La Sémitag ouvre une plateforme collaborative pour les objets perdus et trouvés

sep article

Notre indépendance c

Afin de limiter le nombre d’appels sur ses lignes pour des objets perdus ou trouvés, la Sémitag, réseau de transports en commun desservant les 49 communes de la métropole de Grenoble, met en place une plateforme collaborative reliant « perdants » et « inventeurs ».

 

 

« Derrière chaque objet perdu, se cache un désa­gré­ment voire un drame », écrit la Sémitag. C’est pour­quoi l’en­tre­prise vient de mettre en ligne un nou­veau dis­po­si­tif de recherche des objets per­dus. Une pla­te­forme col­la­bo­ra­tive reliant « per­dants » et « inven­teurs » (enten­dez “trou­veur”), déve­lop­pée par la société mey­la­naise Atlantis.

 

Toute per­sonne ayant perdu ou trouvé un objet égaré dans un bus ou tram­way du réseau Tag (Transports de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise) peut ainsi se rendre sur cette pla­te­forme. Un sys­tème « plus effi­cace, plus rapide et plus simple », pro­met la Sémitag. Mais qui néces­site tout de même une ins­crip­tion de la part du « per­dant », et recom­mande en pre­mier lieu à la per­sonne qui découvre l’ob­jet de le remettre à un agent de la Sémitag.

 

 

Un service déjà mis en place à Paris, Lyon et Bordeaux

 

 

Le prin­cipe ? Quand une per­sonne ayant perdu un objet dépose une annonce dans laquelle elle le décrit, celle-ci est mise en rela­tion avec le fond d’ob­jets trou­vés dis­po­nible sur le site fran­çais (comme son nom ne l’in­dique pas) Yeswefound. C’est en effet sur ce site, et non sur celui de la Tag, que les « inven­teurs » sont invi­tés à signa­ler leurs trou­vailles.

 

La solution aux objets perdus dans les tramways ? DR

La solu­tion aux objets per­dus dans les tram­ways ? DR

 

Un ser­vice qui a fait ses preuves ? Il a déjà été déve­loppé sur les réseaux de trans­ports urbains de Paris, Bordeaux et Lyon, ainsi que dans les aéro­ports de Lyon et de Paris. La police muni­ci­pale de Grenoble est éga­le­ment équi­pée de cette pla­te­forme. C’est elle, en effet, qui recueille les objets per­dus sur le réseau Tag, ou encore dans les ciné­mas ou les pis­cines muni­ci­pales, au-delà du cin­quième jour.

 

Objectif du dis­po­si­tif : réduire le nombre d’ap­pels à la Sémitag (actuel­le­ment plus de 15 100 tous les mois) concer­nant les objets per­dus. Ainsi qu’on le voit sur le site Yeswefound, les cartes Oùra consti­tuent le grand nombre de pertes : 500 sont res­ti­tuées chaque mois. En 2016, pas moins de 6 000 objets ont été trou­vés sur le réseau Tag, incluant sur­tout télé­phones por­tables, por­te­feuilles ou clés. Sans oublier les dou­dous dont la perte change bien sou­vent un tram… en drame.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
3035 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Bonjour je recherche le car­net de liai­son de mon fils bedrouni Ammar , perdu dans le bus C 1 entre mala­cher et Bret
    Merci

    sep article