Démolitions à la Villeneuve : un collectif dénonce une entorse à la concertation réglementaire

sep article

FOCUS – Nouveau coup de canif dans une démarche participative contestée par le Collectif contre les démolitions imposées de la Villeneuve ? Prenant à témoin la presse, celui-ci a fait constater la grande difficulté d’accéder au « registre d’expression » papier, pourtant obligatoire, dans le cadre de l’enquête publique en cours.

 

 

Le Collectif contre les démolitions imposées à la Villeneuve à la recherche du "registre d'expression", au Patio lundi 5 mars 2018 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Le Collectif contre les démolitions imposées à la Villeneuve à la recherche du « registre d’expression », au Patio lundi 5 mars 2018 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Ce lundi 5 mars, le Collectif contre les démolitions imposées a convoqué la presse afin de procéder à un constat : celui de l’absence du “registre d’expression”, qui devrait pourtant être mis à la disposition des habitants.

 

Un manquement grave aux règles élémentaires de la « concertation réglementaire » dixit les militants.

 

« Cela prouve bien, tacle Raphaël militant de l’association Droit au logement (Dal), que toute cette concertation n’est que du flan, qu’ils ne tiennent pas compte de l’avis des habitants, et qu’ils ne se donnent même pas la peine de le recueillir. »

 

 

Un registre d’expression qui répond aux abonnés absents 

 

Ces derniers jours, les militants du Collectif contre les démolitions imposées, de l’association des résidents de l’Arlequin, et des Résidents du 10-20, ont bien tenté à plusieurs reprises de déposer un avis dans le “registre d’expression”. Mais en vain…

 

Le registre d'expression papier est supposé être disponible à l'accueil de la maison des habitants, depuis janvier 2018 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Le registre d’expression papier est supposé être disponible à l’accueil de la maison des habitants, depuis janvier 2018 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Or dans le cadre de la concertation réglementaire du projet de renouvellement urbain des Villeneuves, débutée le 4 décembre 2017 et qui s’achève le 6 mars, les promoteurs du projet sont tenus de mettre à la disposition des habitants un registre d’expression papier. Ce document aurait dû être disponible à l’accueil du Patio ou dans l’espace Maison de projet, quand cette dernière est ouverte.

 

Pourtant, que ce soit à l’accueil ou dans l’espace projet, le document en question répond aux abonnés absents. Nouvelle déveine, la permanence du projet du vendredi 2 mars a été annulée… « à quatre jours de la fin de la concertation », s’agace André Béranger, l’un des animateurs du Collectif.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2185 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Ce n’est pas une entorse grave, non.
    En revanche, cela montre le professionnalisme de la municipalité…
    Quant au débat contradictoire au Conseil Municipal c’est une farce totale, notamment parce l’interpellation est illégale…

    sep article