Les attaques de Piolle visant Mélenchon mettent le feu aux poudres au sein de la majorité municipale

Les attaques de Piolle visant Mélenchon mettent le feu aux poudres au sein de la majorité municipale

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Dans une interview publiée le 1er juin dans le quotidien Libération, Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, s’en est pris en des termes assez durs à Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise (FI). L’élu, qui dénonce « une logique de forteresse », l’estime en effet responsable de l’échec du rassemblement des forces de gauche pour ces  élections législatives. De quoi semer le trouble dans sa propre majorité, composée en partie de membres du Parti de gauche proches des Insoumis. Et ce alors même qu’il avait soutenu Jean-Luc Mélenchon, lors du premier tour de l’élection présidentielle.

 

 

 

Bureau de vote du Jardin de ville. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Bureau de vote du Jardin de ville. © Joël Kermabon – Place Gre’net

On savait que ces élec­tions légis­la­tives allaient être com­pli­quées sur Grenoble mais on était encore bien loin du compte.

 

Avec des forces de gauche  divi­sées qui partent en cam­pagne en ordre dis­persé, la bous­sole élec­to­rale s’af­fole et les élec­teurs, déso­rien­tés, perdent leurs repères.

 

Communistes, éco­lo­gistes, socia­listes et Insoumis font cava­liers seuls et c’est la règle du cha­cun pour soi qui dès lors pré­vaut. Notamment dans les pre­mière et troi­sième cir­cons­crip­tions, ce qui laisse la bride sur le cou des can­di­dats de la majo­rité pré­si­den­tielle incar­née par Emmanuel Macron. Dans ces mêmes cir­cons­crip­tions, Éric Piolle, déçu par la stra­té­gie de Jean-Luc Mélenchon, apporte désor­mais son sou­tien aux can­di­dats Soukaïna Larabi et Nicolas Kada (Ensemble pour gagner) alors qu’il avait sou­tenu Jean-Luc Mélenchon lors de l’é­lec­tion présidentielle.

 

 

« Une logique de forteresse » et une « occasion ratée »

 

 

La gauche part divi­sée, la faute à qui ? A Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France insou­mise, à en croire Éric Piolle. C’est du moins, en sub­stance, ce qui res­sort de l’in­ter­view du maire Europe, éco­lo­gie – les Verts (EELV) de Grenoble publiée le jeudi 1er juin dans Libération.

 

Éric Piolle © Florent Mathieu - Place Gre'net

Éric Piolle © Florent Mathieu – Place Gre’net

Que reproche l’é­dile à Jean-Luc Mélenchon ? Son choix assumé de s’être ins­crit « dans une logique de for­te­resse » et de se com­por­ter en « capo­ral », au lieu de « se posi­tion­ner comme chef d’orchestre », allant ainsi à l’en­contre d’une stra­té­gie de gauche ras­sem­blée. Et ce d’au­tant qu’il en avait le pou­voir, estime-t-il, étant arrivé en tête à Grenoble avec 19,6 % des suf­frages recueillis lors du pre­mier tour de la présidentielle.

 

La crainte d’Éric Piolle ? Celle de « pas­ser à côté des légis­la­tives ». Et celui-ci de regret­ter « une occa­sion ratée », annon­cia­trice de l’é­chec pro­bable de son camp. Une volte-face éton­nante de la part de l’élu qui, pour­tant, avait apporté son sou­tien à Jean-Luc Mélenchon lors de l’é­lec­tion pré­si­den­tielle, celui-ci se démar­quant alors des ins­tances de EELV qui prô­naient, quant à elles, le sou­tien de Benoît Hamon. De quoi expli­quer une cer­taine forme d’amertume.

 

« C’est dom­mage car la cam­pagne de Jean-Luc Mélenchon s’était ouverte sur la fin, il avait réussi à incar­ner notre espace huma­niste, citoyen, éco­lo­giste, de gauche face à l’extrême droite qui porte une logique de repli sur soi et face à la fusion des libé­raux de gauche et de droite », a‑t-il confié au jour­na­liste de Libération.

 

 

 

« C’est la mode de me jeter des pierres en ce moment »

 

 

Pour autant, Éric Piolle ne regrette pas d’a­voir appelé à voter Mélenchon qui avait d’ailleurs couvé l’é­quipe muni­ci­pale à ses débuts. « Il y a une néces­sité de ras­sem­bler et il est impos­sible de le faire sans lui et son mou­ve­ment car nos pro­jets sont proches. Ce que je regrette, c’est le gâchis », déclare-t-il au quo­ti­dien natio­nal. Quant au court terme, l’élu n’est guère optimiste.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 77 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Fontaine : la candidate Sophie Romera propose une alternative à gauche

  FIL INFO - L'ancienne élue de la majorité et candidate Sophie Romera démarre sa campagne avec le collectif Oser à Fontaine. Le mouvement, soutenu Lire plus

Campagne des municipales à Grenoble : les candidats misent aussi sur leur chaîne Youtube

  FIL INFO – Coup de projecteur pour une chaîne qui peine à décoller ? Le candidat aux municipales de Grenoble Alain Carignon annonce le lancement Lire plus

De gauche à droite : Pascal Garcia, Matthieu Chamussy et Bernadette Cadoux. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Municipales à Grenoble : Matthieu Chamussy sort de sa réserve et lance son projet « Grenoble 2030 »

  FOCUS - Plutôt discret sur ses intentions, Matthieu Chamussy est finalement sorti de sa réserve. Il présentait, ce jeudi 16 octobre, son projet « Lire plus

Alors que la question des responsabilités politiques reste entière dans le naufrage d'Alpexpo, une enquête préliminaire a été ouverte pour favoritisme.
Alpexpo : une enquête préliminaire ouverte pour favoritisme

  DÉCRYPTAGE - Après dix ans de gabegie, la justice se saisit du dossier Alpexpo. Une enquête préliminaire a été ouverte pour favoritisme et confiée à Lire plus

Alors que les candidats à la mairie de Grenoble en 2020 sortent officiellement du bois, les socialistes s'embourbent dans une lutte interne.
Municipales à Grenoble : alors que les candidats sortent du bois, le PS s’embourbe dans une lutte interne

  DÉCRYPTAGE - Alors que les candidats à la mairie de Grenoble en 2020 sortent officiellement du bois, les socialistes s'enlisent dans une lutte interne. Lire plus

Action de "désobéissance civile" organisée par l'Alliance citoyenne : des femmes musulmanes en burkini se sont baignées à la piscine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr
Mécontente des conditions d’enregistrement d’une émission, l’Alliance citoyenne met France 3 Alpes en demeure

  EN BREF - L'Alliance citoyenne met en demeure France 3 de lui permettre de prévisualiser un débat et un reportage consacrés à ses opérations Lire plus

Flash Info

|

04/12

22h49

|

|

03/12

12h21

|

|

03/12

10h25

|

|

03/12

9h49

|

|

02/12

22h42

|

|

02/12

18h18

|

|

02/12

11h21

|

|

02/12

8h30

|

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin