Violence aveugle ou acte politique ? L'incendie d'une caserne de gendarmerie à Grenoble a été revendiqué par les anarchistes. Sur place, la polémique enfle.

Trafics à Grenoble : le pro­cu­reur se voit adres­ser une lettre ouverte… au vitriol

Trafics à Grenoble : le pro­cu­reur se voit adres­ser une lettre ouverte… au vitriol

POLÉMIQUE – Le pré­sident de l’Observatoire des dis­cri­mi­na­tions et des ter­ri­toires inter­cul­tu­rels Claude Jacquier adresse une lettre au pro­cu­reur de Grenoble Jean-Yves Coquillat, suite à ses pro­pos sur le tra­fic de stu­pé­fiants à Grenoble. Insolite, iro­nique, par­fois confus et sou­vent pro­vo­ca­teur, le texte égra­tigne volon­tiers la pos­ture adop­tée par le magistrat.

Les pro­pos du pro­cu­reur de Grenoble Jean-Yves Coquillat sur Grenoble « gan­gré­née par le tra­fic de drogue » conti­nuent de faire polé­mique. Nouvelle réac­tion suite à l’ar­ticle du Dauphiné libéré, après celles de la classe poli­tique : une lettre ouverte signée Claude Jacquier, pré­sident direc­teur géné­ral de l’Observatoire des dis­cri­mi­na­tions et des ter­ri­toires inter­cul­tu­rels (ODTI).

Située dans le quar­tier Très-Cloîtres, place Edmond Arnaud à Grenoble, l’ODTI œuvre depuis qua­rante ans à sou­te­nir les tra­vailleurs ou les retrai­tés issus de l’im­mi­gra­tion. L’association axe notam­ment son action autour de trois pôles : jus­tice, santé et loge­ment. Mais mène éga­le­ment des actions de recherche pour le compte de l’État ou de collectivités.

Claude Jacquier, président de l'ODTI © Photos Linkedin

Claude Jacquier, pré­sident de l’ODTI. © Linkedin

Claude Jacquier est loin d’être une figure apo­li­tique. Cet uni­ver­si­taire, ex-direc­teur de recherche au CNRS, a été conseiller muni­ci­pal éco­lo­giste de Grenoble dans les années 90. Il appa­raît membre du comité de sou­tien dans la cam­pagne de 2008 de la liste Écologie et soli­da­rité en actes, menée par l’ac­tuelle conseillère muni­ci­pale Maryvonne Boileau. En 2014, Claude Jacquier appe­lait à voter pour la liste d’Éric Piolle, « seule liste huma­niste et inno­vante, capable de mettre en œuvre cette tran­si­tion néces­saire vers un modèle de vie ouvert aux pos­sibles. »

Des « reproches » adres­sés aux victimes ?

Dans sa (longue) mis­sive adres­sée au pro­cu­reur de la République, Claude Jacquier ne cache ni son indi­gna­tion, ni son aga­ce­ment, et manie volon­tiers l’i­ro­nie, par­fois à la truelle et au mor­tier. Le « diag­nos­tic avisé » du pro­cu­reur est ainsi jugé proche du « dis­cours poli­tique exces­sif habi­tuel », et Claude Jacquier s’en étonne de la part d’un « fonc­tion­naire sou­mis à un cer­tain devoir de réserve ».

Mais lorsque Jean-Yves Coquillat déclare « Si les gens qui voient des choses ne parlent pas, ne déposent pas de plainte, etc., les choses met­tront en effet beau­coup de temps à chan­ger », le sang du pré­sident de l’ODTI ne fait qu’un tour : « Vos conseils, voire vos reproches expli­cites for­mu­lés à l’encontre des résident-es de cette ville ne sont guère rece­vables sachant les risques que cha­cun encourt compte tenu des insuf­fi­sances et de l’inefficacité des ins­tances publiques déten­trices de la vio­lence légi­time char­gées de les pro­té­ger. »

Jean-Yves Coquillat, procureur de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Yves Coquillat, pro­cu­reur de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Et Claude Jacquier d’a­jou­ter : « nous sommes nom­breux, dans cette ville, à dépo­ser plainte dans de telles affaires ». À com­men­cer par l’ODTI lui-même. Pas moins de 357 signa­le­ments et plaintes dépo­sés en dix ans devant les ins­ti­tu­tions par des sala­riés de l’as­so­cia­tion, pour des motifs de menaces ou de vio­lences. Des signa­le­ments qui auraient fait « chou blanc ».

Pire encore : Claude Jacquier affirme avoir signalé à la Direction dépar­te­men­tale de la cohé­sion sociale (DDCS) des « intru­sions, menaces et vio­lences » de la part de dea­lers au sein de l’é­ta­blis­se­ment médico-social de l’ODTI. En réponse, « le pré­fet dili­genta une mis­sion d’inspection […] pour véri­fier que nous met­tions bien en œuvre les mesures de sécu­rité indis­pen­sables à l’intérieur de notre éta­blis­se­ment ! », narre le président.

« Le soup­çon est retombé sur nous et, depuis, nous atten­dons le rap­port offi­ciel d’inspection alors que le busi­ness a conti­nué, as usual, de pro­li­fé­rer à l’extérieur et à l’intérieur de notre éta­blis­se­ment ! », juge ainsi Claude Jacquier dans son cour­rier. « Ces nou­veaux com­mer­çants appliquent la loi, leur loi, par­tout sur le ter­ri­toire ! », ajoute-t-il. Quitte à frô­ler le « dis­cours poli­tique exces­sif habi­tuel » ?

La volonté du pro­cu­reur de Grenoble remise en cause

L’action et la volonté mêmes du pro­cu­reur sont remises en cause. « Si je ne me trompe pas, vous êtes en poste à Grenoble depuis plus de six ans et pen­dant ces six ans, alors que nous vous avons saisi à de nom­breuses reprises (au moins une ou deux fois par an), nous n’avons eu de votre part, en retour, que du silence », attaque le pré­sident de l’ODTI.

Préfecture de l'Isère, place Verdun à Grenoble © Eléonore Bayrou

Préfecture de l’Isère, place Verdun à Grenoble © Eléonore Bayrou

L’absence de Jean-Yves Coquillat lors d’une réunion orga­ni­sée par le pré­fec­ture en mai 2017 sur la ques­tion de la sécu­rité dans le sec­teur de l’ODTI est éga­le­ment poin­tée du doigt. « Sans doute, vous ou vos assis­tants aviez d’autres urgences à ce moment-là ! », per­sifle Claude Jacquier. Qui note que le sec­teur en ques­tion est « pour­tant situé à moins de 150 m de l’hôtel de police, des ser­vices du dépar­te­ment, de la DDCS et de l’armée ».

Enfin, au rayon sécu­ri­taire, Claude Jacquier semble trou­ver étrange que le pro­cu­reur ne s’at­tarde pas sur la ques­tion des consom­ma­teurs de sub­stances illi­cites ven­dues par les dea­lers. « Pour mettre fin à un com­merce, il faut d’abord et sur­tout s’en prendre à sa clien­tèle, en l’occurrence des élec­trices et des élec­teurs bobos (bour­geois bohèmes et bona­parto-bol­che­viques) [sic] en pro­ve­nance de toute la cuvette », écrit-il.

Des cof­fee-shops à Grenoble ?

Cœur de son cour­rier, le pré­sident de l’ODTI n’ou­blie pas de plai­der, maniant encore une fois l’i­ro­nie, pour la tolé­rance d”« échoppes bien iden­ti­fiées » à la manière des cof­fee-shops aux Pays-Bas. « C’est ce que nous pro­po­sons de faire depuis des années à Très-Cloîtres avec les locaux com­mer­ciaux vacants », affirme-t-il, avant d’é­nu­mé­rer les avan­tages d’une telle mesure.

Ainsi, ces éta­blis­se­ments per­met­traient à la police « de connaître pré­ci­sé­ment les lieux de sto­ckage, de vente, les ven­deurs et les consom­ma­teurs », évi­tant les « inter­ven­tions à l’aveuglette coû­teuses en agents des forces de l’ordre ». Autre avan­tage ? L’identification de l’ac­ti­vité com­mer­ciale, et des décla­ra­tions auprès des ser­vices fis­caux, de l’Urssaf, caisses de retraite et autres.

L'arbre emblème de l'ODTI. DR

L’arbre emblème de l’ODTI. DR

Claude Jacquier note éga­le­ment, avec un sens du sérieux plus aiguisé, que le com­merce de drogue « tel qu’il est pra­ti­qué a des effets col­la­té­raux néfastes sur les publics vers qui sont déployées des acti­vi­tés sociales », comme celles de son asso­cia­tion. En l’oc­cur­rence, des menaces ou des vio­lences sur les rési­dents ou encore des occu­pa­tions illé­gales de locaux.

Enfin, le pré­sident de l’ODTI relève que « les condi­tions de tra­vail des per­sonnes dans ce type de com­merce sont loin de res­pec­ter… les normes légales en vigueur ». Travail des mineurs, risques, péni­bi­lité… Les cof­fee-shops pour favo­ri­ser l’ac­tion de l’ins­pec­tion du tra­vail dans cette filière ? « À l’heure des ordon­nances sur le code du tra­vail, pro­fi­tons-en ! », s’ex­clame-t-il

Florent Mathieu

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les adjoints Gilles Namur et Margot Belair, Bertrand Raynaud (Alp’Études), Quentin De Neeff ( directeur de projet en mission d’aménagement des espaces publics), Frédéric Cacciali (pour la Sages) et Nathalie Durand (direction de l’urbanisme et de l’aménagement). © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : de nou­veaux espaces publics quar­tier Flaubert pour le trans­for­mer et l’a­dap­ter au chan­ge­ment climatique

FOCUS - À l'occasion d'une visite guidée organisée sur site, la Ville de Grenoble a présenté, le 10 juillet 2024, ce que va devenir le Lire plus

Les livreurs à vélo et des élus prennent la pose devant leur nouveau local situé 8, rue Saint-François à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
La Ville de Grenoble met un local flam­bant neuf à la dis­po­si­tion des livreurs de repas à domicile

FOCUS - La Ville de Grenoble a décidé de mettre gratuitement à disposition des livreurs de repas à vélo un local situé en plein cœur Lire plus

Soixante-dix jeunes Isérois relient Grenoble à Nice à vélo élec­trique pour pro­mou­voir le don du sang

EN BREF - Quelque 70 jeunes Isérois, âgés de 15 à 17 ans, ont pris le départ du projet Grenoble-Nice, vendredi 12 juillet 2024, devant Lire plus

Gazage des pigeons: des associations animalistes annoncent un “happening” devant la mairie de Vienne le 17 juillet
Gazage des pigeons : des asso­cia­tions ani­ma­listes annoncent un “hap­pe­ning” devant la mai­rie de Vienne

FLASH INFO - L'Association justice animaux Savoie (Ajas) et l'association Paris animaux Zoopolis (Paz) annoncent l'organisation d'un “happening” devant l'hôtel de Ville de Vienne, mercredi Lire plus

Des riverains et commerçants dénoncent la piétonnisation “surprise” de la rue Lazare-Carnot, quartier Championnet à Grenoble
Grenoble : des rive­rains et com­mer­çants dénoncent la pié­ton­ni­sa­tion “sur­prise” de la rue Lazare-Carnot, quar­tier Championnet

FOCUS - Surprise pour des riverains et des commerçants du quartier Championnet de Grenoble: depuis le lundi 1er juillet, un tronçon de la rue Lazare-Carnot, Lire plus

Vézeronce-Curtin : le ges­tion­naire d’une rési­dence séniors en liqui­da­tion judi­ciaire, 42 per­sonnes âgées livrées à elles-mêmes

EN BREF - Placée en liquidation judiciaire, la société Cormaline, gestionnaire de la résidence séniors du Clos des Tilleuls, à Vézeronce-Curtin, dans le Nord-Isère, a Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !