General Electric Hydro : des élus demandent à l’État de bloquer le plan social

sep article



Après l’annonce du plan social qui devrait toucher 345 des 800 emplois de General Electric Hydro à Grenoble, quatre conseillères régionales de la France insoumise et RCES* ont joint leurs voix aux députés FI pour demander à Emmanuel Macron et à Laurent Wauquiez d’intervenir.

 

 

L'État va-t-il bloquer le plan social qui, à General Electric Hydro, prévoit de supprimer 345 emplois à Grenoble ? C'est ce que réclament plusieurs élus.Fabrication de turbines hydrauliques sur le site Alstom Hydro à Grenoble - chaire industrielle Hydro'like avec Grenoble INP © Alstom Hydro

Fabrication de tur­bines hydrau­liques sur le site Alstom Hydro à Grenoble © Alstom Hydro

Dans un cour­rier en date du 11 sep­tembre, les élus s’in­quiètent pour la péren­nité du site mais aussi pour le deve­nir de la filière hydrau­lique dans l’Hexagone. Et enjoignent l’État à agir. « L’État est action­naire à 30 % grâce à ses actions d’Alstom et a par consé­quent le pou­voir de blo­quer le PSE et d’o­bli­ger la direc­tion du géant amé­ri­cain à reve­nir sur cette déci­sion », sou­lignent les élus dans leur lettre.

 

« D’autant plus que lors de la fusion de General Electric avec Alstom en 2015, opé­rée par le ministre de l’Économie de l’é­poque, Emmanuel Macron, General Electric s’é­tait engagé à ne pas licen­cier et même à créer plus de 1 000 postes ! »

 

 

Près de 10 mil­lions d’eu­ros d’aides publiques

 

 

Les élus ont fait les comptes. Grâce au cré­dit impôt recherche, le site gre­no­blois aurait en 2015 et 2016 tou­ché res­pec­ti­ve­ment 4,5 et 3,5 mil­lions d’eu­ros. A quoi il faut ajou­ter 1,34 mil­lion d’eu­ros cumu­lés sur ces deux années au titre du cré­dit d’im­pôt pour la com­pé­ti­ti­vité et l’emploi (CICE).

 

« Au vu de l’argent public investi sur ce site pour la recherche, il est hors de ques­tion que tout parte en fumée sur une déci­sion de la direc­tion de General Electric qui n’est pas fon­dée éco­no­mi­que­ment : le site est viable et le car­net de com­mandes est rem­pli pour plu­sieurs années. »

 

 

Pour les élus, l’État peut bloquer le plan social

 

 

Pour les élus, les marges de manœuvre existent. Non seule­ment, l’État peut blo­quer le plan social mais, en tant que client de GE, il peut aussi au tra­vers d’EDF notam­ment com­man­der des tur­bines hydrau­liques afin de réno­ver et sécu­ri­ser les bar­rages. Les signa­taires en pro­fitent pour rap­pe­ler que déve­lop­per l’éner­gie hydrau­lique figure en tête de la feuille de route des accords de Paris sur le cli­mat.

 

« L’énergie hydrau­lique doit être la pre­mière source d’éner­gie renou­ve­lable à l’ho­ri­zon de 2040. Comme pour STX (les chan­tiers navals de Saint-Nazaire, ndlr), le gou­ver­ne­ment peut natio­na­li­ser tem­po­rai­re­ment voire dura­ble­ment le site au vu des enjeux. »

 

Une ten­dance pas vrai­ment dans l’air du temps… Afin de pou­voir récu­pé­rer 10 mil­liards d’eu­ros, l’État a annoncé vou­loir céder ses par­ti­ci­pa­tions dans les entre­prises.

 

PC

 

 

  • * Émilie Marche (FI), Corinne Morel-Darleux (RCES), Fabienne Grebert (RCES), Andréa Kotarac (FI) se sont joints aux dix-sept dépu­tés de La France insou­mise.

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
4429 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.