Déblocages… et nouveaux blocages annoncés dès la rentrée sur le campus de Saint-Martin-d’Hères

sep article
2,50 € par mois pour prendre le bus et le tram : et si c

EN BREF – Une semaine de vacances sous forme de trêve sur le campus de Saint-Martin-d’Hères ? Presque… Alors que la présidence de l’Université Grenoble-Alpes a fait procéder au déblocage de la majorité des sites jusqu’ici occupés, les syndicats étudiants annoncent de nouvelles actions dès le soir du dimanche 22 avril.

 

 

Un déblocage… en attendant des blocages ? À la faveur de la semaine des vacances, l’Université Grenoble-Alpes (UGA) a procédé au déblocage de la majorité des sites jusqu’ici occupés par des étudiants sur le campus de Saint-Martin-d’Hères. Une action menée par des vigiles d’une agence de sécurité privée, indiquent nos confrères du Dauphiné Libéré.

 

Alors que l'Université Grenoble-Alpes a fait débloquer majorité de ses sites, les étudiants manifestants annoncent de nouveaux blocages dès la rentrée. Le bâtiment de Science-Po Grenoble, bloqué le vendredi 13 avril © Giovanna Crippa- Place Gre’net

Le bâtiment de Science-Po Grenoble, bloqué le vendredi 13 avril © Giovanna Crippa- Place Gre’net

 

Au soir du vendredi 13 avril, la liste des occupations s’était allongée. Les blocages concernaient le bâtiment Arts et Sciences humaines (Arsh, Sciences Po Grenoble, le Département de la licence Sciences et Techologies (DLST), le bâtiment Veil, l’université Stendhal et le Centre de langue vivante. Seul ce dernier demeure occupé par une soixantaine de personnes, transformé en lieu d’activités pédagogiques ou conviviales.

 

 

Reprise des blocages dès le soir du dimanche 22 avril

 

Les déblocages n’étonnent pas Joris Rouillon, président du syndicat Unef Grenoble. « Comme les étudiants ne sont pas présents sur le campus en période de vacances, nous avions dit que nous n’empêcherions pas une action de déblocage ». Mais l’UGA est prévenue : les militants ont bien l’intention de reprendre les blocages dès le soir du dimanche 22 avril, en prévision de la nouvelle assemblée générale qui doit se tenir le mardi suivant.

 

Drapeaux de l'Unef © Unef Grenoble

Drapeaux de l’Unef © Unef Grenoble

 

Les bâtiments étant à présent sous bonne surveillance, les étudiants mobilisés ne craignent-ils pas qu’une nouvelle action de blocage puisse s’avérer conflictuelle ? « On verra ça dimanche, répond Joris Rouillon. Vu le climat actuel, on craint toujours que cela soit physique. Mais jusqu’à maintenant, du moins sur ces dernières semaines, on a réussi à éviter autant que possible l’intervention des forces de l’ordre ».

 

 

Des blocages contestés par certains

 

Si les blocages ont été approuvés par la majorité des étudiants présents lors des assemblées générales, des voix dissonantes se font entendre. Interasso Grenoble-Alpes, organisation sortie majoritaire des dernières élections étudiantes, appelle ainsi les étudiants « à ne pas rentrer dans ce jeu de rapport de force ». Une pétition en ligne baptisée « Non aux blocages à l’UGA » a pour sa part été signée par près de 1 200 internautes.

 

Assemblée générale du jeudi 12 avril. © Giovanna Crippa - Place Gre'net

Assemblée générale du jeudi 12 avril. © Giovanna Crippa – Place Gre’net

L’Unef insiste : les discussions demeurent entre pro et anti blocages. « Au sein de l’assemblée générale, il y a un vrai débat de fond et de forme sur les modes d’action qui ont lieu », rappelle Joris Rouillon. Et de préciser : « Les personnes peuvent et doivent prendre part au débat, mais aussi respecter la volonté des assemblées générales, ce qui n’est pas toujours le cas ».

 

 

Le dialogue difficile avec la présidence de l’UGA

 

Les rapports sont nettement plus tendus encore avec l’UGA. Patrick Lévy, président de l’Université Grenoble-Alpes, a d’ailleurs annoncé la tenue d’un vote électronique à la rentrée, afin de connaître « le véritable sentiment de la majorité » sur les blocages, ainsi qu’il le déclare à nos confrères de France Bleu.

 

Patrick Lévy, président de l'Université Grenoble-Alpes. © Comue Grenoble Alpes

Patrick Lévy, président de l’Université Grenoble-Alpes. © Comue Grenoble Alpes

 

« On a un certain nombre de manœuvres venant de la présidence de l’UGA pour décrédibiliser le mouvement », juge Joris Rouillon. En cause ? Des courriels dépeignant les bloqueurs comme « une minorité radicalisée », ou d’autres incitant les étudiants à se rendre aux assemblées générales pour voter contre les blocages.

 

Un dialogue rompu ? « On fait des efforts envers la fac, mais la fac reste dans une posture extrêmement caricaturales envers nous », conclut le président de l’Unef Grenoble.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2929 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.