Venue soutenir Olivier Véran, la ministre de la santé Agnès Buzyn a fait escale à Biopolis

sep article

Notre indépendance c

REPORTAGE – Première visite d’une ministre du gouvernement Édouard Philippe à Grenoble. Venue pour soutenir le candidat En marche Olivier Véran, la ministre de la Santé Agnès Buzyn en a profité pour faire escale dans les locaux de la pépinière Biopolis. Et rencontrer, à bonne allure, quelques-unes des entreprises qui les occupent.

 

 

On dit que le foo­ting est bon pour la santé. Peut-être est-ce pour­quoi la ministre des Solidarités et de la Santé du gou­ver­ne­ment Philippe a exé­cuté sa visite gre­no­bloise au pas de course… ou presque. Présente en Isère pour sou­te­nir la can­di­da­ture aux légis­la­tives du mar­cheur Olivier Véran, Agnès Buzyn a fait une halte à Biopolis, pépi­nière d’en­tre­prises dans les tech­no­lo­gies médi­cales.

 

L'arrivée d'Agnès Buzyn à Biopolis, et la bise à Geneviève Fioraso (de dos) © Florent Mathieu - Place Gre'net

Arrivée d’Agnès Buzyn à Biopolis, accueillie par Geneviève Fioraso (de dos). Les deux femmes se sont fait la bise. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Après une pré­sen­ta­tion de l’as­so­cia­tion Medicalps et des entre­prises Eveon et Fluoptics, la ministre a suivi une visite gui­dée de la struc­ture et ren­con­tré quelques-uns de ses acteurs. En tout, sept entre­prises – en moins d’une heure – et autant de pro­jets médi­caux, depuis une nappe de pré­ven­tion des escarres (Texisense) jus­qu’au trai­te­ment des mala­dies du car­ti­lage (Cartimage), en pas­sant par la recherche et le déve­lop­pe­ment de molé­cules dans le domaine de l’on­co­lo­gie (Ecrins Therapeutics).

 

 

 

Éviter la « vallée de la mort » aux entreprises médicales françaises

 

 

Pourquoi cette visite ? « J’avais envie de voir des bio­techs inno­vantes dans le champ de la santé, explique Agnès Buzyn. Nous avons besoin dans ce minis­tère de por­ter l’in­no­va­tion, d’ai­der l’in­no­va­tion fran­çaise à se déve­lop­per. On entend sou­vent par­ler de la “val­lée de la mort” pour les entre­prises fran­çaises, qui ont du mal à trou­ver des débou­chés alors que ces débou­chés existent. Mon devoir est de favo­ri­ser l’in­no­va­tion fran­çaise, d’ai­der à son déve­lop­pe­ment, tout en garan­tis­sant la sécu­rité de ses pro­grès pour les per­sonnes. »

 

Démonstration du travail de Texisense © Florent Mathieu - Place Gre'net

Démonstration du tra­vail de Texisense. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La “val­lée de la mort”, telle est bien, éga­le­ment, la pré­oc­cu­pa­tion de Vincent Tempelaere, pré­sident de Medicalps et direc­teur d’Eveon. Qui met en avant la néces­sité de sou­te­nir la phase de pré-indus­tria­li­sa­tion des pro­jets pour aider au déve­lop­pe­ment des entre­prises. « Entre la recherche et déve­lop­pe­ment et la phase com­mer­ciale, toute la phase de pré-indus­tria­li­sa­tion est finan­cée essen­tiel­le­ment par le Concours mon­dial de l’in­no­va­tion. Il n’y a pas d’autres outils de finan­ce­ment ! », a‑t-il affirmé à l’at­ten­tion de la ministre.

 

Conversation dans les couloirs avec Vincent Tempelaere © Florent Mathieu - Place Gre'net

Conversation dans les cou­loirs avec Vincent Tempelaere. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La filière médi­cale est loin d’être négli­geable dans le dépar­te­ment, note encore Vincent Tempelaere. « Nous avons la chance en Isère d’a­voir des entre­prises pré­sentes, que ce soit sur les bio­tech­no­lo­gies, les tech­no­lo­gies médi­cales pures, l’i­ma­ge­rie, l’in­for­ma­tique, les dis­po­si­tifs de déli­vrance… » Le pré­sident de Medicalps estime à 8 500 le nombre d’emplois indus­triels dans le domaine de la santé en Isère. Un chiffre qui s’é­lève à 11 000 si l’on y intègre les emplois liés à la recherche.

 

 

Agnès Buzyn vante « les ministres venant de la société civile »

 

 

Hématologue, ancienne res­pon­sable d’u­nité de soins inten­sifs et ancienne pré­si­dente du conseil d’administration de l’Insti­tut natio­nal du can­cer, Agnès Buzyn est tout sauf une novice dans le monde de la santé. Et pose son diag­nos­tic. « Je sens beau­coup d’en­thou­siasme chez ces cher­cheurs et ces méde­cins, et à la fois un peu de désar­roi quant à la dif­fi­culté du déve­lop­pe­ment. C’est là-des­sus que nous allons devoir tra­vailler dans les mois qui viennent », confie-t-elle à la presse au sor­tir de sa visite.

 

Aux côtés de Lionel Beffre, préfet de l'Isère © Florent Mathieu - Place Gre'net

Aux côtés de Lionel Beffre, pré­fet de l’Isère. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Agnès Buzyn pren­dra, pour finir, le temps de van­ter « l’in­té­rêt des ministres venant de la société civile ». « On peut faire de la poli­tique en étant au cou­rant des besoins réels des pro­fes­sion­nels et des usa­gers, et récon­ci­lier l’ac­tion publique avec les besoins du ter­rain », a ainsi ajouté la ministre. Qui n’ou­blie pas que le « ter­rain » est éga­le­ment, par les temps qui courent, élec­to­ral.

 

 

Florent Mathieu

 

 

commentez lire les commentaires
4378 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.