La Métro renouvelle son bureau et passe de 18 à 20 vice-présidents

sep article

La démission de Fabrice Hugelé en juin dernier de son poste de vice-président de Grenoble Alpes-Métropole en charge de l’économie, de l’industrie, du tourisme et de l’attractivité du territoire a conduit le président de la Métro, Christophe Ferrari, à remanier l’exécutif métropolitain et à redistribuer quelques cartes.

 

 

Après la démission de Fabrice Hugelé, l'exécutif de la Métro a été remanié, avec Marie-Josée Salat à l'économie et deux nouveaux vice-présidents.. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Marie-José Salat, 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

C’est Marie-Josée Salat (Pasc, majo­rité métro­po­li­taine) qui hérite fina­le­ment de la délé­ga­tion. La conseillère muni­ci­pale de Grenoble, jusque-là 14e vice-pré­si­dente char­gée de la par­ti­ci­pa­tion citoyenne, de l’é­du­ca­tion et de la lutte contre les dis­cri­mi­na­tions, remonte ainsi à la troi­sième posi­tion.

 

A noter qu’au pas­sage, la par­ti­ci­pa­tion citoyenne s’é­man­cipe et devient une « délé­ga­tion plei­ne­ment trans­ver­sale », dixit Christophe Ferrari. Comprendre donc qu’elle s’ap­pli­quera à tous.

 

 

Guy Jullien et Yannick Belle nouveaux vice-présidents

 

 

Dans la fou­lée, à la faveur éga­le­ment de trans­fert de com­pé­tences, Francie Mégevand (RCSE, majo­rité métro­po­li­taine) récu­père la culture et l’é­du­ca­tion, et Yannick Belle (Pasc, majo­rité métro­po­li­taine) le sport ainsi que la lutte contre les dis­cri­mi­na­tions. Quant à l’ar­ti­sa­nat, le com­merce, les petites et moyennes entre­prises, elles sont tou­jours du res­sort de Guy Jullien (Adis, majo­rité métro­po­li­taine) qui, de simple conseiller, devient comme Yannick Belle l’un des deux nou­veaux vice-pré­si­dents. Ce fai­sant, leur nombre passe ainsi de 18 à 20. « Comme Bordeaux, Nantes, Strasbourg… », a énu­méré Christophe Ferrari.

 

Enfin, d’autres voient leurs délé­ga­tions modi­fiées. La pre­mière vice-pré­si­dente délé­guée au per­son­nel et à l’ad­mi­nis­tra­tion géné­rale Claire Kirkyacharian (RCSE, majo­rité métro­po­li­taine) se voit ainsi confier en plus la ges­tion de la rela­tion aux citoyens. Et Suzanne Dathé (RCSE, majo­rité métro­po­li­taine), conseillère muni­ci­pale char­gée des dis­po­si­tifs contrac­tuels, devra éga­le­ment s’oc­cu­per de la ges­tion de la pré­ven­tion de la délin­quance.

 

PC

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
3518 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. 20 vice-pré­si­dents pour gérer une agglo de 450 000 habi­tants ? C’est école des fans…
    Ca va aider à la bonne coor­di­na­tion ça…
    Rappelons que la jus­tice a jugé la com­po­si­tion du conseil métro­po­li­tain comme illé­gal parce que ne res­pec­tant pas les règles de repré­sen­ta­tion confir­mées par le Conseil Constitutionnel…

    sep article