Dans l'atelier de Sibylle Traynard, créatrice de bijoux. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Rencontre dans son atelier avec Sibylle Traynard, créatrice de bijoux inspirés de la nature

Rencontre dans son atelier avec Sibylle Traynard, créatrice de bijoux inspirés de la nature

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE – Si le salon Artisa présente, du 30 novembre au 4 décembre à Alpexpo, de beaux objets d’art tous plus originaux les uns que les autres, il est difficile d’imaginer le processus de création à l’œuvre en amont. Nous avons rencontré dans son atelier de La Tronche une exposante, Sibylle Traynard. Cette créatrice de bijoux crée « des sculptures dans l’espace » inspirés de la nature et des montagnes environnantes. Découverte du métier minutieux, mais aussi de la philosophie de cette artiste.

 

 

 

Dans l'atelier de Sibylle Traynard, créatrice de bijoux. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

La créa­trice de bijoux nous accueille dans son ate­lier de la Tronche. Dans cet endroit entouré de ver­dure aux pieds des mon­tagnes, on entend des oiseaux, un coq… Une ambiance pai­sible, pro­pice à la créa­tion. « La créa­tion est un moment où tout est lié : la contem­pla­tion, la spi­ri­tua­lité… On est dans une bulle. »

 

 

« Il faut arri­ver à entrer dans cette bulle pour pro­duire ce qu’on res­sent », pré­cise Sibylle Traynard, qui crée des bijoux depuis qua­rante ans. Deux maîtres-mots expliquent son par­cours : la nature et la créa­tion. La dureté et la dou­ceur y sont complémentaires.

 

Grâce à ses parents mon­ta­gnards, elle a décou­vert très tôt la mon­tagne. « Je n’ai pas tou­jours eu une vie facile. La mon­tagne m’a beau­coup aidée à per­cer dans ce métier et à per­sé­vé­rer », confie-t-elle. Depuis sa tendre enfance, Sibylle baigne par ailleurs dans la créa­tion : « J’ai fabri­qué plein des choses. Par exemple, je fai­sais des maquettes de refuges en mon­tagne, des petits tableaux avec des clous, avec n’im­porte quoi… »

 

Dans l'atelier de Sibylle Traynard, créatrice de bijoux. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Ses études à l’École des beaux arts et des arts déco­ra­tifs de Genève lui offrent une for­ma­tion géné­ra­liste en art, mais sur­tout beau­coup de cours de des­sin : nature-morte, nu, géo­mé­trie dans l’es­pace, des­sin de bijoux, etc. À ce moment-là, ce n’est pas le bijou qui l’at­tire, mais la céra­mique. « Je vou­lais être potière », confie Sibylle. « Lorsque je visi­tais des ate­liers, une fois j’ai vu une bijou­te­rie et j’ai eu un déclic : “je vais faire des bijoux”, me suis-je dit. »

 

 

 

Métier d’harmonie et d’indépendance

 

 

Grâce à des connais­sances acquises lors de ses études, Sibylle s’ins­talle « petit à petit » dans son ate­lier et déve­loppe sa propre tech­nique. « C’est le fait que ce métier soit très minu­tieux et très posé qui m’a plu. Et cela me convient bien, alors que je ne porte pas du tout de bijoux, ce qui fait le déses­poir de mes clients et de mes amis, dit-elle en riant. Par contre, j’aime les voir por­tés, avec beau­coup de pas­sion et d’harmonie. »

 

Dans l'atelier de Sibylle Traynard, créatrice de bijoux. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Pendant treize ans, Sibylle a éga­le­ment été accom­pa­gna­trice de mon­tagne, mais « à un moment donné, il a fallu choi­sir entre ce métier et la créa­tion ». Malgré leurs dif­fé­rences évi­dentes, il y a éga­le­ment des points com­muns entre les deux pro­fes­sions : tous deux exigent une grande indé­pen­dance, de l’au­to­no­mie et un esprit d’i­ni­tia­tive. « Et il ne faut pas être malade ! », ajoute-t-elle avec un sou­rire, en évo­quant la fra­gi­lité de sta­tut d’ar­ti­san ou d’auto-entrepreneur.

 

 

 

Un bijou comme une sculpture dans l’espace

 

 

Dans l'atelier de Sibylle Traynard, créatrice de bijoux. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Pour Sibylle, un bijou est « une sculp­ture dans l’es­pace » : « En com­men­çant la créa­tion dans ma tête, je sais déjà ce qui sera plat, ce qui aura du volume, ce qui va être mis en avant, etc. »

 

Inspirée par la mon­tagne et la musique,  Sibylle retrouve dans la créa­tion des moments de calme et de concen­tra­tion. « J’ai une ten­dance spi­ri­tuelle. Quand je vois un cou­cher de soleil, je suis scot­chée. C’est tel­le­ment beau ! Je peux res­ter des heures à le regar­der. Cela fait par­tie de ma spi­ri­tua­lité. La nature est une grande cathé­drale. La beauté de la nature, voilà ce que je veux trans­mettre avec mes créations. »

 

Ses bijoux ne copient cepen­dant pas des formes de la nature : « Lorsqu’un peintre des­sine une fleur, il s’en imprègne, la regarde très long­temps avant de des­si­ner, tout seul devant cette fleur et la nature qui l’en­toure. C’est comme de la médi­ta­tion. Une fois que tout est impré­gné dans sa tête, il peut se mettre à l’œuvre. Moi, c’est pareil. »

 

Le bijou est pour l’ar­tiste quelque chose d’abs­trait : « Je ne repré­sente pas de petits che­vaux, des petits chiens… Cela ne m’in­té­resse pas : les bijoux comme ça, on en voit par­tout. » La créa­trice tra­vaille sans moule et fait ses construc­tions avec un cha­lu­meau. « Mais, tout d’a­bord, je fais mon cro­quis avec une tech­nique de super­po­si­tion : je fais un des­sin, puis je reco­pie sur un calque les élé­ments qui me plaisent et ainsi de suite. Au final, j’ar­rive ainsi à quelque chose qui me plaît vraiment. »

 

Dans l'atelier de Sibylle Traynard, créatrice de bijoux. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Yuliya Ruzhechka

 

 

« Il faut être curieux de tout »

 

Quelles sont les qua­li­tés requises dans ce métier ? Être très dyna­mique, minu­tieux, ordonné, avoir de la patience et être concen­tré, selon Sibylle… Mais pas seule­ment. « Il faut avoir beau­coup de culture visuelle, être curieux de tout : de la nature, de la pein­ture, de la sculp­ture, de l’ar­chi­tec­ture et de l’art en géné­ral. Après, l’imaginaire, on l’a ou on ne l’a pas… Quant à la tech­nique, cela s’acquiert. »

 

Mais sur­tout, comme tout métier d’ar­ti­sa­nat d’art, la créa­tion de bijoux est un métier de com­mu­ni­ca­tion. « C’est impor­tant qu’il y ait une entente entre l’ar­ti­san et la per­sonne qui vient dans son ate­lier ». Et dans ce métier, les arti­sans ont besoin de visi­bi­lité et doivent donc par­ti­ci­per à les salons et expositions.

 

 

 

Découvrez les cou­lisses de l’a­te­lier de Sibylle Traynard dans notre diaporama.

 

 

 

 

Comment crée-t-on un bijou ?

 

La ren­contre avec le client est la pre­mière étape du tra­vail de bijou­tier. Ensuite, à par­tir de cette dis­cus­sion, l’ar­ti­san com­mence à éla­bo­rer une esquisse. « À par­tir du cro­quis, je réflé­chis à com­ment je vais pro­cé­der. Je décide du volume », pré­cise Sibylle.

 

Ensuite, elle pro­cède à la fabri­ca­tion avec un fil ou une plaque et com­mence l’ou­vrage. « Cela peut être de la découpe avec la scie. Parmi mes outils, j’ai aussi des limes, des pinces pour don­ner une forme. Mais mon outil prin­ci­pal est un cha­lu­meau. Il sert à faire de la construc­tion. Comme je n’ai pas de moule, je construis mes bijoux en sou­dant des plaques. »

 

Sibylle Traynard tra­vaille l’or et l’argent, des matières pre­mières fran­çaises : « Ici, on a une bonne qua­lité de métal. La créa­tion de bijoux est très sur­veillée en France. On a un cahier de police où l’on note tout ce qui concerne le bijou, avec le poids, la nature du métal et de la pierre. Tous ces bijoux sont réfé­ren­cés et, à n’im­porte quel moment, des bijou­tiers peuvent se faire contrô­ler par des doua­niers qui sur­veillent l’en­trée et la sor­tie du métal. »

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

YR

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La start-up iséroise MasterBox crée un collectif de “consomm’acteurs” pour aider l’artisanat français

  FIL INFO — La start-up iséroise MasterBox appelle à la création d'un collectif de consommateurs pour venir en aide aux artisans et créateurs français. Lire plus

La Foire de printemps de Beaucroissant fête sa 50e édition… en attendant les 800 ans de la Foire d’automne

FIL INFO - La commune de Beaucroissant fête un double anniversaire pour l'année 2019. Alors que sa célèbre Foire d'automne s'apprête à célébrer rien de Lire plus

Laurent Wauquiez réclame que le pouvoir de police des maires en matière de transports, et notamment ferroviaires, soit transféré aux présidents de région.
La Région Auvergne-Rhône-Alpes lance un plan de 36 millions d’euros en faveur des artisans

FIL INFO – La Région Auvergne-Rhône-Alpes s'inscrit dans un plan d'accompagnement des artisans d'une hauteur de 36 millions d'euros. Au programme : des prêts à taux Lire plus

Elisabeth Lamour, peintre d'icônes. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net
Élisabeth Lamour, peintre d’icônes “en quête de beauté et de paix”

PORTFOLIO PHOTO - Peintre d'icônes depuis 1989, Élisabeth Lamour nous a ouvert les portes de son atelier, à Champ-sur-Drac, afin de partager sa passion pour Lire plus

Jean-Jacques André, designer, dans son atelier de création de meubles en carton - Esprit carton. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net
Esprit carton : quand le « recyclage créatif » se met au service du design

DIAPORAMA PHOTO - Jean-Jacques André, créateur de meubles en carton depuis quinze ans, ouvre les portes de son atelier à Fontaine à l'occasion des Journées Lire plus

L. Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a présenté ce 18 novembre un plan annuel doté d'un million d’euros en faveur des métiers d'art.
Métiers d’art : Wauquiez veut faire de la Région la première d’Europe

Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne - Rhône-Alpes, a présenté ce vendredi 18 novembre un plan annuel doté d'un million d'euros en faveur Lire plus

Flash Info

|

19/01

0h33

|

|

18/01

15h20

|

|

18/01

11h19

|

|

18/01

10h31

|

|

17/01

19h34

|

|

17/01

12h10

|

|

17/01

10h52

|

|

15/01

13h56

|

|

14/01

20h48

|

|

14/01

16h22

|

Les plus lus

Le groupe d'opposition Société Civile veut rendre publiques les données sur la sécurité du réseau Tag

Flash info| Le groupe d’opposition Société Civile veut rendre publiques les données sur la sécurité du réseau Tag

Éric Piolle présentait ses voeux à la presse ce 13 janvier 2022. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Abonnement| Éric Piolle envisage un stationnement plus cher pour les SUV et de la vidéo-verbalisation en centre-ville

Le festival Magic Bus revient sur l'Esplanade pour sa 21e édition en 2022. © Retour de scène

Culture| Festival Magic Bus : après l’anneau de vitesse en 2021, retour sur l’Esplanade en 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin