Cinéma gay et les­bien : le fes­ti­val Vues d’en face tient bon mal­gré les baisses de subventions

Cinéma gay et les­bien : le fes­ti­val Vues d’en face tient bon mal­gré les baisses de subventions

FOCUS – Le fes­ti­val gre­no­blois de cinéma gay et les­bien Vues d’en face va tenir sa 17e édi­tion du 5 au 9 avril, accom­pa­gnée de divers évé­ne­ments dès le 30 mars. Un fes­ti­val à la pro­gram­ma­tion et la durée réduites par rap­port aux années pré­cé­dentes, consé­quence directe des baisses de sub­ven­tions du Département et de la Région. 

Une 17e édi­tion sous le signe… des éco­no­mies. En cause, sa sub­ven­tion dépar­te­men­tale revue à la baisse, pas­sée de 3 500 à 2 000 euros, et une sub­ven­tion régio­nale plus qu’in­cer­taine. Le fes­ti­val inter­na­tio­nal de films gay et les­bien de Grenoble Vues d’en face se voit donc contraint de réduire la voilure.

Françoise Folliot et Christophe Prat de Vues d'en face en peine découverte des exemplaires du programme 2017 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Françoise Folliot et Christophe Prat de Vues d’en face en pleine décou­verte des exem­plaires du pro­gramme 2017. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Ainsi, l’an­née 2017 sera celle d’un fes­ti­val “light”, se dérou­lant sur cinq jours, du 5 au 9 avril, au lieu de neuf les années pré­cé­dentes. Moins de films, moins d’in­vi­tés éga­le­ment, et une soi­rée de clô­ture qui se dérou­lera à la Bobine plu­tôt qu’au Drak-Art, tou­jours par souci d’é­co­no­mie. « Mais nous res­tons très moti­vés ! », tem­père Françoise Folliot, délé­guée géné­rale du festival.

Des par­te­naires tou­jours présents

Les par­te­naires sont, pour leur part, tou­jours au ren­dez-vous. À com­men­cer par le cinéma Le Club, lieu atti­tré du fes­ti­val. Un cinéma, et c’est une nou­veauté, où se déroule éga­le­ment chaque mois une « séance d’en face ». L’occasion de décou­vrir des films rares sur les ques­tions de l’ho­mo­sexua­lité “hors fes­ti­val”, tout au long de l’année.

Autre par­te­naire, la Cinémathèque de Grenoble, qui pro­po­sera en “after” une pro­jec­tion du chef d’œuvre de Rainer Werner Fassbinder Les Larmes amères de Petra Von Kant le 11 avril à 20 h 30. L’Atelier du 8, rue Raymond Bank accueille pour sa part le pot d’ou­ver­ture du fes­ti­val au soir du 5 avril, ainsi que l’ex­po­si­tion M To Me de la pho­to­graphe Véronique Serre, qui fit par­tie de l’a­ven­ture Place Gre’net à ses débuts.

Car si le fes­ti­val se déroule pen­dant cinq jours au cinéma Le Club, il fédère autour de lui d’autres évé­ne­ments. Notamment dès le 30 mars, en « before », une pro­jec­tion du film Le Chanteur à la biblio­thèque Kateb Yacine ou, le 4 avril, une confé­rence de Jean Dorel à l’École supé­rieure d’art et de design (Esad) de Grenoble. Des “extras“ encore une fois moins nom­breux que les années pré­cé­dentes, faute de budget.

Identité, famille, immi­gra­tion : des thé­ma­tiques fortes

Reste un cœur de fes­ti­val, même res­serré, qui s’ar­ti­cule tou­jours autour de thé­ma­tiques fortes. Certaines en lien direct avec l’ho­mo­sexua­lité, comme le thème de l’i­den­tité sexuelle à tra­vers les docu­men­taires Like Other Girls ou Gender Troubles : The Butches. Ou celui de la famille, avec le docu­men­taire Inside The Chinese Closet ou le film espa­gnol Rara, nar­rant les aven­tures d’une famille com­po­sée de deux petites filles… et de deux mamans.

Les actrices du film Rara : Agustina Muñoz, Mariana Loyola, Julia Lübbert, Emilia Ossandón. DR

Les actrices du film Rara : Agustina Muñoz, Mariana Loyola, Julia Lübbert, Emilia Ossandón. DR

Mais des thé­ma­tiques socié­tales plus géné­rales sont éga­le­ment au centre de films s’ins­cri­vant plei­ne­ment dans une réa­lité du quo­ti­dien. La ques­tion de l’im­mi­gra­tion se dis­tingue ainsi parmi les pro­blé­ma­tiques fortes de cette édi­tion. Le film alle­mand Where are you going Habibi ? raconte ainsi l’a­mour d’Ibrahim pour Alexander, jeune voyou blond aux yeux bleus. Fronteras décrit pour sa part l’at­ti­rance d’un ado­les­cent pour un jeune Marocain récem­ment émigré.

« Éviter les films trop clichés »

Moms On Fire, un court-métrage suédois trash. DR

Moms On Fire, un court-métrage sué­dois trash. DR

En tout, 12 longs-métrages et 15 courts-métrages seront pro­je­tés à l’oc­ca­sion de cette 17e édi­tion de Vues d’en face. Une édi­tion plus que jamais tour­née vers l’in­ter­na­tio­nal puisque pas moins de 18 natio­na­li­tés dif­fé­rentes seront repré­sen­tées, depuis l’Amérique du Nord et du Sud jus­qu’au Vietnam en pas­sant, natu­rel­le­ment, par les pays d’Europe.

« Nous avons essayé d’é­vi­ter les films trop cli­chés », note Christophe Prat, cores­pon­sable de la pro­gram­ma­tion. L’espoir ? Faire sor­tir l’ho­mo­sexua­lité de sa case, y com­pris ciné­ma­to­gra­phique, en pro­po­sant des œuvres inédites, loin des cir­cuits tra­di­tion­nels et tou­jours choi­sies en fonc­tion de leur qua­lité, insistent les organisateurs.

Baisses de sub­ven­tions ou non, la pas­sion pour faire vivre le fes­ti­val anime donc tou­jours autant les nom­breux béné­voles qui le portent à bout de bras, et offrent comme chaque année un pro­gramme ciné­ma­to­gra­phique d’une grande richesse.

Florent Mathieu

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

De gauche à droite : Rida Ghalloudi (Sages), Mathieu Tovenatti (Ogic), Savinien De Pizzol, (agence Dumétier), Isabelle Peters, première adjointe de la Ville de Grenoble et Margot Belair, déléguée à l'Urbanisme lors de la présentation du projet de réhabilitation des Volets Verts de l'Abbaye. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réhabilitation de la cité des Volets verts : « Nous nous bat­trons jusqu’au bout contre ce projet ! »

REPORTAGE - La Ville de Grenoble organisait, mercredi 22 mai 2024, une réunion publique d'information sur la réhabilitation de la cité des Volets verts dans Lire plus

Le comité local Attac 38 donne le coup d'envoi à une nouvelle campagne appelant à taxer les plus riches
Le comité local Attac 38 lance une nou­velle cam­pagne appe­lant à taxer les plus riches

FLASH INFO - Des militants du comité local Attac 38 se sont donné rendez-vous devant l'hôtel des impôts de Grenoble, avenue Rhin-et-Danube, jeudi 23 mai Lire plus

fusillades
Grenoble : deux nou­veaux bles­sés par balles dans les quar­tiers de l’Alma et Bajatière-Capuche

FLASH INFO - Dans la soirée du 23 mai 2024, deux nouvelles fusillades ont eu lieu à Grenoble, l’une à l’Alma, l’autre à la limite Lire plus

Des riverains de l'avenue Washington (toujours) opposés au projet d'aménagement de la Ville de Grenoble
Des rive­rains de l’a­ve­nue Washington très mobi­li­sés contre le pro­jet d’a­mé­na­ge­ment de la Ville de Grenoble

FOCUS - Les opposants au projet d'aménagement du sud de l'avenue Washington se sont donné rendez-vous devant l'hôtel de Ville de Grenoble mercredi 22 mai Lire plus

Les 48 heures de l’a­gri­cul­ture urbaine de retour à Grenoble le week-end du 25 et 26 mai 2024

ÉVÉNEMENT - Les 48 heures de l'Agriculture urbaine sont de retour sur la métropole grenobloise (comme sur l'ensemble de la France) les samedi 25 et Lire plus

Collèges morts et occupation de Jules-Vallès: la FCPE de Fontaine mobilisée contre les groupes de niveaux
Collèges morts et occu­pa­tion de Jules-Vallès à Fontaine : forte mobi­li­sa­tion contre les groupes de niveaux

FLASH INFO - Les parents d'élève de Fontaine se mobilisent (une fois encore) à l'appel de la FCPE contre la réforme des Chocs des savoirs Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !