Une trentaine de militants du Parti de gauche rendent leur carte, en désaccord avec le soutien accordé par le PG à la politique de la Ville de Grenoble.

Une trentaine de militants quittent le Parti de gauche isérois

Une trentaine de militants quittent le Parti de gauche isérois

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

« En interne ou dans l’expression extérieure règne le silence des cimetières. Tout point de vue autre que celui des gardiens du temple est proscrit. » C’est avec ces mots, et bien d’autres, que des militants du Parti de gauche ont annoncé rendre leur carte du parti.

 

 

Une démis­sion col­lec­tive d’une tren­taine de mili­tants pour dénon­cer la poli­tique de la majo­rité muni­ci­pale, et le sou­tien dont elle béné­fi­cie de la part du Parti de gauche (PG) tant au niveau local que national.

 

 

Toute critique de la municipalité interdite ?

 

 

« La confron­ta­tion démo­cra­tique n’a plus droit de cité », accusent les démis­sion­naires dans un com­mu­ni­qué. Et de décrire un Parti de gauche isé­rois où toute cri­tique de la muni­ci­pa­lité serait inter­dite, nanti d’un site inter­net dûment cen­suré, et dont les dési­gna­tions de res­pon­sable se feraient au mépris des règles démocratiques.

 

« Le vide poli­tique s‘est ainsi fait autour d’un seul objec­tif : le sou­tien indé­fec­tible à l’action de la majo­rité muni­ci­pale. Faut-il rap­pe­ler que tout cela s’est opéré sous le contrôle étroit de la direc­tion natio­nale ? », écrivent encore les démis­sion­naires, met­tant ainsi en cause le parti de Jean-Luc Mélenchon dans son ensemble.

 

 

Une conseillère exclue pour s’être abstenue lors du vote du budget

 

 

Le texte évoque ainsi le cas de Bernadette Richard-Finot, conseillère muni­ci­pale exclue du Rassemblement citoyen, de la gauche et des éco­lo­gistes « sur insis­tance d’un conseil PG copré­sident du groupe du Rassemblement ».

 

Bernardette Richard-Finot a en effet choisi de s’abs­te­nir lors du vote sur le bud­get 2017 et son fameux “plan de sau­ve­garde des ser­vices publics”. Elle a depuis créé, avec le conseiller muni­ci­pal Guy Tuscher, le groupe Ensemble à gauche.

 

 

« Le Parti de gauche s’oppose aux travailleurs », jugent les démissionnaires

 

 

« Ce parti est en train de deve­nir dans l’Isère sous la conduite de res­pon­sables cal­cu­la­teurs, dis­si­mu­la­teurs, l’exact opposé de ce qu’il a pro­clamé en se consti­tuant. Aujourd’hui, dans le dépar­te­ment et avec la cau­tion natio­nale, le PG s’oppose aux citoyens, aux syn­di­cats, aux tra­vailleurs », affirment enfin les signa­taires du texte pour conclure.

 

Ce sont 31 mili­tants à ce jour qui ont démis­sionné du parti, nous indique Dominique Mulé, ancien Secrétaire dépar­te­men­tal du PG38. Qui laisse entendre que le chiffre n’a pas fini d’é­vo­luer, tan­dis que les dis­si­dents démis­sion­naires ont d’ores et déjà mis sur pied un blog… plus “insou­mis” que jamais.

 

 

FM

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Fontaine : la candidate Sophie Romera propose une alternative à gauche

  FIL INFO - L'ancienne élue de la majorité et candidate Sophie Romera démarre sa campagne avec le collectif Oser à Fontaine. Le mouvement, soutenu Lire plus

Les attaques de Piolle visant Mélenchon mettent le feu aux poudres au sein de la majorité municipale

FOCUS - Dans une interview publiée le 1er juin dans le quotidien Libération, Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, s'en est pris en des termes Lire plus

Premier tour en Isère : satisfactions, déceptions, déclarations… et prospectives

FOCUS - Emmanuel Macron et Marine Le Pen en tête, les Républicains et le Parti socialiste battus, la dynamique Mélenchon coupée dans son élan… La Lire plus

Dimanche 23 avril, pour le premier tour de la Présidentielle, Grenoble teste en parallèle le vote alternatif. Prêts à noter les onze candidats ?
Présidentielle : des chercheurs testent dimanche à Grenoble le vote alternatif

FOCUS - Dimanche 23 avril, vote uninominal majoritaire à deux tours oblige, il faudra choisir un seul ou une seule des onze candidats à la Présidentielle. Lire plus

ONG "One" © Anaïs Mariotti
Pauvreté en Afrique : des Grenoblois interpellent les candidats à la présidentielle

FOCUS - À Grenoble, des étudiants ont été nommés ambassadeurs de One, une ONG humanitaire internationale qui interpelle les gouvernements à travers le monde. Leur Lire plus

Jean-Luc Mélenchon en meeting à Grenoble le 18 avril grâce à un hologramme

Le candidat Jean-Luc Mélenchon semble surfer sur la vague du numérique. Après un premier meeting en hologramme en février, il a annoncé qu'il serait présent Lire plus

Flash Info

|

04/12

22h49

|

|

03/12

12h21

|

|

03/12

10h25

|

|

03/12

9h49

|

|

02/12

22h42

|

|

02/12

18h18

|

|

02/12

11h21

|

|

02/12

8h30

|

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin