Les cent cinquante migrants restant sur le camp Valmy ont été expulsés par la police. Une évacuation justifiée par les troubles à l'ordre public

Le camp Valmy éva­cué par la police dans une cer­taine désorganisation

Le camp Valmy éva­cué par la police dans une cer­taine désorganisation

REPORTAGE – Les cent cin­quante migrants res­tants sur le camp Valmy ont été expul­sés par la police, ce mer­credi après-midi. Une éva­cua­tion que la pré­fec­ture a jus­ti­fiée par les troubles à l’ordre public liés aux évé­ne­ments de ces der­niers jours. Les familles, ori­gi­naires pour la plu­part d’Albanie, de Macédoine, de Serbie et du Kosovo, ont ensuite été emme­nées en mini­bus jusque vers deux gym­nases gre­no­blois où elles seront relo­gées tem­po­rai­re­ment. Avant, en prin­cipe, d’être héber­gées dans des centres d’ac­cueil pour les deman­deurs d’a­sile dans les semaines à venir.

Les pre­miers bruits ont com­mencé à cou­rir mardi, en fin d’a­près-midi. Puis les rumeurs se sont trans­for­mées en infor­ma­tion de source sûre, relayée par des chaînes de mails et tex­tos : « Expulsion du camp Valmy immi­nente, ren­dez-vous mer­credi matin à 6 heures. » Ainsi, une tren­taine de mili­tants asso­cia­tifs, membres de col­lec­tifs et »simples » citoyens se sont donné ren­dez-vous dès l’aube, aux abords du cam­pe­ment de for­tune situé der­rière le stade des Alpes.

Les familles ont dû patienter de longs moments sous la chaleur avant d'être pris en charge. © Manuel Pavard, Place Gre'net

Les familles ont dû patien­ter de longs moments sous la cha­leur avant d’être prises en charge. © Manuel Pavard, Place Gre’net

Les traits tirés et les yeux cer­nés par une courte nuit de som­meil, ces der­niers patientent en atten­dant l’ar­ri­vée de la police, pré­vue entre 6 et 7 heures. Le camp s’est un peu vidé depuis la veille, quelques familles – dont cer­taines étaient pro­ba­ble­ment des­ti­na­taires d’une OQTF (Obligation de quit­ter le ter­ri­toire fran­çais) – ayant pré­féré quit­ter les lieux à l’an­nonce d’une future inter­ven­tion policière.

La préfecture a déployé de gros moyens pour cette expulsion avec une centaine de CRS présents. © Manuel Pavard, Place Gre'net

La pré­fec­ture a déployé de gros moyens pour cette expul­sion, avec une cen­taine de CRS pré­sents. © Manuel Pavard, Place Gre’net

Lundi soir, ils étaient encore près de deux cents à dor­mir sous la tente ou dans des cabanes en bois. Beaucoup de familles avec enfants, essen­tiel­le­ment ori­gi­naires des Balkans (Albanie, Macédoine, Serbie, Kosovo).

Mais ce mer­credi matin, le camp jouit d’un calme presque étrange : les migrants encore pré­sents s’attellent à démon­ter les tentes, bou­cler leurs sacs et ran­ger leurs maigres affaires. L’angoisse liée à l’in­cer­ti­tude des pro­chaines heures se lit tou­te­fois sur la plu­part des visages.

Le temps tourne : 7 heures, 8 heures, 9 heures… Et tou­jours pas l’ombre d’un képi ni d’un casque de CRS à l’ho­ri­zon. Chez les mili­tants pré­sents, on s’in­ter­roge, on par­le­mente, on iro­nise sur « les poli­ciers qui doivent bien rigo­ler en nous fai­sant lever à 5 heures du mat” ». Et on com­mence même à pro­gram­mer des »tours de garde » cou­vrant toute la jour­née. Mais en fin de mati­née, l’in­for­ma­tion arrive sous la forme d’un arrêté pré­fec­to­ral d’ex­pul­sion pla­cardé à l’en­trée du camp et effec­tif à par­tir de midi.

Un bref face à face a opposé militants et CRS à l'arrivée des forces de l'ordre, en début d'après-midi. © Manuel Pavard, Place Gre'net

Un bref face-à-face a opposé mili­tants et CRS à l’ar­ri­vée des forces de l’ordre, en début d’a­près-midi. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Le pré­fet invoque en pre­mier lieu les « graves troubles à l’ordre public » consé­cu­tifs aux récents événements.

Il y a eu la rixe néces­si­tant l’in­ter­ven­tion des forces de l’ordre samedi 20 mai, l’a­gres­sion par des motards sans doute proches de l’ex­trême droite dans la nuit du samedi 20 au dimanche 21 mai, puis l’in­cen­die cri­mi­nel causé par le jet d’un cock­tail Molotov lundi 22 mai…

Autre argu­ment avancé par la pré­fec­ture : « un risque élevé pour la salu­brité publique en rai­son de condi­tions d’hygiène défaillantes ». Finalement, les pre­miers effec­tifs poli­ciers arrivent sur les lieux peu après 14 heures.

Le faible nombre de minibus affrétés a provoqué une forte cohue au moment de l'embarquement dans les véhicules. © Manuel Pavard, Place Gre'net

Le faible nombre de mini­bus affré­tés a pro­vo­qué une forte cohue au moment de l’embarquement dans les véhi­cules. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Les auto­ri­tés ont dépê­ché de gros moyens : on dénombre ainsi vingt et un four­gons au total, pour une cen­taine de CRS ! Ces der­niers déploient immé­dia­te­ment un cor­don autour du camp. Puis, après un bref face-à-face et quelques slo­gans scan­dés par les mili­tants, l’é­va­cua­tion débute sous la hou­lette des ser­vices préfectoraux.

Avec seule­ment trois ou quatre mini­bus affré­tés pour 156 per­sonnes recen­sées (102 adultes et 54 enfants), l’o­pé­ra­tion prend un temps monstre et la désor­ga­ni­sa­tion, illus­trée par les ater­moie­ments des poli­ciers, est patente. Familles et enfants doivent ainsi patien­ter de longs moments sous une cha­leur écrasante.

Les pel­le­teuses à l’œuvre pour raser les der­niers ves­tiges du campement

Pendant ce temps, les pel­le­teuses com­mencent leur tra­vail de des­truc­tion métho­dique des cabanes en bois, der­niers ves­tiges du cam­pe­ment, tan­dis que les mili­tants s’oc­cupent de récu­pé­rer les affaires des migrants dis­sé­mi­nées dans le parc Valmy. Une fois rem­plis, les mini­bus, contraints d’ef­fec­tuer plu­sieurs allers-retours, conduisent les familles dans deux gym­nases gre­no­blois réqui­si­tion­nés, Alphonse Daudet et La Houille Blanche, où celles-ci seront héber­gées temporairement.

Le campement de fortune, installé dans le parc Valmy depuis la mi-février, a immédiatement été détruit. © Manuel Pavard, Place Gre'net

Le cam­pe­ment de for­tune, ins­tallé dans le parc Valmy depuis la mi-février, a immé­dia­te­ment été détruit. © Manuel Pavard – Place Gre’net

« Il s’agit d’une solu­tion d’urgence, pro­vi­soire, car ces lieux ne sont pas adap­tés à l’accueil de familles avec enfants au-delà de quelques jours », sou­ligne la Ville de Grenoble. Qui, dans un com­mu­ni­qué, « réitère sa demande auprès de l’État d’assumer ses res­pon­sa­bi­li­tés en matière d’hébergement des deman­deurs d’asile, avec la mise à dis­po­si­tion de nou­veaux lieux pour accueillir ces per­sonnes de façon durable et dans des condi­tions dignes ».

« Enfin la pré­fec­ture se décide à les trai­ter comme des deman­deurs d’asile »

Du côté de l’Assemblée des mal-logés, les échos sont légè­re­ment dif­fé­rents. Alice estime ainsi que le relo­ge­ment dans les gym­nases « devrait durer quelques semaines, le temps que la pré­fec­ture dis­patche tout le monde dans les Cada [centres d’ac­cueil pour deman­deurs d’a­sile, ndlr]. Enfin elle se décide à les trai­ter comme des deman­deurs d’a­sile ! », se féli­cite-t-elle, rap­pe­lant que « l’im­mense majo­rité des occu­pants du camp sont dans des pro­cé­dures de demande d’a­sile ».

Les 150 migrants occupant le camp Valmy ont été expulsés par les CRS, ce mercredi 24 juin, puis conduits dans deux gymnases grenoblois.

Les mini­bus ont emmené les familles vers les gym­nases Alphonse Daudet et La Houille Blanche, où elles seront héber­gées pro­vi­soi­re­ment. © Manuel Pavard, Place Gre’net

Malgré tout, l’Assemblée des mal-logés comme l’en­semble des col­lec­tifs de sou­tien « res­tent vigi­lants, assure Alice. On milite tou­jours pour que la pré­fec­ture use de son droit de réqui­si­tion. »

Elle a sur­tout conscience que la vie des migrants, dans les semaines à venir, sera tout sauf un par­cours de santé.

« On sait très bien que c’est dur pour eux. Ces der­niers jours, j’ai pas mal dis­cuté avec des femmes dont cer­taines enceintes sur le cam­pe­ment : l’une d’elles avait par exemple perdu son bébé car ça fait trois mois qu’elle est à la rue. » Alice ne le cache pas : après « avoir tissé des liens très forts », elle se dit « émue » par le départ de ceux qu’elle consi­dère désor­mais comme des « cama­rades de lutte ». Elle se ras­sure néan­moins : « Ces adieux ont été dif­fi­ciles pour nous tous mais ils ne sont pas non plus par­tis à l’autre bout du monde ! »

Manuel Pavard

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Grenoble, ville amie des aînés... ou fuie par les personnes âgées? Le débat s'invite au conseil municipal
Grenoble, ville amie des aînés… ou fuie par les per­sonnes âgées ? Le débat s’est invité au conseil municipal

FOCUS - La politique en direction des personnes âgées, ou des "aîné-es" selon la terminologie de la Ville, était au programme du conseil municipal de Lire plus

La prise de rendez-vous avec la police nationale en commissariat désormais possible via Internet en Isère
La prise de ren­dez-vous avec la police natio­nale en com­mis­sa­riat désor­mais pos­sible via Internet en Isère

FLASH INFO - Depuis le lundi 20 mai 2024, la prise de rendez-vous dans les commissariats de police nationale est possible via Internet pour l'ensemble Lire plus

Simone, une exposition itinérante dédiée à Simone Lagrange, à voir à la bibliothèque Mi-Plaine de Meylan
Simone, une expo­si­tion iti­né­rante dédiée à Simone Lagrange, à voir à la biblio­thèque Mi-Plaine de Meylan

ÉVÉNEMENT - La bibliothèque Simone-Lagrange/Mi-Plaine de Meylan accueille du mercredi 22 mai au samedi 29 juin 2024 la première étape de l'exposition itinérante Simone, organisée Lire plus

L'Alliance citoyenne se mobilise contre la panne prolongée d'un ascenseur "essentiel" à Grand-Place
L’Alliance citoyenne se mobi­lise contre la panne pro­lon­gée d’un ascen­seur « essen­tiel » à Grand’Place

FLASH INFO - Après une première action le samedi 4 mai 2024, les associations Alliance citoyenne de l'agglomération grenobloise, Grenoble Habitants et Handi-citoyens ont organisé Lire plus

Tribune libre : "De la “culture” du tag à la “souillure” partout dans Grenoble, jusqu’à la violence"
Tribune libre : « De la “culture” du tag à la “souillure” par­tout dans Grenoble, jusqu’à la violence »

TRIBUNE LIBRE - L'Union des habitants du centre-ville (UHCV) de Grenoble remet la question des tags sur le tapis en interpellant la Ville, tant sur Lire plus

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !