro-burqini : la majorité d’Eric Piolle refuse de s’engager… après un processus de médiation

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin