Les attaques de Piolle visant Mélenchon mettent le feu aux poudres au sein de la majo­rité municipale

Les attaques de Piolle visant Mélenchon mettent le feu aux poudres au sein de la majo­rité municipale

FOCUS - Dans une interview publiée le 1er juin dans le quotidien Libération, Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, s'en est pris en des termes assez durs à Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise (FI). L'élu, qui dénonce « une logique de forteresse », l'estime en effet responsable de l'échec du rassemblement des forces de gauche pour ces  élections législatives. De quoi semer le trouble dans sa propre majorité, composée en partie de membres du Parti de gauche proches des Insoumis. Et ce alors même qu'il avait soutenu Jean-Luc Mélenchon, lors du premier tour de l'élection présidentielle.

 

 

 

Bureau de vote du Jardin de ville. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Bureau de vote du Jardin de ville. © Joël Kermabon - Place Gre'net

On savait que ces élections législatives allaient être compliquées sur Grenoble mais on était encore bien loin du compte.

 

Avec des forces de gauche  divisées qui partent en campagne en ordre dispersé, la boussole électorale s'affole et les électeurs, désorientés, perdent leurs repères.

 

Communistes, écologistes, socialistes et Insoumis font cavaliers seuls et c'est la règle du chacun pour soi qui dès lors prévaut. Notamment dans les première et troisième circonscriptions, ce qui laisse la bride sur le cou des candidats de la majorité présidentielle incarnée par Emmanuel Macron. Dans ces mêmes circonscriptions, Éric Piolle, déçu par la stratégie de Jean-Luc Mélenchon, apporte désormais son soutien aux candidats Soukaïna Larabi et Nicolas Kada (Ensemble pour gagner) alors qu'il avait soutenu Jean-Luc Mélenchon lors de l'élection présidentielle.

 

 

« Une logique de forteresse » et une « occasion ratée »

 

 

La gauche part divisée, la faute à qui ? A Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France insoumise, à en croire Éric Piolle. C'est du moins, en substance, ce qui ressort de l'interview du maire Europe, écologie - les Verts (EELV) de Grenoble publiée le jeudi 1er juin dans Libération.

 

Éric Piolle © Florent Mathieu - Place Gre'net

Éric Piolle © Florent Mathieu - Place Gre'net

Que reproche l'édile à Jean-Luc Mélenchon ? Son choix assumé de s'être inscrit « dans une logique de forteresse » et de se comporter en « caporal », au lieu de « se positionner comme chef d’orchestre », allant ainsi à l'encontre d'une stratégie de gauche rassemblée. Et ce d'autant qu'il en avait le pouvoir, estime-t-il, étant arrivé en tête à Grenoble avec 19,6 % des suffrages recueillis lors du premier tour de la présidentielle.

 

La crainte d'Éric Piolle ? Celle de « passer à côté des législatives ». Et celui-ci de regretter « une occasion ratée », annonciatrice de l'échec probable de son camp. Une volte-face étonnante de la part de l'élu qui, pourtant, avait apporté son soutien à Jean-Luc Mélenchon lors de l'élection présidentielle, celui-ci se démarquant alors des instances de EELV qui prônaient, quant à elles, le soutien de Benoît Hamon. De quoi expliquer une certaine forme d'amertume.

 

« C’est dommage car la campagne de Jean-Luc Mélenchon s’était ouverte sur la fin, il avait réussi à incarner notre espace humaniste, citoyen, écologiste, de gauche face à l’extrême droite qui porte une logique de repli sur soi et face à la fusion des libéraux de gauche et de droite », a-t-il confié au journaliste de Libération.

 

 

 

« C'est la mode de me jeter des pierres en ce moment »

 

 

Pour autant, Éric Piolle ne regrette pas d'avoir appelé à voter Mélenchon qui avait d'ailleurs couvé l'équipe municipale à ses débuts. « Il y a une nécessité de rassembler et il est impossible de le faire sans lui et son mouvement car nos projets sont proches. Ce que je regrette, c’est le gâchis », déclare-t-il au quotidien national. Quant au court terme, l'élu n'est guère optimiste.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 77 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tournois ITF du Grenoble Tennis : l’Engie Open de l’Isère et le Trophée de la Ville de Grenoble débutent dimanche 5 février 2023

EN BREF - Les deux tournois internationaux ITF du Grenoble Tennis se tiennent du dimanche 5 au dimanche 12 février 2023, sur les courts du Lire plus

L'entrée principale de Sciences PO Grenoble bloquée par des étudiants pour dénoncer le projet de réforme des retraites. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réforme des retraites : qua­trième jour de blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat étu­diant de droite Uni réagit

EN BREF - Depuis le mardi 31 janvier 2023, des étudiants de Sciences Po Grenoble appuyés par plusieurs syndicats bloquent l'entrée de leur établissement pour Lire plus

Bilan de la concer­ta­tion volon­taire ZFE : des habi­tants sou­vent mal infor­més, scep­tiques et peu convaincus

FOCUS - À cinq mois de la mise en place, le 1er juillet 2023, de la Zone à faibles émissions (ZFE) pour les voitures de Lire plus

La Métropole de Grenoble pré­sente un bud­get 2023 record pour « la trans­for­ma­tion du ter­ri­toire », mais sans hausse d’impôts

FOCUS - La Métropole de Grenoble a présenté, mardi 31 janvier 2023, le budget prévisionnel 2023 qui sera soumis au vote du conseil métropolitain ce Lire plus

La Ville de Pont-de-Claix déploie son dispositif de vidéoprotection, avec 30 caméras installées dès 2023
La Ville de Pont-de-Claix déploie son dis­po­si­tif de vidéo­pro­tec­tion, avec 30 camé­ras ins­tal­lées dès 2023

FLASH INFO - La Ville de Pont-de-Claix a annoncé lundi 30 janvier le déploiement d'un système de "vidéoprotection" à partir de 2023. La municipalité a Lire plus

La réponse au vitriol du président de la Métropole aux propos de Christian Coigné, maire démissionnaire de Sassenage
La réponse au vitriol du pré­sident de la Métropole aux pro­pos de Christian Coigné, maire démis­sion­naire de Sassenage

FOCUS - Christophe Ferrari, président de la Métropole de Grenoble, n'a pas (du tout) apprécié la prise de parole de Christian Coigné à l'occasion de Lire plus

Flash Info

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Abonnement| Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

Agenda

Je partage !