Après Notre-Dame-des-Landes, le Lyon-Turin ? L’engagement financier de la France en question

sep article



DÉCRYPTAGE – L’enterrement de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes redonne espoir aux opposants au Lyon-Turin qui n’hésitent pas à faire le parallèle entre les deux grands projets. La France a‑t-elle les moyens de financer un tunnel transfrontalier à 2,2 milliards d’euros ? L’État français ne s’est en tout cas visiblement pas engagé formellement, comme en atteste un document officiel, laissant planer le doute sur les marchés d’appels d’offres de travaux qui doivent être lancés fin 2019…

 

 

Chantier du Lyon-Turin à Saint-Martin-la Porte. © Telt

Chantier du Lyon-Turin à Saint-Martin-la Porte. © Telt

Où va le Lyon-Turin ? Alors que le gou­ver­ne­ment vient d’en­ter­rer l’aé­ro­port de Notre-Dame-des-Landes, le sort des grands pro­jets est-il scellé ? La France a‑t-elle sur­tout les moyens de ses ambi­tions ?

 

En juillet der­nier, la ministre des Transports avait pré­venu. « Les enga­ge­ments de l’État pour de nou­velles infra­struc­tures (de trans­port, ndlr) dépassent les 18 mil­liards d’euros sur les cinq pro­chaines années », avait pré­cisé Élisabeth Borne. « Sur la période, nous avons 11 mil­liards de res­sources iden­ti­fiées. Par ailleurs, il manque trois mil­liards pour entre­te­nir et réno­ver les réseaux rou­tiers et flu­viaux ainsi que nos grands ponts […]. L’impasse est aujourd’hui de 10 mil­liards sur le quin­quen­nat. »

 

 

« On n’a pas le droit de lancer les appels d’offre sans budget »

 

Alors que les assises de la mobi­lité qui se sont tenues cet automne doivent débou­cher au prin­temps sur une loi Mobilité dont quelques grandes lignes ont émergé – dont la piste d’une vignette poids lourds sur les routes natio­nales – la ques­tion du finan­ce­ment de ces grandes infra­struc­tures de trans­port reste plus que jamais posée.

 

Emmanuel Macron a beau avoir remis sa ministre des Transports dans le droit che­min lors du som­met franco-ita­lien, sou­te­nant l’en­ga­ge­ment de l’État fran­çais dans le pro­jet de cette ligne fer­ro­viaire trans­al­pine désor­mais dédiée au fret, c’est peu dire qu’il reste des “blancs”.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
2786 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Effectivement, je pense qu’il ne se fera pas. Comme il est beau­coup moins cher de réamé­na­ger l’aé­ro­port Nantes Atlantique, il est beau­coup mons cher de réamé­na­ger le tun­nel du Fréjus.
    Si les consi­dé­ra­tions finan­cières l’emportent, tant mieux pour l’é­co­lo­gie. Il y a eu déjà trop de casse, sur­tout du côté ita­lien. Toute la val­lée de Suze est déjà détruite
    http://lyonturin.eu/
    Et les tra­vaux ont du plomb dans l’aile
    http://www.lemonde.fr/enquetes/article/2017/01/31/le-chantier-lyon-turin-ne-voit-pas-le-bout-du-tunnel_5072386_1653553.html

    sep article
    • Heu non. réamé­na­ger nantes atlan­tique cou­tera autant que NDDlL et va poser de très gros pro­blèmes pour une zone natura 2000, encore plus à pro­té­ger que le bazar de la ZAD…

      sep article
  2. Avec un pro­jet qui dépasse les inté­rêts fran­çais et sur­tout porté en par­tie par l’Europe, et l’Italie il est peu pro­bable qu’il soit remis en cause sur le fond

    sep article
  3. Non !
    Ca c’est du wish­ful thin­king de NOTAV ! Genre “on a gagné à NDDL (ce qui n’est pas le cas ils seront viré et on verra de jolis lotis­se­ment se construire à NDDL parce la métro­pole de Nantes n’est pas den­si­fiable à cause du bruit généré par l’an­cien aéro­port, qui est coincé en outre par une zone Natura 2000)
    Impossible pour des rai­sons tant de poli­tique euro­péenne et stra­té­gique.
    Ils vont juste chan­ger le déroulé.

    sep article