La LPO invite les Isérois à recenser les oiseaux de leur jardin les 26 et 27 mai

sep article

FIL INFO – Connaissez-vous les espèces d’oiseaux qui peuplent vos jardins ? La LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle proposent aux particuliers de prendre une heure de leur temps pour observer et recenser les volatiles présents à proximité de leur habitation, à l’occasion d’un week-end de comptage les 26 et 27 mai.

 

 

Les oiseaux ont pris l’ha­bi­tude de visi­ter vos jar­dins et venir pépier sous vos fenêtres ? La Ligue pro­tec­trice des oiseaux (LPO) et le Muséum natio­nal d’Histoire natu­relle (MNHN) vous invitent à prendre une heure pour les recen­ser, à l’oc­ca­sion d’un week-end de comp­tage, les samedi 26 et dimanche 27 mai. Une ini­tia­tive natio­nale, relayée par la LPO Isère dans un tuto­riel vidéo.

 

 

Le prin­cipe ? Prendre une heure de son temps pour iden­ti­fier les dif­fé­rentes espèces d’oi­seaux qui viennent visi­ter votre jar­din, et les recen­ser ensuite sur le site Oiseaux des jar­dins. Le comp­tage est ouvert à tous, grands connais­seurs ou non, habi­tants de la ville ou de la cam­pagne. Et que ceux qui craignent de confondre ou ne pas recon­naître des espèces se ras­surent : le site Oiseaux des jar­dins pro­pose des fiches des­crip­tives pour évi­ter les erreurs.

 

 

Mesurer l’état actuel des populations d’oiseaux “communs”

 

Les lieux d’ob­ser­va­tion ne manquent pas. Dès le prin­temps, les oiseaux viennent en effet nicher dans les jar­dins, par­fois de manière bien dis­crète. « Cavités d’arbres, branches, nichoirs arti­fi­ciels leur servent de refuge pour accueillir leurs petits », rap­pelle la LPO. L’occasion, dès lors, de pou­voir les obser­ver, en fai­sant natu­rel­le­ment preuve de dis­cré­tion.

 

La LPO et le Muséum national d'Histoire naturelle invitent les personnes disposant d'un jardin à participer à un comptage d'oiseaux les 26 et 27 mai 2018.Une mésange charbonnière, espèce présente en Isère. DR

Une mésange char­bon­nière, espèce pré­sente en Isère. DR

 

L’intérêt de cette démarche ? Aider à la connais­sance des espèces d’oi­seaux “com­muns”, explique encore la Ligue pro­tec­trice des oiseaux. « Dans ce triste contexte de déclin glo­bal de la bio­di­ver­sité, toute obser­va­tion est utile et ser­vira les études en cours sur l’é­tat actuel des popu­la­tions », ajoute-t-elle. Sans comp­ter le plai­sir de (re)découvrir toute la faune qui peuple nos jar­dins.

 

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
1986 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.