Grenoble : le téléphérique de la Bastille frappé par la foudre va pouvoir reprendre du service

sep article



EN BREF – Le téléphérique de la Bastille est stoppé suite à un très violent coup de foudre ayant endommagé ses installations électriques dans la soirée de ce jeudi 11 mai alors que l’Isère avait été placée en vigilance orange « orages ». Aucune évacuation en urgence ni victimes à déplorer. Seuls des dégâts matériels touchant l’alimentation électrique et empêchant toute poursuite de l’exploitation ont été constatés. Des dégâts très rapidement pris en charge par l’exploitant qui reste optimiste pour une rapide reprise du service.

 

 

 

FoudretelepheriqueCreditJoelKermabon-1Ce jeudi 11 mai, à 20 h 20, alors que le dépar­te­ment de l’Isère était sous le coup d’une alerte orange « orages », un énorme coup de ton­nerre a résonné dans toute l’ag­glo­mé­ra­tion.

 

Presque simul­ta­né­ment, la foudre s’est abat­tue sur le télé­phé­rique Grenoble Bastille – vide de tout occu­pant à ce moment pré­cis – occa­sion­nant des dégâts sur cer­tains cof­frets élec­triques et com­po­sants élec­tro­niques, et empê­chant ainsi le fonc­tion­ne­ment nor­mal de la remon­tée méca­nique. Depuis, l’é­qui­pe­ment est fermé au public et les ser­vices tech­niques s’af­fairent sans relâche à sa remise en ser­vice.

 

 

« Il y a eu un coup de flash énorme ! »

 

 

« Les orages étaient annon­cés. Il y avait eu une alerte et nous nous étions pré­pa­rés à cet aléa météo­ro­lo­gique », explique Jacques Pila, le direc­teur de la Régie du télé­phé­rique Grenoble-Bastille. Raison pour laquelle les célèbres bulles qui relient le centre-ville de Grenoble à la Bastille tour­naient en mode “pulsé”. Entendez par là que l’é­qui­pe­ment ne tourne plus en mode continu comme c’est le cas d’ha­bi­tude.

 

 

Jacques Pila, le directeur de la Régie du téléphérique de la Bastille. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jacques Pila, le direc­teur de la Régie du télé­phé­rique de la Bastille. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Dans ce mode, on ne fait mon­ter les bulles qu’a­près avoir ins­pecté le ciel », pré­cise le direc­teur. Ce qui explique qu’au moment de l’im­pact de la foudre aucun pas­sa­ger n’é­tait pré­sent à bord des cabines.

 

 

« Nous atten­dions que les clients du res­tau­rant aient fini de man­ger pour les char­ger et attendre que les cabines soient pleines, et il y a eu ce coup de flash énorme qui nous a fait beau­coup de dégâts sur l’ap­pa­reil et nous empêche aujourd’­hui de tour­ner », décrit encore impres­sionné Jacques Pila. Quid des dégâts ? Jacques Pila en dresse un rapide inven­taire.

 

 

 

 

« J’ose espérer que tout sera opérationnel ce soir »

 

 

« Depuis l’im­pact, nos tech­ni­ciens qui connaissent l’ap­pa­reil depuis qua­rante ans ont fait tout ce qu’il fal­lait pour répa­rer tout ce qui était répa­rable mais, là, nous sommes plus dans l’élec­tro­nique et l’élec­tro­tech­nique », rap­porte le direc­teur du télé­phé­rique. De fait, sur ces points tech­ni­que­ment très poin­tus, ce sont des spé­cia­listes de Poma, le lea­der du trans­port par câble, qui sont venus épau­ler l’é­quipe de tech­ni­ciens du télé­phé­rique.

 

 

FoudretelepheriqueCreditJoelKermabon-5De quoi rendre à Jacques Pila son opti­misme. « J’ose espé­rer que tout sera opé­ra­tion­nel ce soir [ce ven­dredi 12 mai, ndlr]. En tout cas, nous fai­sons tout pour cela », nous confie-t-il. Les évé­ne­ments lui don­ne­ront très vite rai­son puisque au moment où nous pre­nions congé, un test des moteurs se dérou­lait en paral­lèle avec un pre­mier train de cabines qui s’en­ga­geait sur les câbles por­teurs.

 

 

Un test cou­ronné de suc­cès au grand sou­la­ge­ment de Jacques Pila. « Jusqu’à cette minute, nous n’é­tions pas cer­tains que les moteurs n’a­vaient pas souf­fert de la foudre. Là, nous sommes ras­su­rés, et fort heu­reu­se­ment, car sinon nous serions par­tis sur une semaine d’ar­rêt de l’ex­ploi­ta­tion. »

 

 

Joël Kermabon

 

 

RÉOUVERTURE DU TÉLÉPHÉRIQUE DÈS CE SAMEDI 13 MAI AU MATIN

 

Actualisation : La régie du télé­phé­rique a annoncé par com­mu­ni­qué ce ven­dredi 12 mai, peu après 19 heures, une réou­ver­ture pour le len­de­main dès 9 h 30 grâce au tra­vail, en étroite col­la­bo­ra­tion, des équipes tech­niques de la régie du télé­phé­rique et la Semer (pres­ta­taire sys­tème auto­mates). Et de sou­li­gner que « grâce à la mise en place des nou­veaux auto­mates en jan­vier 2016, le niveau de sécu­rité très élevé de la nou­velle ins­tal­la­tion a per­mis la sau­ve­garde du moteur et du varia­teur qui, si ils avaient été tou­chés, aurait engen­dré une inter­rup­tion de l’ex­ploi­ta­tion d’une semaine ».

 

A la rentrée, (re)mettez-vous en selle en toute sécurité : Grenoble-Alpes Métropole compte plus de 450 km de pistes cyclables.
commentez lire les commentaires
4431 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.