Jacques Toubon défenseur des droits. © Anaïs Mariotti

L’état d’urgence en France devenu un « état d’exception permanent », selon Jacques Toubon

L’état d’urgence en France devenu un « état d’exception permanent », selon Jacques Toubon

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Invité à Sciences Po Grenoble par son directeur Jean-Charles Froment,  Jacques Toubon, le Défenseur des droits de la République, donnait une conférence sur la prolongation de l’état d’urgence en France, le 29 mars dernier. Un « d’état d’exception permanent » dont il s’inquiète.

 

 

Jacques Toubon, le défenseur des droits (à gauche) et Jacques Dallest en conférence à l'IEP de Grenoble, le 29 mars. Photo © Anaïs Mariotti

Jacques Toubon, le Défenseur des droits, et Jacques Dallest en confé­rence à l’IEP de Grenoble, le 29 mars. © Anaïs Mariotti

« L’état d’urgence n’est pas adapté à une crise durable », a expli­qué le Défenseur des droits de la République Jacques Toubon, le 29 mars der­nier à l’IEP de Grenoble devant une petite cin­quan­taine de personnes.

 

Accompagné du pro­cu­reur géné­ral de la cour d’ap­pel de Grenoble Jacques Dallest, l’an­cien ministre s’ex­pri­mait sur la pro­tec­tion les droits des indi­vi­dus dans un contexte d’état d’urgence, dans le cadre du Printemps de la jus­tice, cycle de confé­rences orga­nisé par Sciences Po et la cour d’appel.

 

Selon lui, la pro­lon­ga­tion de l’état d’urgence, en vigueur depuis le 14 novembre 2015, contre­vient à son carac­tère excep­tion­nel, ce régime tant pré­ci­sé­ment jus­ti­fié par l’exis­tence d’une menace temporaire.

 

 

 

« Quand l’exception devient la règle, libertés et fondamentaux sont fragilisés »

 

 

L’état d’urgence pro­longé menace-t-il les prin­cipes de l’État de droit ?, s’in­ter­roge Jacques Toubon. En vertu de la loi du 3 avril 1955, l’état d’urgence confère des pou­voirs d’exception à l’ad­mi­nis­tra­tion, en rai­son d’un « péril immi­nent résul­tant d’atteintes grave à l’ordre public […] ». Or, depuis les atten­tats du 13 novembre, ce régime a été pro­longé pas moins de cinq fois.

 

IMG_8133

Conférence à l’IEP de Grenoble du 29 mars. © Anaïs Mariotti

Dix neuf mois plus tard, Jacques Toubon s’in­quiète de cette situa­tion qu’il qua­li­fie « d’é­tat d’ex­cep­tion per­ma­nent ». Un régime qui sera main­tenu jus­qu’au 15 juillet pro­chain. Et qui sait, peut-être au-delà, si le pro­chain gou­ver­ne­ment l’estime encore nécessaire.

 

« Le droit com­mun intègre de plus en plus des dis­po­si­tions d’exception », constate-t-il. « Et quand l’exception devient la règle, les liber­tés et les fon­da­men­taux sont fra­gi­li­sés ». Un exemple ? Alors que seuls les actes pou­vaient don­ner lieu à des pour­suites pénales, la menace ter­ro­riste jus­ti­fie de plus en plus l’in­cri­mi­na­tion des com­por­te­ments et des per­son­na­li­tés. « Serait-on en train d’en­trer dans l’ère des sus­pects ? », interroge-t-il.

 

 

 

Vers un encadrement plus strict de l’état d’urgence ?

 

 

Quelles seraient les solu­tions adé­quates pour enca­drer cette pré­ro­ga­tive de la puis­sance publique ? Une réforme struc­tu­relle de l’état d’urgence ? Des condi­tions d’applications ren­for­cées ? La créa­tion d’un autre régime par­ti­cu­lier adapté à la menace durable du terrorisme ?

 

Actuellement, la pro­lon­ga­tion de l’é­tat d’ur­gence et son contenu sont régis par une loi ordi­naire. Certains élus éco­lo­gistes et socia­listes sou­haitent que ce régime soit fixé par une loi orga­nique. Une réforme qui per­met­trait au Conseil consti­tu­tion­nel de contrô­ler la confor­mité de l’é­tat d’ur­gence à la constitution.

 

IMG_8115

Jacques Toubon, le Défenseur des droits de la République. © Anaïs Mariotti

Des solu­tions envi­sa­geables, timi­de­ment approu­vées par Jacques Toubon : « L’état d’ur­gence a effec­ti­ve­ment des défauts. Mais la com­pé­tence de réforme n’ap­par­tient pas au défen­seur des droits, mais au légis­la­teur. »

 

Lui, n’a en effet, qu’un pou­voir de recom­man­da­tion, lors­qu’il consi­dère que des mesures légis­la­tives ne pro­tègent pas suf­fi­sam­ment les droits fon­da­men­taux (cf. encadré).

 

Une dif­fi­cile mis­sion qui consiste à conci­lier les exi­gences légi­times de sécu­rité et le res­pect des droits fon­da­men­taux, garan­ties sine qua non du pacte républicain…

 

 

Anaïs Mariotti

 

 

 

LE DÉFENSEUR DES DROITS ET SON POUVOIR DE RECOMMANDATION

 

 

Quel rôle joue le Défenseur des droits, auto­rité consti­tu­tion­nelle indé­pen­dante ? Essentiellement un rôle d’observation et d’injonction devant les tribunaux.

 

« On s’efforce d’apporter une réponse de fond, face à une demande sociale réelle », a expli­qué Jacques Toubon. Le Défenseur des droits recueille les récla­ma­tions citoyennes inter­ve­nues dans le cadre des per­qui­si­tions et des assi­gna­tions à rési­dence. Toutefois, il n’a pas la com­pé­tence d’é­va­luer le bien-fondé de ces mesures, qui relève du res­sort du juge admi­nis­tra­tif. Cette ins­ti­tu­tion constate prin­ci­pa­le­ment « les erreurs de pro­cé­dures, les défauts d’in­dem­ni­sa­tion, et le res­pect des droits et des per­sonnes dans le dérou­le­ment de la per­qui­si­tion », explique le Défenseur des droits.

 

Son pou­voir de contrôle vis-à-vis du pou­voir exé­cu­tif est limité au seul droit de recom­man­da­tion. Parmi les vic­toires de cette ins­ti­tu­tion, la recom­man­da­tion de février 2016, fina­le­ment rete­nue par le Conseil d’État, qui pro­tège les enfants lors des perquisitions.

 

Jacques Toubon appelle aussi à une plus juste com­pen­sa­tion finan­cière pour les familles et à une indem­ni­sa­tion des dégâts maté­riels lors de ces opérations.

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

AMa

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Une partie des chefs de file du PCF pour les législatives 2022 : de gauche à droite, Jérémie Giono, secrétaire départemental ; Eric Hours, conseiller régional ; au premier plan, Cécile Dainault (6e), Claudine Didier (4e), Isabelle Peters (1ère) ; au second plan, Renaud Lugli (3e), Pierre Labriet (2e), William Jacquet (9e). © Manuel Pavard - Place Gre'net
Législatives 2022 : le PCF présente ses chefs de file dans neuf des dix circonscriptions de l’Isère

FOCUS - Le PCF isérois a présenté ce vendredi 12 novembre 2021 ses chefs de file pour les élections législatives de juin 2022. Neuf noms Lire plus

Mairie de Pont-de-Claix © Simon Marseille – Place Gre’net
Le Pont-de-Claix mise sur plus de démocratie participative, sans convaincre l’opposition communiste

  FOCUS -  La majorité de gauche du Pont-de-Claix a récemment dévoilé cent propositions politiques en partie coproduites avec une quarantaine de Pontois. Objectif affiché Lire plus

Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole. © Charles Thiebaud - Placegrenet.fr
Le Pont-de-Claix : Christophe Ferrari plébiscité pour un quatrième mandat dès le premier tour

  FIL INFO – Il n’avait face à lui aucune liste d’opposition de droite. Le maire sortant et président de la Métropole, Christophe Ferrari, a Lire plus

Pierre Verri, maire de Gières, est le candidat PS dans cette deuxième circonscription. Il tente de succéder au député socialiste sortant Michel Issindou. © DR
Pierre Verri réélu maire de Gières de justesse

  FIL INFO – Seules deux listes étaient candidates aux municipales à Gières, cette année. Il n’y aura donc pas de deuxième tour. Et c'est Lire plus

Pour l'heure, aucun budget d'action anti-pollution n'a été établi par la liste de Christophe Ferrari "Une ville qui avance". © Anissa Duport-Levanti
Le Pont-de-Claix : deux listes face à Christophe Ferrari… sans la droite

  EN BREF – Au Pont-de-Claix, deux listes font face au maire sortant Christophe Ferrari, également président de la Métropole grenobloise. Celle de la communiste Lire plus

L'opposition de Gières dénonce une augmentation de l'insécurité et des incivilités sur la commune
Municipales : la tension monte entre les deux listes de Gières

  FOCUS – La liste Gières avenir village citoyen dresse un bilan très négatif du maire socialiste sortant Pierre Verri. Ce dernier défend de son Lire plus

Flash Info

|

27/11

10h31

|

|

26/11

19h48

|

|

26/11

11h47

|

|

25/11

18h43

|

|

25/11

12h10

|

|

25/11

10h26

|

|

25/11

8h00

|

|

25/11

1h23

|

|

23/11

19h30

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin