Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Plan social à GE Hydro : un “gâchis” pour l’avenir de la filière hydroélectrique française

sep article

DÉCRYPTAGE – À plusieurs reprises, ces dernières semaines, l’État a jeté le doute sur le dynamisme du secteur de l’hydroélectricité en France, relativisant son importance. Manœuvre pour mieux faire passer la pilule du plan social qui menace GE Hydro à Grenoble ? Le leader mondial français de la production de turbines hydrauliques risque ainsi de perdre 345 emplois sur 800. De nombreux experts, industriels et responsables politiques hurlent au “gâchis”. Et s’inscrivent en faux : la filière hydroélectrique se porte non seulement bien mais elle demeure stratégique pour la France.

 

Place Gre’net vous fait découvrir cet article accessible sur abonnement. Bonne lecture !

 

 

Bruno Le Maire, ministre de l'économie le 16 ocotobre sur France Info. DR

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie le 16 octobre sur France Info. DR

« Le marché hydroélectrique est saturé », a lâché Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, au micro de France Info le 16 octobre dernier. Ceci expliquerait-il donc cela ?

 

À suivre le raisonnement du ministre, le groupe américain General Electric agirait donc comme il se doit en supprimant 345 emplois sur les 800 que comptait jusqu’ici sa filiale GE Hydro, ex-Alstom, ex-Neyrpic. Le plan social qui touche le constructeur de turbines, fleuron français de l’hydroélectricité au savoir centenaire, serait-il un mal nécessaire ?

 

 

General Electric assure qu’il va bien créer 1 000 emplois nets en France

 

Pour le gouvernement Macron, tout n’est pas si grave puisqu’à l’échelle hexagonale le géant américain General Electric assure qu’il va bien créer 1 000 emplois nets en France, avant la fin de l’année 2018. Un engagement qu’il avait pris en rachetant la branche Énergie d’Alstom en 2015.

 

Olivier Véran, député de la 1ere circonscription de l'Isère lors de sa prise de parole. © JOël Kermabon - Place Gre'net

Olivier Véran, député LREM de la 1ere circonscription de l’Isère le 31 août 2017 est venu soutenir les salariés de GE Hydro Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Tant pis s’il faut tailler dans la masse, aux dépens d’un bijou de famille français – en l’occurrence grenoblois –, pour développer des activités rentables plus rapidement et recréer d’autres emplois ailleurs ?

 

En validant la stratégie de l’Américain, le gouvernement français n’est-il pas en train d’hypothéquer l’avenir de sa filière hydroélectricité ?

 

C’est en tout cas ce que pensent de nombreux acteurs, industriels et responsables politiques qui mettent en garde l’État contre l’erreur stratégique qu’il s’apprêterait à commettre. D’où la nécessité, selon eux, de stopper ce plan portant un nouveau coup dur à l’industrie française, et remettant en question les objectifs environnementaux. Voire même la sécurité du pays…

 

 

Les salariés de GE Hydro devant leur usine le premier jour d'occupation du site. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les salariés de GE Hydro Grenoble devant leur usine le premier jour d’occupation du site. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

 

 

« La vie industrielle est faite de rebondissements, concède Michel Albouy, docteur et enseignant en économie à Grenoble École de management. Mais, là, c’est un gâchis. Ce qui est dramatique, c’est que ce soit arrivé en plus, par accident : quand, il y a trois ans, General Electric a repris la filière nucléaire pour 12 milliards d’euros, Alstom Hydro était dans le portefeuille, alors que ce n’est manifestement pas leur priorité. »

 

 

70 % de l’électricité renouvelable en France, issue de la force de l’eau

 

« L’hydroélectricité est la deuxième source de production électrique derrière le nucléaire et la première source d’électricité renouvelable en France », rappelle-t-on sur le site le ministère de la Transition écologique et solidaire.

 

La vallée du Drac en Isère, un fleuron de l'hydroélectricité d'EDF dans les Alpes. Ici le barrage du lac de Monteynard

La vallée du Drac en Isère, un fleuron de l’hydroélectricité d’EDF dans les Alpes. Ici, le barrage du lac de Monteynard

Ainsi, la production électrique d’origine renouvelable est-elle très largement dominée par l’hydraulique, à hauteur de 70 %.

 

Une réalité méconnue, autant que le poids économique, et la réputation de l’industrie française de l’hydroélectricité chez elle et dans le monde.

 

En France, ce sont 20 000 personnes, dont 5 000 sur l’axe Grenoble-Chambéry, qui travaillent pour cette énergie renouvelable, laquelle a besoin de barrages, de conduites forcées, de turbines, de transformateurs, de centrales, de maintenance, d’ingénierie, etc. pour fonctionner et se perfectionner.

 

« En France, l’hydroélectricité souffre d’une manque de visibilité alors qu’elle représente 14 % de l’énergie produite en France dans le mix énergétique, contre 1 % pour le solaire, 4 % pour l’éolien ! », constate Roland Vidil, président d’Hydro 21, une association qui fédère les entreprises du secteur.

 

Turbine de General Electric Renawable Energie. DR

Turbine de General Electric Renewable Energie. DR

 

Sur le plan mondial, le secteur industriel français de l’hydroélectricité est reconnu comme une filière d’excellence. Tant mieux, car il y a des marchés à prendre, les experts tablant sur une croissance économique du secteur de 3 % en moyenne par an… jusqu’en 2040.

 

Ce sont les pays comme la Chine et les pays émergents qui offrent le plus d’opportunités en matière de nouveaux équipements. GE Hydro Grenoble réalise ainsi un chiffre d’affaires à 85 % à l’export mais ne croque guère aux nouveaux grands marchés.

 

En 2013, encore sous la bannière Alstom, GE Hydro construit en Chine sa plus grande usine de fabrication de turbines, pour se rapprocher de la demande. Il y délocalise alors le savoir-faire français. Toutes les précautions ont-elles été prises ? Michel Albouy en doute : « La question du transfert de technologies est visiblement de nouveau posée. »

 

La suite, on la connaît dans d’autres secteurs aussi : les Chinois font de plus en plus appel à leurs propres équipementiers. GE Hydro devra donc à l’avenir jouer des coudes pour se tailler une part du gâteau…

 

 

Le plan social à GE Hydro fera boule de neige

 

En dépit de résultats mitigés à l’international, faut-il tailler, tête baissée, dans l’effectif de GE Hydro et détruire le savoir-faire industriel présent sur le sol français ? L’Américain General Electric, seul maître à bord, n’a évidemment pas d’états d’âme à ce sujet.

 

Nadine Boux, secrétaire du CE GE Hydro. © JOël Kermabon - Place Gre'net

Nadine Boux, secrétaire du CE GE Hydro. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Alstom traçait des perspectives tous les trois ans, GE c’est  rimestre par trimestre », déplore Nadine Boux, déléguée Confédération française de l’encadrement CGC.

 

« General Electric n’est pas intéressé par cette filière : l’activité est cyclique, les projets sont longs, avec une rentabilité plutôt basse… Ce sont des Américains, tance la déléguée. Il faut que ce soit vite rentable. »

 

Mathilde Panot, députée de La France insoumise, dénonce, elle aussi, l’approche ultralibérale de GE, qu’elle relie « aux conséquences désastreuses des ordonnances Travail pour l’écologie ». La députée tort le cou à l’argument qui consiste à blâmer les chiffres de la filiale française : « GE engrange des milliards de profit. Pour justifier son plan social, il se borne à regarder les résultats au périmètre national. C’est un moyen de faire pression… »

 

Au-delà des chiffres, les conséquences sociales et humaines sont bien concrètes. Nadine Boux, déléguée CFE-CGC, témoigne : « Cela ne va pas être évident de retrouver un emploi localement, car nos métiers sont très particuliers. Certains ont vingt à trente années d’ancienneté, et cette expérience acquise, les savoir-faire acquis, risquent de partir à l’étranger, pour ceux qui voudront partir », déclare-t-elle.

 

En supplément, par effet ricochet, pourraient être également être touchés 600 entreprises sous-traitantes des activités de GE Hydro. Soit près de 1 000 salariés supplémentaires…

 

 

En cas de black-out, seule l’hydroélectricité refroidirait les centrales nucléaires

 

« Un acteur public préserverait ces emplois », juge Hugues Poissonnier, professeur d’économie et de management à Grenoble École de management. C’est bien la solution toute trouvée par les délégués syndicaux et de nombreux observateurs. Il suffit que l’État reprenne l’activité. Une idée que partage Stéphane Gemmani, conseiller régional Auvergne Rhône Alpes : « L’État pourrait porter cette activité le temps de retrouver un repreneur. »

 

Mardi 8 novembre 2017, Stéphane Gemmani et ses collègues conseillers régionaux du groupe Socialiste, Démocrate, Écologiste et Apparentés, ont rencontré les salariés de General Electric du site de Grenoble. "Des solutions existent (...)" Par exemple? "L’Etat et la Région Auvergne Rhône Alpes en tant qu’actionnaires de la Compagnie National du Rhône ont les moyens d’agir en débloquant le marché de l’hydroélectricité en France et tout particulièrement en Auvergne-Rhône-Alpes"

Mardi 8 novembre 2017, Stéphane Gemmani et ses collègues conseillers régionaux du groupe Socialiste, démocrate, écologiste et apparentés, ont rencontré les salariés de General Electric du site de Grenoble.

Une idée oui, mais guère compatible avec les accointances libérales du gouvernement Macron.

 

Autre scénario proposé par les délégués syndicaux : le retour au bercail… « Nous avons rappelé à Bercy [la direction y est allée deux fois, ndlr] qu’Alstom peut encore reprendre GE Hydro jusqu’en septembre 2018, car nous sommes toujours une joint venture d’Alstom (80 % GE et 20 % Alstom). Montebourg a dû faire à l’époque comme il pouvait pour sauver les meubles ! » Et que répond Bercy à cette proposition ? Que l’hypothèse est irrecevable : « Nous sommes trop chers ! »

 

C’est qu’il est sans doute nécessaire d’y mettre le prix, si l’on veut rester maître d’une énergie renouvelable qui présente bien des spécificités. Contrairement à toutes les autres énergies vertes, l’hydroélectricité est disponible à la demande et en grande quantité. Pour cette raison, elle serait la seule en capacité d’éviter que les centrales nucléaires ne se transforment en cocotte minute, en cas de sévère black-out.

 

 

Nicolas Hulot ne veut pas « mentir aux salariés »

 

Pas suffisamment compétitive à l’export sur certains segments, GE Hydro dispose tout de même d’un beau terrain de jeu : l’Hexagone. D’autant que l’objectif de la France est de porter la part des énergies renouvelables à 40 % de la consommation électrique à l’horizon 2030.

 

Barrage relié à une centrale hydroélectrique. Site General Electric Renawable Energie.

Barrage relié à une centrale hydroélectrique. Site General Electric Renewable Energie.

Le potentiel de l’hydroélectricité est encore substantiel, à condition encore d’y mettre les moyens. « L’investissement qui résulterait de l’objectif d’accroître d’ici 2020 la production de 3 TWh serait de plus de 2,1 milliards d’euros avec la création de 2 000 emplois pour les dix prochaines années », indique ainsi France Hydroélectrique.

 

Par ailleurs, maintenir les compétences techniques et d’ingénierie en France demeure indispensables pour le suivi, l’accompagnement et la modernisation des équipements hydroélectriques en place. Sachant que le parc français comprend 2 300 installations hydroélectriques, de tailles et de puissances diverses.

 

Près de 82 % de la production française d’hydroélectricité est assurée par quatre régions, Rhône-Alpes produisant 40 % de cette énergie. (chiffres 2014 EDF).

 

Le 23 octobre 2017, dans l'émission CàVous, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire répond par écran interposé, à Benoît Hamon l'interpellant le 20 octobre, sur l'inaction du Ministre Le 23 octobre 2017, dans l'émission CàVous, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire répond à Benoît Hamon l'interpellant quelques jours plus tôt sur l'inaction du Ministre face au plan social qui s'abat sur General Electric Hydro à Grenoble.

Le 23 octobre 2017, dans l’émission CàVous, Nicolas Hulot, répond par écran interposé, à Benoît Hamon l’interpellant le 20 octobre, sur son inaction face au plan social. DR.

« En France, le secteur de l’hydroélectricité a besoin d’être modernisé. C’est évident, commente Michel Albouy. Les équipements datent des années 50/60/70. L’entretien est assuré, mais un renouveau serait nécessaire. Oui, ce marché donnerait un ballon d’oxygène à GE Hydro. La balle est dans le camp d’EDF et de ses dirigeants. »

 

Guère convaincu, le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot l’a fait savoir dans l’émission C à vous : « Il y a un moment où il faudra peut-être changer les turbines existantes, mais ça ne génère pas un marché qui pourrait permettre de remplir le carnet de commandes […] En France ou en Europe, très sincèrement, il faut pas mentir aux salariés. »

 

 

 GE Hydro réduit à sa portion congrue

 

A la demande de Bercy, après plusieurs semaines de silence, Yves Rannou, PDG monde de la branche hydroélectrique de General Electric, est venu s’expliquer devant les salariés, mercredi 8 novembre. Ambiance houleuse, comme on pouvait s’en douter…

 

Yves Rannou, PDG monde de la branche hydroélectrique de General Electric, GE Hydro. DR

Yves Rannou, PDG monde de la branche hydroélectrique de General Electric, GE Hydro. DR

Qui ne s’est pas arrangée, quand le PDG a réaffirmé la ferme intention du groupe de maintenir son plan de restructuration.

 

Il a toutefois garanti que Grenoble garderait une place de choix dans la stratégie Hydro du Groupe, à condition de mettre en œuvre une revitalisation, et de miser sur les techniques numériques et d’impression 3D.

 

GE Hydro Grenoble devrait donc se recentrer sur le R&D et l’ingénierie pour garder une place de premier plan ? Se délester de certaines activités de fabrication, de savoir-faire qui ont fait la renommée de l’ex-Neyrpic ?

 

Une perspective qui n’a aucunement réjoui les salariés. Certains y voient même les signes avant-coureurs d’une désertion progressive du navire « Hydro ». Erreur tactique également, selon Hugues Poissonnier : « Il y a pourtant un intérêt stratégique à maintenir ces ressources humaines pour GE. L’Américain pourrait le regretter car ces compétences dont ils se séparent sont nécessaires pour développer d’autres marchés. »

 

 

La bras de fer continue

 

« On est en train de perdre les outils pour faire de la transition énergétique », redoute Mathilde Panot, annonçant que la lutte de son groupe politique se poursuit au côté des salariés. « Nous devons continuer à faire pression sur le gouvernement, afin qu’il prenne ses responsabilités », poursuit-elle.

 

Mathilde Panot, deputée France Insoumise, avec Jean-Luc Mélenchon, le 11 octobree sur le site de GE Hydro. DR

Mathilde Panot, députée France insoumise, avec Jean-Luc Mélenchon, le 11 octobre sur le site de GE Hydro. DR

Le bras de fer reprend pas plus tard que ce lundi 13 novembre. Un car de salariés de GE Hydro monte à Paris, avec des membres du personnel et délégués syndicaux, pour se rendre à Bercy.

 

Ce sera la troisième fois en quelques semaines. Les salariés souhaiteraient aussi rencontrer Nicolas Hulot pour lui faire part de leurs attentes.

 

Quid de celles-ci, justement ? Obtenir le report de l’entrée en vigueur du plan de sauvegarde économique (PSE), initialement prévu au 4 décembre. Et faire de la pédagogie, déclare Nadine Boux : « expliquer à quoi sert une turbine, la nécessité de maintenir le savoir-faire en France, pour le mix énergétique, et aussi garantir le stockage de l’eau, en prévision du réchauffement climatique par exemple… »

 

Séverine Cattiaux

 

 

L’Europe exige la mise en concurrence des concessions

 

Autre complication pour le marché français, l’État tarde à donner le feu vert au renouvellement des concessions hydrauliques. Ces dernières font en effet l’objet d’âpres discussions avec l’Europe qui demande à l’État français de les ouvrir à la concurrence.

 

Energie hydroélectrique : barrage et conduite forcée Site EDF

Énergie hydroélectrique : barrage et conduite forcée Site EDF

De fait, n’étant pas certains de demeurer propriétaires des barrages, les actuels concessionnaires EDF et CNR n’engagent pas de dépenses.

 

Stéphane Gemmani tape du poing sur la table, accablé par ce manque de volonté politique : « La France a 400 contrats de concessions exploités par EDF, dans lesquels l’État est actionnaire. A partir du moment où on renouvelle les concessions, on ouvre de nouveaux marchés de mises aux normes de modernisations… Il faut que l’État renouvelle ces concessions ! »

 

Le conseiller régional poursuit : « Il y a, dans le Rhône, 18 ouvrages qui pourraient être renouvelés… L’État et la Région Auvergne-Rhône-Alpes en tant qu’actionnaires de la Compagnie nationale du Rhône (CNR) ont les moyens d’agir en débloquant le marché de l’hydroélectricité en France et tout particulièrement en Auvergne-Rhône-Alpes. »

 

Transformation de l'énergie hydraulique en électricité. Centrale hydroélectrique. Site EDF

Transformation de l’énergie hydraulique en électricité. Centrale hydroélectrique. Site EDF

Et si d’aventure, demain, les propriétaires des concessions devenaient suisses, ou chinois, alors s’en serait probablement fini du fleuron français GE Hydro, et de bien d’autres acteurs de l’hydroélectricité.

 

Les Suisses n’attendraient, paraît-il, que le top départ de cette mise en concurrence pour racheter des barrages. Feront-ils appel aux PME françaises pour les équiper? Rien n’est moins sûr.

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
4742 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Oh mais oui.
    Sacrifice, donc gâchis.
    Macron, qui est le premier responsable de la vente de la BU énergie d’Alstom (non parce que pour résister au chantage américain au FCPA, on largement les moyens en France et en Europe, cf. comment on fait tomber les FSC américaines à l’OMC en 1999), a décidé de ne pas avoir de politique énergétique, tout comme il a décidé de continuer à ne pas avoir de politique industrielle (on vous explique, start-up nation et le slip connecté, c’est pas de l’industrie).
    Les employés qui sentent pas la sueur et le cambouis, c’est plus facile à gérer.

    Quand on voit quelqu’un comme Olivier Véran et le reste des députés LREM, qui n’ont pas la moindre idée de ce qu’ils racontent, sont fondamentalement incompétents et n’ont aucune intention de le devenir parce que c’est fatigant, ben, l’industrie française n’a pas de beaux jours devant elle.
    Et le reste du monde se marre en se frottant les mains, car le génie industriel français est bien réel.

    sep article