Bruxelles donne deux mois à la France avant de saisir la Cour de justice

sep article

Notre indépendance c

Parce qu’elle dépasse régulièrement les seuils d’émissions de polluants atmosphériques, et notamment de dioxyde d’azote (NO2) en particulier à Grenoble, la France vient de recevoir une sévère mise en garde de la part de Bruxelles. Dans le jargon, on appelle cela un « avis motivé ».

 

 

La commission européenne traine des pieds pour définir et, derrière, réglementer les perturbateurs endocriniens. DRSlama, Bruxelles, parabènes, phtalates, bisphénol, pesticides, biocides

La com­mis­sion euro­péenne. Bruxelles. DR

La Commission euro­péenne donne en effet deux mois à Paris avant d’é­ven­tuel­le­ment sai­sir la Cour de jus­tice de l’Union euro­péenne. Elle l’a fait savoir dans un com­mu­ni­qué publié, ce 15 février.

 

Après la mise en demeure en 2015, il s’a­git là de l’ul­time aver­tis­se­ment que Bruxelles adresse à Paris, mais pas seule­ment.

 

Cinq États membres, la France mais aussi l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne, sont donc dans le col­li­ma­teur de la Commission euro­péenne. « Ces pays n’ont pas remé­dié aux infrac­tions répé­tées aux limites en matière de pol­lu­tion atmo­sphé­rique fixées pour le dioxyde d’a­zote (NO2), sou­ligne la Commission euro­péenne. La pol­lu­tion par le NO2 consti­tue une grave menace pour la santé. La plu­part des émis­sions pro­viennent de la cir­cu­la­tion rou­tière. »

 

Dans l’Union euro­péenne, la cir­cu­la­tion rou­tière est res­pon­sable de 40 % des émis­sions de dioxyde de car­bone, dont 80 % dus aux véhi­cules die­sel.

 

 

Bruxelles plaide pour une réduction du trafic 

 

 

Ce fai­sant, Bruxelles invite donc « ins­tam­ment » les cinq pays, et donc la France, à prendre des mesures. Lesquelles ? Là, la Commission euro­péenne s’en remet aux auto­ri­tés natio­nales et locales. Bref, pas ques­tion de dire quoi faire. Ni com­ment. Du coup, les quelques mesures mises en œuvre jusque-là en Europe et en France sont pour le moins dis­pa­rates. Péages urbains, zones à cir­cu­la­tion res­treinte tem­po­raire ou défi­ni­tive, cir­cu­la­tion alter­née, cir­cu­la­tion dif­fé­ren­ciée voire un mix cir­cu­la­tion alternée/différenciée… sans qu’il soit pos­sible aujourd’­hui d’af­fir­mer laquelle est (la plus) effi­cace…

 

Bruxelles donne néan­moins quelques pistes, plai­dant pour une réduc­tion du volume glo­bal du tra­fic mais aussi un chan­ge­ment de car­bu­ra­tion, le déve­lop­pe­ment des véhi­cules élec­triques éga­le­ment. « Dans ce contexte, la réduc­tion des émis­sions des véhi­cules à moteur die­sel consti­tue une étape impor­tante pour garan­tir le res­pect des normes de l’Union en matière de qua­lité de l’air », sou­ligne la Commission euro­péenne.

 

 

En France, 19 zones dont Grenoble dépassent les valeurs limites de NO2

 

 

« En 2013, la per­sis­tance de niveaux éle­vés de dioxyde d’a­zote a entraîné la mort pré­ma­tu­rée de près de 70 000 Européens, soit presque trois fois le nombre de décès par acci­dent de la route au cours de la même année », rap­pelle Bruxelles.

 

En France, dix-neuf zones, dont Grenoble, Lyon et la val­lée de l’Arve dans la région sont concer­nées par des dépas­se­ments régu­liers des valeurs limites de NO2. Les normes de qua­lité de l’air conti­nuent d’être dépas­sées dans 23 des 28 pays de l’Union, tou­chant plus de 130 villes en Europe.

 

 

PC

 

commentez lire les commentaires
3948 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Et Franceinfo qui fait allé­gre­ment un sujet sur l’Italie sans même men­tion­ner que la France est exac­te­ment dans la même situa­tion…
    C’est pour ça qu’on paie une rede­vance…

    sep article