La permanence des Républicains à Grenoble cible de nouvelles dégradations

sep article



FOCUS – Pour la quatrième fois en quelques mois, la permanence des Républicains à Grenoble a été la cible de dégradations. Si, à droite comme à gauche, tous ou presque condamnent ces actes de violences sur fond de campagne électorale, la fédération des Républicains de l’Isère en profite pour rebondir sur des thèmes qui lui sont chers : l’insécurité et la violence « qui sont entrées partout », taclant au passage l’une des premières mesures du maire de Grenoble : le retrait des caméras de vidéo-surveillance.

 

 

 

Le local des Républicains à Grenoble, une quatrième fois la cible de dégradations. Photo Florent Mathieu

Le local des Républicains à Grenoble, pour la qua­trième fois cible de dégra­da­tions. © Florent Mathieu

Pour la qua­trième fois en quelques mois, le local gre­no­blois de la per­ma­nence Les Républicains a été la cible de dégra­da­tions. Mais cette fois, les dégâts ne se can­tonnent pas seule­ment à l’ex­té­rieur.

 

Après avoir forcé le rideau en fer, le ou les indi­vi­dus entrés par effrac­tion dans le local dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 mars ont brisé des vitres et cassé du mobi­lier ainsi que du maté­riel infor­ma­tique. Ils ont éga­le­ment aspergé les murs et le pla­fond de pein­ture rouge et vrai­sem­bla­ble­ment d’am­mo­niac, ren­dant le local com­plè­te­ment inuti­li­sable et les tracts bons à jeter à la pou­belle.

 

 

 

« L’insécurité et la violence sont entrées partout »

 

 

En novembre, puis en décembre 2016, d’autres dégra­da­tions s’é­taient sol­dées par de « simples » tags sur la façade exté­rieure. Cette fois, c’est allé plus loin. Dans la per­ma­nence du local don­nant sur la place Paul Vallier, les dra­peaux mais aussi les affiches ont été copieu­se­ment arro­sés de pein­ture rouge. Dont celles estam­pillées « Wanted » qui, en août 2016, n’a­vaient guère contri­bué à détendre l’at­mo­sphère, la majo­rité muni­ci­pale nom­mé­ment visée par ces tracts ayant consi­déré qu’une ligne rouge avait été fran­chie… L’affiche en ques­tion a‑t-elle ouvert la porte ?

 

Le local des Républicains à Grenoble, une quatrième fois la cible de dégradations. Photo Florent Mathieu

Philippe Puget et Nicolas Ponchut dans les locaux de la per­ma­nence des Républicains, asper­gée de pein­ture rouge. © Florent Mathieu

 

« C’est une affiche poli­tique et une bonne affiche, elle fait par­ler d’elle », se défend Alexandre Roux. Pour le secré­taire dépar­te­men­tal Les Républicains, la cause est enten­due : « Il règne un cli­mat délé­tère au niveau natio­nal qui se réper­cute au local. Et, à Grenoble, il y a un cli­mat favo­rable à la poli­tique radi­cale. Ce sont des anar­chistes. Et ces per­sonnes ne par­tagent pas nos valeurs de liberté d’ex­pres­sion. »

 

Dans un com­mu­ni­qué, le pré­sident de la fédé­ra­tion de l’Isère Thierry Kovacs va plus loin. Et en pro­fite pour rebon­dir sur des thèmes chers aux valeurs de la droite, dénon­çant « l’in­sé­cu­rité et la vio­lence qui s’ex­priment de plus en plus vio­lem­ment dans notre pays » et qui « sont entrées par­tout : dans les écoles, les col­lèges et les lycées, à l’hô­pi­tal, dans les églises, au domi­cile des fonc­tion­naires de police, dans les stades, les salles de concerts, dans les per­ma­nences des élus et des par­tis… »

 

Le pré­sident de la fédé­ra­tion dépar­te­men­tale LR tacle au pas­sage le maire de Grenoble, dénon­çant le retrait des camé­ras de vidéo-sur­veillance, une des pre­mières mesures d’Eric Piolle. Les échéances muni­ci­pales ne sont pas bien loin…

 

 

 

Les permanences des partis LR et PS visées à Grenoble

 

 

Comme les fois pré­cé­dentes, la fédé­ra­tion dépar­te­men­tale a porté plainte. Soutenue d’une cer­taine manière par d’autres for­ma­tions poli­tiques. Car elle n’est pas la seule à être visée, la palme reve­nant au parti socia­liste qui, à Grenoble, a été la cible de nom­breuses et vio­lentes dégra­da­tions.

 

« La vio­lence envers les par­tis poli­tiques et nos ins­ti­tu­tions sont inac­cep­tables dans notre démo­cra­tie, a d’ailleurs rapi­de­ment condamné Christophe Bouvier, le pre­mier secré­taire de la fédé­ra­tion de l’Isère du PS dans un com­mu­ni­qué. Ces attaques, anti­dé­mo­cra­tiques, comme les qua­torze pré­cé­dentes contre le parti socia­liste à Grenoble, sont injus­ti­fiables. »

 

Dégradations à la permanence des Républicains à Grenoble : le local a été aspergé de peinture rouge et vraisemblablement d'ammoniac. Crédit Florent Mathieu

© Florent Mathieu

Les dégra­da­tions au siège gre­no­blois des Républicains ont été com­mises quelques minutes après le pre­mier « grand » débat télé­visé orga­nisé autour de quelques-uns des can­di­dats à la pré­si­den­tielle.

 

Pour Nicolas Ponchut, secré­taire dépar­te­men­tal adjoint, et Philippe Puget, béné­vole qui, mardi matin, mesu­raient l’é­ten­due des dégâts dans le local, « l’ac­tion a clai­re­ment été pré­pa­rée et pré­mé­di­tée », même s’il fau­dra attendre les conclu­sions de l’en­quête de police pour, peut-être, y voir plus clair.

 

« La vio­lence, quelle qu’elle soit, n’a pas sa place dans la vie publique, a de son côté dénoncé le maire de Grenoble Eric Piolle dans un com­mu­ni­qué. Ainsi, j’en appelle à une cam­pagne propre, digne, qui tourne enfin le dos aux dérives et à la déma­go­gie pour répondre aux aspi­ra­tions des Françaises et des Français. »

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
2905 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Même si je condamne le sac­cage du local, je crois pou­voir conseiller aux LR de Grenoble de deman­der des sous à Fillon pour le net­toyer et essayer de l’as­sai­nir des relents nau­séa­bonds de l’af­fiche « wan­ted ». Ne pas oublier que cette affiche tou­chait aussi le PS gre­no­blois !
    Quand on a pour tête de file une per­sonne accu­sée de détour­ne­ment d’argent public et de s’être fait payer 50 000 € pour avoir orga­nisé une ren­contre avec Poutine, on [les LR] devrait la mettre en veilleuse et faire pro­fil bas.

    sep article
  2. Les Républicains ont tout à fait le droit d’ins­tal­ler des camé­ras chez eux. Qu’ils laissent tran­quille Piolle et arrêtent de rame­ner tout de suite la faute sur leur bouc émis­saire pré­féré.
    Je ne sou­tiens pas les Républicains et leurs affiches plus que mal pla­cées (Wanted, mais aussi celles qui ont suivi…) mais ces vio­lences sont en effet inac­cep­tables. Elles n’ont d’in­té­rêt pour per­sonne.

    sep article