Police de sécurité du quotidien : les élus isérois dépités par “l’exclusion” de Grenoble et son agglo

sep article



EN BREF – Ni Grenoble, Échirolles ou Saint-Martin-d’Hères n’ont été retenues pour expérimenter la police de sécurité du quotidien. Laquelle se déploiera d’ici janvier 2019 dans trente quartiers en France avec à la clé un renfort de 15 à 30 policiers pour chacun d’eux. En novembre dernier, le préfet de l’Isère avait plus ou moins mis la vidéo-surveillance dans la balance…

 

 

Les forces de police étaient encore très présente ce matin à 10 heures à la Casemate © Anaïs Mariotti - Place Gre'net

© Anaïs Mariotti – Place Gre’net

Pas plus Grenoble qu’Échirolles ou Saint-Martin-d’Hères n’ex­pé­ri­men­te­ront la police de sécu­rité du quo­ti­dien (PSQ). Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb en a fait l’an­nonce ce 8 février.

 

Aucune des trois com­munes de l’Isère qui avaient can­di­daté au dis­po­si­tif n’ont en effet été rete­nues, que ce soit lors de la pre­mière vague – dès sep­tembre pro­chain – ou de la seconde, en jan­vier 2019.

 

Dans la région, seuls le 8e arron­dis­se­ment de Lyon, le quar­tier des Minguettes à Vénissieux et le quar­tier Tarentaise-Beaubrun à Saint-Étienne ont donc été rete­nus pour tes­ter cette pro­messe de cam­pagne du can­di­dat Emmanuel Macron.

 

 

L’absence de vidéo-surveillance fatale à l’expérimentation ?

 

Comment expli­quer que Grenoble ait été écar­tée des villes éli­gibles alors que depuis plu­sieurs mois, les faits de vio­lences se mul­ti­plient dans l’ag­glo­mé­ra­tion jus­qu’à émou­voir les auto­ri­tés judi­ciaires ?

 

Un des volets de cette « réforme » de la police vise notam­ment à équi­per ou conti­nuer d’é­qui­per l’espace public de dis­po­si­tifs de vidéo-sur­veillance. Or, en novembre der­nier, le pré­fet de l’Isère avait plus ou moins ouver­te­ment mis en balance l’ex­pé­ri­men­ta­tion avec la (ré)installation de camé­ras qu’Eric Piolle avait aban­donné aus­si­tôt assis dans le fau­teuil de maire.

 

Ni Grenoble, Échirolles ou Saint-Martin-d'Hères n'ont été retenues pour expérimenter la police de sécurité du quotidien. Rageant pour les élus isérois. Mistral. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

Le quar­tier Mistral. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

Quoi qu’il en soit, les maires de Grenoble, Échirolles et Saint-Martin-d’Hères disent vou­loir deman­der une audience au ministre de l’Intérieur pour que la « déci­sion soit revue dans les meilleurs délais ».

 

« La délin­quance dans la zone de police de Grenoble est recon­nue comme impor­tante par tous les acteurs locaux, notam­ment à cause des tra­fics de drogue, en dépit du tra­vail majeur effec­tué au quo­ti­dien par la jus­tice et les forces de l’ordre », sou­lignent les trois élus dans un com­mu­ni­qué.

 

Et ces der­niers de rap­pe­ler la mul­ti­pli­ca­tion, ces der­niers mois, de « faits divers dou­lou­reux » dans l’ag­glo­mé­ra­tion, « laquelle n’a jamais récu­péré les effec­tifs poli­ciers dont elle était dotée ». « L’expérimentation de la PSQ per­met­trait un ren­fort d’ef­fec­tifs et donc un véri­table gain de capa­ci­tés opé­ra­tion­nelles, tout en tra­vaillant à amé­lio­rer la rela­tion entre la police et la popu­la­tion », assurent-ils.

 

D’ici à jan­vier 2019, trente quar­tiers béné­fi­cie­ront de « moyens sup­plé­men­taires » – un ren­fort de 15 à 30 poli­ciers à chaque fois –, sans pour autant que soient consti­tuées de nou­velles bri­gades spé­cia­li­sées.

 

 

« Une double peine pour les Grenoblois »

 

Sans sur­prise, de nom­breuses voix poli­tiques se sont fait entendre pour déplo­rer “l’ou­bli” de l’ag­glo­mé­ra­tion dans ce nou­veau dis­po­si­tif. A l’i­mage de Matthieu Chamussy, pré­sident du groupe d’op­po­si­tion LR, UDI, Société civile à la Ville de Grenoble, qui se dit mal­gré tout peu sur­pris par cette déci­sion.

 

 

 

Guillaume Gontard, liste « Un engagement commun » (EELV - M1717 - PCF). © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le séna­teur Guillaume Gontard. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Personne ne peut se satis­faire de cette déci­sion, affirme quant à lui Guillaume Gontard, séna­teur éco­lo­giste de l’Isère. « Nous ne pou­vons que regret­ter l’absence de front com­mun de toutes les forces poli­tiques du dépar­te­ment sur le déploie­ment de ce dis­po­si­tif pour­tant indis­pen­sable pour la métro­pole gre­no­bloise. » Et ce der­nier de lan­cer un tacle : « l’absence de sou­tien des par­le­men­taires de la majo­rité a cruel­le­ment fait défaut ».

 

Pour Michel Savin, séna­teur Les Républicains de l’Isère : « Encore une fois, Grenoble reste à l’é­cart de ce dis­po­si­tif, alors que les cri­tères de délin­quance mar­quée et d’importance des tra­fics et inci­vi­li­tés sont plus que jamais pré­sents dans la capi­tale des Alpes. Encore une fois, la métro­pole gre­no­bloise reste à l’é­cart des poli­tiques publiques d’am­pleur. »

 

L’élu salue cepen­dant le meilleur enca­dre­ment de la zone gen­dar­me­rie du dépar­te­ment de l’Isère « afin notam­ment de ren­for­cer la sécu­rité des mobi­li­tés et l’accompagnement des entre­prises et des indus­tries ».

 

PC

 

 

commentez lire les commentaires
3068 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Bonjour

    Je connais bien même très bien beau­coup d’é­lus de Grenoble et aussi de son asag­glo­mé­ra­tion je n’ai jamais vu une telle bande d’incapable.….sans par­ler des élus passes par la case prison.….Un très très bel exemple pour notre jeu­nesse.…
    [modéré : pro­pos dif­fa­ma­toires]
    Quelle poli­tique vou­lez vous que cette bande d’in­ca­pable vous pro­pose.…
    Avant les elec­tions :
    La poli­tique du ché­quier et beau­coup de pis­ton pour un appart ou un bou­lot et si tu as de la chance les deux
    Une sub­ven­tion recon­duite chaque année malgres l’ab­sence de résul­tat il vous suf­fit juste de faire sem­blant de faire.…..
    Des chan­tiers pour les autres.…..
    Mais bon,en atten­dant lais­sons le couple médias poli­tique nous conter une ber­ceuse…

    sep article
  2. La fin de la vidéo­sur­veillance
    La pro­po­si­tion de dépé­na­li­ser le cana­bis
    La non réac­tions aux incen­dies des gen­dar­me­ries
    L’amalgame entre les vio­lences d’au­jourd’­hui et les mafias d’au­tre­fois
    Les gen­darmes devant les conseils muni­ci­paux après l’é­pi­sode des biblio­thèques

    Voici les signaux que rend Piolle autour de la poli­tique de sécu­rité, meme si Grenoble etait la ville la plus équi­pée de camé­ras, la ques­tion est le signal perçu qui s’ap­pa­rente à un laxisme qui s’ins­talle depuis son élec­tion…
    Sans évo­quer les réflexions à haute voix tou­jours pour dénon­cer les poli­tiques des majo­ri­tés, d’a­bord avec Hollande, puis avec Macron.
    Honnêtement cette déci­sion est tout sauf est une sur­prise. Elle vient sim­ple­ment rap­pe­ler à l’é­dile de Grenoble que la diplo­ma­tie per­met aussi des avan­cées, il serait bon que son équipe et lui l’ac­ceptent enfin.
    J’en ai assez de voir que l’on recule sur tout, l’autre sujet dont il est le prin­ci­pal res­pon­sable est l’é­chec autour du plan trans­ports du gou­ver­ne­ment.
    Bref sécu­rité et bou­chons voilà des sujets qui entachent dura­ble­ment l’i­mage de Grenoble voilà deux beaux sujets sur les­quels Piolle aura été par­ti­cu­liè­re­ment mau­vais à minima sur les mes­sages ren­dus

    sep article
  3. Ca me fait quand même un peu rire que les adeptes du tout sécu­rité croient aux ver­tus de la vidéo­sur­veillance !
    Nice, sans doute la vielle la plus vidéo­sur­veillée, occupe la 1ère place dans le pal­ma­rès des villes les plus dan­ge­reuses :
    http://banlieuidf.skyrock.com/3118064675-LES-VILLES-LES-PLUS-DANGEREUSE-DE-FRANCE.html
    Grenoble n’est « que » 8e. Ce n’est pas un clas­se­ment fara­mi­neux … mais si on remet­tait des pro­fes­sion­nels sur le ter­rain, comme des édu­ca­teurs de rue, au lieu de les enle­ver (n’est-ce pas le conseil dépar­te­men­tal ?). Si on arri­vait enfin à dépé­na­li­ser le can­na­bis, une bonne par­tie du tra­fic s’ef­fon­dre­rait, et si on pro­mou­vait des emplois inté­res­sants et cor­rec­te­ment payés ? …
    Avec des si … on ferait beau­coup de choses … au moins, on pour­rait rêver à un monde moins bru­tal.

    sep article
    • Il fau­drait sur­tout revoir vos « sources » si on puis dire qu’un blog sky­rock bourré de fautes , soit une source, d’au­tant plus que le post du blog date de 2012 donc les infor­ma­tions peuvent très bien être de 2011 – 2009 avant le retard des publi­ca­tions offi­cielles.

      sep article
    • Les chiffres men­tion­nés sont anciens. L’augementation de la cri­mi­na­lité est réelle.
      Ce n’est pas la ques­tion de la vidéo­sur­veillance, mais plu­tôt le signal ren­voyé par la fin de la vidéo­sur­veillance, c’est aussi les prises de posi­tions anti-Lyon quand un cer­tain Gérard COLLOMB était le Maire qui ont fini par créer un schisme entre l’ac­tion poli­tique locale – qui a trop ten­dance à dépeindre un tableau noir de l’ac­tion natio­nale – et l’é­chelle natio­nale, alors même qu’il existe natu­rel­le­ment des logiques de soli­da­rité et de cohé­sion dans des sujets aussi com­plexes que la sécu­rité.

      sep article
  4. Des mesures rapides par la muni­ci­pa­lité s’im­posent ! Une poli­tique de pré­ven­tion, de sécu­rité, et de répres­sion, en col­la­bo­ra­tion avec toutes les forces pré­sentes sur Grenoble, dou­blée d’un dis­po­si­tif élar­gie de vidéo pro­tec­tion.

    sep article
  5. Bonjour
    Ces trois élus ont tout fait pour que cette délin­quance aug­mente.
    Une poli­tique de la ville incons­ciente et le pire aucune solu­tions aux pro­blèmes ren­con­trés.
    Voilà 30 ans que nous obser­vons cette incom­pé­tence meur­triere en action.
    Et toute cette bande va se battre aux pro­chaines élec­tions pour que tout cela conti­nue.
    Les trois singes de la sagesses (Préfet maire pro­cu­reur…) Ne sont pas la pour nous ras­su­rer au contraire.
    La délin­quance poli­tique est pire que tout et je le répète malgres cette état de fait ils vont se repré­sen­ter et vous faire croire qu’ils ont enfin trouvé les solu­tions.
    En atten­dant lais­sons le couple médias poli­tique nous conter une ber­ceuse.

    « ALLONS-QUARTIERS »
    BENYOUB.A

    http://www.communique-de-presse-gratuit.com/allonsquartiers/147139-grenoble-allons-quartiers-grenoble-villeneuv.html

    http://www.placegrenet.fr/2013/06/15/villeneuve-la-force-citoyenne-non-resignee/3870

    sep article