Les attaques de Piolle visant Mélenchon mettent le feu aux poudres au sein de la majo­rité municipale

Les attaques de Piolle visant Mélenchon mettent le feu aux poudres au sein de la majo­rité municipale

FOCUS - Dans une interview publiée le 1er juin dans le quotidien Libération, Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, s'en est pris en des termes assez durs à Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise (FI). L'élu, qui dénonce « une logique de forteresse », l'estime en effet responsable de l'échec du rassemblement des forces de gauche pour ces  élections législatives. De quoi semer le trouble dans sa propre majorité, composée en partie de membres du Parti de gauche proches des Insoumis. Et ce alors même qu'il avait soutenu Jean-Luc Mélenchon, lors du premier tour de l'élection présidentielle.

 

 

 

Bureau de vote du Jardin de ville. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Bureau de vote du Jardin de ville. © Joël Kermabon - Place Gre'net

On savait que ces élections législatives allaient être compliquées sur Grenoble mais on était encore bien loin du compte.

 

Avec des forces de gauche  divisées qui partent en campagne en ordre dispersé, la boussole électorale s'affole et les électeurs, désorientés, perdent leurs repères.

 

Communistes, écologistes, socialistes et Insoumis font cavaliers seuls et c'est la règle du chacun pour soi qui dès lors prévaut. Notamment dans les première et troisième circonscriptions, ce qui laisse la bride sur le cou des candidats de la majorité présidentielle incarnée par Emmanuel Macron. Dans ces mêmes circonscriptions, Éric Piolle, déçu par la stratégie de Jean-Luc Mélenchon, apporte désormais son soutien aux candidats Soukaïna Larabi et Nicolas Kada (Ensemble pour gagner) alors qu'il avait soutenu Jean-Luc Mélenchon lors de l'élection présidentielle.

 

 

« Une logique de forteresse » et une « occasion ratée »

 

 

La gauche part divisée, la faute à qui ? A Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France insoumise, à en croire Éric Piolle. C'est du moins, en substance, ce qui ressort de l'interview du maire Europe, écologie - les Verts (EELV) de Grenoble publiée le jeudi 1er juin dans Libération.

 

Éric Piolle © Florent Mathieu - Place Gre'net

Éric Piolle © Florent Mathieu - Place Gre'net

Que reproche l'édile à Jean-Luc Mélenchon ? Son choix assumé de s'être inscrit « dans une logique de forteresse » et de se comporter en « caporal », au lieu de « se positionner comme chef d’orchestre », allant ainsi à l'encontre d'une stratégie de gauche rassemblée. Et ce d'autant qu'il en avait le pouvoir, estime-t-il, étant arrivé en tête à Grenoble avec 19,6 % des suffrages recueillis lors du premier tour de la présidentielle.

 

La crainte d'Éric Piolle ? Celle de « passer à côté des législatives ». Et celui-ci de regretter « une occasion ratée », annonciatrice de l'échec probable de son camp. Une volte-face étonnante de la part de l'élu qui, pourtant, avait apporté son soutien à Jean-Luc Mélenchon lors de l'élection présidentielle, celui-ci se démarquant alors des instances de EELV qui prônaient, quant à elles, le soutien de Benoît Hamon. De quoi expliquer une certaine forme d'amertume.

 

« C’est dommage car la campagne de Jean-Luc Mélenchon s’était ouverte sur la fin, il avait réussi à incarner notre espace humaniste, citoyen, écologiste, de gauche face à l’extrême droite qui porte une logique de repli sur soi et face à la fusion des libéraux de gauche et de droite », a-t-il confié au journaliste de Libération.

 

 

 

« C'est la mode de me jeter des pierres en ce moment »

 

 

Pour autant, Éric Piolle ne regrette pas d'avoir appelé à voter Mélenchon qui avait d'ailleurs couvé l'équipe municipale à ses débuts. « Il y a une nécessité de rassembler et il est impossible de le faire sans lui et son mouvement car nos projets sont proches. Ce que je regrette, c’est le gâchis », déclare-t-il au quotidien national. Quant au court terme, l'élu n'est guère optimiste.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 77 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

M’Hamed Benharouga, Nathalie Levrat, Michel Vendra et Antoine Aufragne (Just). © Florent Mathieu - Place Gre'net
La Ville de Sassenage s’al­lie à Just pour mettre en place une mutuelle communale

FOCUS - La Ville de Sassenage a signé une convention avec la mutuelle Just pour la mise en place d'une mutuelle communale, afin de permettre Lire plus

Le PCF André Chassaigne et le RN Jordan Bardella s'invitent à la Foire de printemps de Beaucroissant 2024
Beaucroissant : le PCF André Chassaigne et le RN Jordan Bardella s’in­vitent à la Foire de prin­temps 2024

FLASH INFO - La Foire de printemps de Beaucroissant est de retour pour sa 53e édition, les samedi 20 et dimanche 21 avril 2024. Version Lire plus

Le groupe Société civile d'Alain Carignon édite un livret pour fustiger les 10 ans de mandat d'Éric Piolle
Le groupe Société civile d’Alain Carignon édite un livret sur les 10 ans de man­dat d’Éric Piolle

FOCUS - Le groupe d'opposition de Grenoble Société civile a édité un document d'une douzaine de pages dressant le bilan des dix ans de mandat Lire plus

StopMicro revendique une "victoire" après la suspension du projet d'extension de Soitec sur Bernin
Suspension du pro­jet d’ex­ten­sion de Soitec à Bernin : StopMicro reven­dique une « victoire »

FLASH INFO - Le collectif StopMicro revendique une victoire alors que l'entreprise Soitec vient de suspendre son extension prévue sur la zone d'activité économique de Lire plus

Après Un bon début, le grenoblois Antoine Gentil présente sa méthode éducative "starter" avec son livre Classe réparatoire
Après Un Bon Début, le gre­no­blois Antoine Gentil pré­sente sa méthode édu­ca­tive « star­ter » avec son livre Classe réparatoire

FOCUS - Antoine Gentil, enseignant grenoblois au lycée Guynemer, responsable du dispositif "starter" à destination des élèves au bord du décrochage scolaire, a présenté son Lire plus

Domène : l’élu RN Quentin Feres s’op­pose à une lec­ture théâ­trale, qua­li­fiée de « pro­mo­tion du wokisme », à la médiathèque

EN BREF - Le conseiller municipal Rassemblement national de Domène Quentin Feres, membre de la majorité, s'oppose à l'organisation d'une lecture théâtrale du livre La Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !