Deux jours après une attaque nocturne dans le camp Valmy à Grenoble, un incendie criminel a embrasé des poubelles et un véhicule, ce lundi 22 mai. Les pompiers essaient d'éteindre l'incendie criminel ayant causé la destruction d'une voiture et de poubelles.

Agression de migrants, incen­die, rive­rains excé­dés… La ten­sion monte autour du camp Valmy

Agression de migrants, incen­die, rive­rains excé­dés… La ten­sion monte autour du camp Valmy

REPORTAGE – Deux jours après une attaque noc­turne de motards dans le camp Valmy à Grenoble, un incen­die cri­mi­nel a pro­vo­qué l’embrasement de pou­belles et d’un véhi­cule sta­tionné à proxi­mité, ce lundi 22 mai en début de soi­rée. Sur le cam­pe­ment, où vivent désor­mais près de 200 migrants ori­gi­naires pour la plu­part d’Albanie, du Kosovo et de Macédoine, l’in­quié­tude gran­dit. Une situa­tion d’au­tant plus inte­nable que les ten­sions montent avec cer­tains rive­rains de la copro­priété Gallieni, qui ont lancé un col­lec­tif et une pétition.

L’action, nar­rée par plu­sieurs témoins de la scène, a été très brève. Il était envi­ron 19 heures, ce lundi, lors­qu’une voi­ture cir­cu­lant sur l’a­ve­nue Valmy s’est appro­chée de l’ex­tré­mité du parc épo­nyme. Selon ces mêmes per­sonnes, un occu­pant du véhi­cule aurait ensuite jeté un cock­tail Molotov [ver­sion qui n’est pas encore confir­mée par les pom­piers] sur un tas de pou­belles qui s’est immé­dia­te­ment embrasé, détrui­sant tota­le­ment une voi­ture garée à côté. À l’ar­ri­vée de la police, le(s) mys­té­rieux incendiaire(s) avai(en)t déjà déguerpi.

L'incendie a été rapidement maîtrisé par les pompiers mais a brûlé les poubelles et détruit une voiture, entièrement calcinée. © Manuel Pavard, Place Gre'net

L’incendie a été rapi­de­ment maî­trisé par les pom­piers mais a brûlé les pou­belles et détruit une voi­ture, entiè­re­ment cal­ci­née. © Manuel Pavard, Place Gre’net

Le feu a vite été maî­trisé par les pom­piers et les dégâts ne sont que maté­riels mais la vue des flammes et les bruits des sirènes ont encore ren­forcé l’in­quié­tude crois­sante des occu­pants du camp Valmy. À la même heure, ces der­niers tenaient d’ailleurs une réunion à deux cents mètres de là, en com­pa­gnie de mili­tants des diverses asso­cia­tions de sou­tien aux migrants et mal-logés. Au menu de cette dis­cus­sion impro­vi­sée : les évé­ne­ments de ce week-end et la réac­tion à adopter.

Des accoin­tances avec l’ex­trême droite

Les migrants originaires des Balkans sont de plus en plus nombreux à venir s'installer sur le camp, ces dernières semaines. © Manuel Pavard, Place Gre'net

Les migrants ori­gi­naires des Balkans sont de plus en plus nom­breux à venir s’ins­tal­ler sur le camp, ces der­nières semaines. © Manuel Pavard, Place Gre’net

Les mines ren­fer­mées, les traits tirés et le timbre des voix le tra­hissent : deux jours après, tous sont encore sous le choc. Dans la nuit de samedi à dimanche en effet, plu­sieurs motards ont péné­tré sur le camp, où vivent aujourd’­hui sous des tentes près de 200 migrants venus essen­tiel­le­ment d’Albanie, du Kosovo et de Macédoine – un chiffre en constante aug­men­ta­tion depuis la mi-février –, dont beau­coup de familles avec enfants.

« Les motards avaient des bâtons et des battes de base-ball, ils ont tapé sur tous les objets qu’ils trou­vaient, nous ont mena­cés de mort et ont dit qu’ils revien­draient jus­qu’à ce que nous soyons par­tis », racontent des migrants. Selon eux, les agres­seurs, qui « n’é­taient pas recon­nais­sables avec leurs casques de moto », n’ont pas fait mys­tère de leurs accoin­tances avec l’ex­trême droite, pour ne pas dire néo-nazies. Effrayées, une famille aurait dans la fou­lée pris le tram jus­qu’au ter­mi­nus de Seyssinet-Pariset, où elle se serait faite contrô­ler par la police. D’autres migrants ont depuis défi­ni­ti­ve­ment quitté le campement.

« On attend quoi ? Qu’il y ait des morts et des blessés ? »

Y a‑t-il un lien avec les mee­tings du Front natio­nal et de Civitas s’é­tant tenus samedi soir, res­pec­ti­ve­ment à la Maison du tou­risme de Grenoble et à Saint-Martin-d’Hères ? Impossible à prou­ver natu­rel­le­ment, même si le rap­pro­che­ment est sur toutes les lèvres et dans toutes les têtes. Quoiqu’il en soit, les asso­cia­tions devraient rapi­de­ment dépo­ser des plaintes pour les deux agres­sions de ces der­niers jours. Et beau­coup redoutent de nou­veaux actes hostiles.

Les enfants vivant sur le camp ont été directement pris à partie et menacés par les motards, dans la nuit de samedi à dimanche. © Manuel Pavard, Place Gre'net

Les enfants vivant sur le camp ont été direc­te­ment pris à par­tie et mena­cés par les motards, dans la nuit de samedi à dimanche. © Manuel Pavard, Place Gre’net

« La police, la pré­fec­ture et les élus doivent réagir car ça pour­rait être bien plus grave, s’in­surge un mili­tant. Imaginez qu’un cock­tail Molotov vise une tente. Ensuite, le feu peut se pro­pa­ger par­tout ! On attend quoi ? Qu’il y ait des morts et des bles­sés ? » Pour parer à toute éven­tua­lité et pro­té­ger le camp, les membres de cer­tains col­lec­tifs ont décidé de main­te­nir une pré­sence per­ma­nente dans le parc Valmy.

Des rive­rains ont lancé une péti­tion en ligne

Pendant que les dis­cus­sions tour­naient autour de la conduite à adop­ter ces pro­chains jours, d’autres mili­tants se ren­daient à la ren­contre des rive­rains. Car les occu­pants du camp doivent éga­le­ment faire face à la colère gran­dis­sante d’une par­tie des rési­dents de la copro­priété Gallieni, qui jouxte le parc et l’a­ve­nue Valmy.

Au fond, la copropriété Gallieni dont une partie des résidents ont lancé une pétition, se disant victimes de nuisances depuis l'installation du camp. © Manuel Pavard, Place Gre'net

Au fond, la copro­priété Gallieni dont une par­tie des rési­dents ont lancé une péti­tion, se disant vic­times de nui­sances depuis l’ins­tal­la­tion du camp. © Manuel Pavard, Place Gre’net

Certains d’entre eux, regrou­pés au sein du nou­veau Collectif Valmy, ont ainsi éla­boré un mani­feste adressé aux élus et col­lec­ti­vi­tés et lancé une péti­tion en ligne ayant recueilli près de 200 signatures.

Ils dénoncent en vrac une « situa­tion inte­nable », des « inci­vi­li­tés », des « vols », des « intru­sions », « la musique jus­qu’à 1 heure du matin », et demandent, pêle-mêle, « que le camp illé­gal soit déman­telé », « qu’une clô­ture autour de la copro­priété soit ins­tal­lée », « qu’un pro­jet de vidéo-sur­veillance soit étu­dié »… De leur côté, les mili­tants asso­cia­tifs pré­sents « ne nient pas qu’il puisse y avoir des pro­blèmes avec cer­taines per­sonnes » mais mettent en garde contre toute conclu­sion hâtive : « Attention à ne pas géné­ra­li­ser à tous les habi­tants du camp. »

« Le vrai scan­dale, ce sont tous ces bâti­ments vides qui devraient être réquisitionnés »

Selon un copro­prié­taire, « tout le monde se refile le bébé : la pré­fec­ture nous ren­voie vers la Ville qui nous ren­voie vers la pré­fec­ture ». Il dit aussi avoir « une dent contre les asso­cia­tions qui sont là depuis quatre mois mais qui viennent nous voir pour la pre­mière fois ce soir ». Et il assure : « Ce qu’on ne veut pas, c’est inter­ve­nir nous-mêmes. »

Pendant plus d’une heure, mili­tants et rive­rains dis­cutent à bâtons rom­pus. Le ton monte par­fois. Si cer­tains membres de col­lec­tifs de sou­tien aux migrants disent « com­prendre en par­tie l’a­ga­ce­ment des rive­rains », ils se disent « vic­times d’un faux pro­cès ». « La pré­fec­ture et la mai­rie ont, selon eux, laissé pour­rir la situa­tion et réussi à mon­ter des pauvres contre des plus pauvres. Mais le vrai scan­dale, ce sont tous ces bâti­ments vides qui devraient être réqui­si­tion­nés alors que ces gens [dont beau­coup sont en demande d’a­sile] ont le droit d’être logés. Si c’é­tait le cas, on n’au­rait pas tous ces pro­blèmes. »

Manuel Pavard

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Neuf auteurs ont apporté leur contribution à la rédaction de l'ouvrage que vient d'éditer l'Université inter-âges du Dauphiné (UIAD). © Martin de Kerimel - Place Gre'net
L’Université inter-âges du Dauphiné édite un livre sur le sens du travail

EN BREF - Quel sens donner au travail ? Quelle est sa place au sein de nos aspirations individuelles et collectives ? Quelles évolutions à Lire plus

Chronique Place Gre'net - RCF 54: "Une conférence qui a beaucoup fait parler d'elle"
Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence qui a beau­coup fait par­ler d’elle »

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif ? Revenir sur une Lire plus

Meylan et Energ’Y Citoyennes inau­gurent les pan­neaux pho­to­vol­taïques de la Maison de la musique

FLASH INFO - Elle avait été annoncée au mois de janvier 2022... et a finalement été inaugurée un an plus tard, le jeudi 26 janvier Lire plus

Nouvelle zone de contrôle temporaire en Isère face au virus de la grippe aviaire: 68 communes concernées
Nouvelle zone de contrôle tem­po­raire en Isère face au virus de la grippe aviaire : 68 com­munes concernées

FLASH INFO - Après la mise en place d'une première zone de contrôle temporaire le 11 janvier 2023, suivie d'une seconde le 19 janvier 2023, Lire plus

Nouvel appel à la mobilisation à Grenoble contre la réforme des retraites mardi 31 janvier
Nouvel appel à la mobi­li­sa­tion à Grenoble contre la réforme des retraites mardi 31 jan­vier 2023

FOCUS - Nouvelle journée de mobilisation à Grenoble contre la réforme des retraites mardi 31 janvier 2023, après une première action (très suivie) le 19 Lire plus

Explosion possiblement d'origine criminelle dans une épicerie italienne de Grenoble dans la nuit du 29 au 30 janvier 2023
Explosion pos­si­ble­ment d’o­ri­gine cri­mi­nelle dans une épi­ce­rie ita­lienne de Grenoble dans la nuit du 29 au 30 jan­vier 2023

FLASH INFO - L'épicerie italienne grenobloise Saveurs d'Italie, située rue de Stalingrad, a été l'objet d'une explosion dans la nuit du dimanche 29 au lundi Lire plus

Flash Info

|

30/01

19h26

|

|

30/01

18h22

|

|

30/01

17h46

|

|

30/01

17h10

|

|

30/01

12h18

|

|

28/01

17h12

|

|

27/01

8h30

|

|

25/01

16h10

|

|

25/01

15h18

|

|

25/01

11h21

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence qui a beau­coup fait par­ler d’elle »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 53 : « Une drôle de polé­mique autour des pigeons à Grenoble »

Abonnement| Les loups bien pré­sents en Isère, y com­pris dans le nord du dépar­te­ment, avec 22 meutes recen­sées en 2022

Agenda

Je partage !