Démolitions à la Villeneuve : locataires cherchent “co-construction” désespérément

sep article

DÉCRYPTAGE – Nouvel épisode de la lutte menée de longue haleine par les habitants contre le projet de démolition du 10 et du 20 de la Galerie de l’Arlequin de la Villeneuve. Refoulés à l’entrée du conseil municipal, ce lundi 6 novembre, puis tenus en respect par les forces de l’ordre, un trentaine d’entre eux ont distribué des tracts dans le froid et sous la pluie devant l’hôtel de ville de Grenoble. Retour sur les raisons de la colère et du désespoir de ces locataires qui se sentent méprisés, leurs relations difficiles avec le bailleur, le rôle déterminant de l’Agence de renouvellement urbain (Anru) dans l’évolution des quartiers, et le virage des élus écologistes de Grenoble, opposés aux démolitions avant leur élection…

 

 

A eux non plus, il ne faut plus venir parler de « démocratie participative » à Grenoble. L’association Droit au logement de l’Isère (Dal 38), le collectif “contre les démolitions imposées” et l’association des Résidents du 10-20 Galerie de l’Arlequin, qui fédère une bonne partie des locataires qui habitent encore dans les 191 logements, sont écœurés. Ce lundi 6 novembre, ils en étaient rendus une fois de plus à dérouler leur banderole jaune pour s’opposer aux démolitions prévues à la Villeneuve. Cette fois, devant la mairie de Grenoble, et en limite du périmètre de sécurité dûment installé par la police, aux effectifs particulièrement fournis en ce jour de conseil municipal.

 

Rassemblement des militants contre les démolitions à la Villeneuve, de l'association des résidents du 10/20 Galerie de l'Arlequin, et du Droit au logement (DAL) 38, lundi 6 novembre 2017, devant la mairie de Grenoble. © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

Rassemblement des militants contre les démolitions à la Villeneuve organisé par l’association des Résidents du 10-20 Galerie de l’Arlequin, le Dal 38 et le collectif « contre les démolitions imposées », lundi 6 novembre 2017, devant la mairie de Grenoble. © Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

 

La raison de ce rassemblement devant la mairie ? « Une convention avec l’Agence nationale pour le rénovation urbaine (Anru) va être signée d’ici quelques semaines par la Ville et la Métropole », explique Virgile, l’un des leaders de l’association des Résidents du 10-20 Galerie Arlequin. « La Ville peut encore s’opposer à la démolition du 20. On souhaitait intervenir ce soir au conseil pendant qu’il est encore temps. Mais le maire a refusé notre demande ! »

 

 

« Le dossier n’est pas clôturé » répond la Ville

 

Il aurait fallu procéder selon les règles de la démocratie participative mise en place à Grenoble, justifie la Ville. C’est-à-dire que les militants auraient dû passer par leur Conseil consultatif indépendant (CCI) pour faire leur requête.

 

Rassemblement des militants contre les démolitions à la Villeneuve, de l'association des résidents du 10/20 Galerie de l'Arlequin, et du Droit au logement (DAL) 38, lundi 6 novembre 2017, devant la mairie de Grenoble. © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

Virgile, l’un des leaders de l’association des résidents du 10-20 Galerie de l’Arlequin distribuant le discours que les militants auraient souhaité prononcer devant le conseil municipal, ce lundi 6 novembre 2017. © Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

De toute façon, « le dossier n’est pas clôturé », aurait ajouté la Ville. Justement, c’est avant que le couperet ne tombe sur le 20 que les militants souhaitaient s’exprimer publiquement.

 

A défaut d’être entendus, ils distribueront, ce soir-là, aux élus rejoignant la salle du conseil et aux quelques Grenoblois venus suivre les débats en direct, le message qu’ils comptaient délivrer.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3041 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Elle avait déjà été faite la « co-construction » pour ANRU 1 par le premier architecte urbaniste!
    La Villeneuve, ce n’est plus possible. C’est allé trop loin, on ne peut pas laisser ce quartier continuer à pourri sur pattes!

    Et rappelons que les 3 ans de retards sur ANRU 1, c’est à partir de 2014, c’est la responsabilité de l’actuelle municipalité, car tout était dans les clous.

    Et cela fait 2 ans et demi qu’on met en garde contre ce retard dont les conséquences sont calamiteuses…

    sep article