Neuroprothèses : Clinatec toujours dans la course malgré une première mondiale concurrente ?

sep article

CLINATEC ÉPISODE 2 – Le centre de recherche biomédicale grenoblois Clinatec, a reçu le 24 novembre l’ABNL Non-Profit Awards 2016 pour son projet BCI (Brain computer interface). Dans le même temps, le 9 novembre dernier dans la revue Nature, un consortium international annonce avoir réussi une première mondiale : restaurer, à l’aide d’une neuroprothèse concurrente, la marche chez un singe dont la moelle épinière a été lésée. Une pierre dans le jardin de Clinatec ? Décryptage.

 

 

 

Le pro­jet BCI (Brain Computer Interface) déve­loppé à Clinatec, centre de recherche bio­mé­di­cale gre­no­blois spé­cia­lisé dans le déve­lop­pe­ment de dis­po­si­tifs tech­no­lo­giques implan­tables dans le cer­veau, a de quoi séduire le pre­mier phi­lan­thrope venu. Et pour cause : il devrait per­mettre à terme aux per­sonnes souf­frant d’un han­di­cap moteur lourd de retrou­ver de la mobi­lité grâce à un sys­tème de com­pen­sa­tion arti­culé, ou exos­que­lette, com­mandé par la pen­sée.

 

Un projet fait désormais concurrence aux neuroprothèses cerveau-machine de Clinatec : les neuroprothèses cerveau-moelle épinière et leur première mondiale.Exosquelette à l'arrière plan. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Exosquelette à l’ar­rière plan, com­mandé par la pen­sée via une neu­ro­pro­thèse cer­veau-machine. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce n’est donc pas un hasard si le 24 novembre, au siège de Microsoft à Paris, le pro­jet porté par le fonds de dota­tion de Clinatec et sou­tenu en mécé­nat de com­pé­tences par Assystem, a été dis­tin­gué de l’ABNL Non-Profit Awards 2016 dans la caté­go­rie « Santé et Recherche ».

 

De fait, ce tout nou­veau concours (1re édi­tion) orga­nisé par BFM Business récom­pense des actions ins­pi­rantes, co-construites par des entre­prises et des asso­cia­tions, orga­ni­sa­tions non gou­ver­ne­men­tales (ONG) ou fon­da­tions. Et sur­tout, qui sont d’intérêt géné­ral.

 

 

 

« Que plusieurs équipes travaillent avec des approches différentes, c’est plutôt rassurant »

 

 

Un prix qui laisse aussi pen­ser que Clinatec cara­cole en tête. La stra­té­gie rete­nue par le centre de recherche ? La mise au point d’une neu­ro­pro­thèse cer­veau-machine pour s’af­fran­chir des han­di­caps cau­sés par les lésions de la moelle épi­nière. Voilà un dis­po­si­tif qui devrait per­mettre la com­mande d’un exos­que­lette par la pen­sée pour assu­rer la marche. Pourtant, un consor­tium de cher­cheurs et ingé­nieurs – suisses, amé­ri­cains et alle­mands – a semble-t-il pris de l’avance, en choi­sis­sant une autre voie. Ces der­niers ont en effet annoncé le 9 novembre der­nier dans la revue Nature, avoir réussi à mettre au point une neu­ro­pro­thèse cer­veau-moelle épi­nière, preuve de concept à l’ap­pui.

 

Le sys­tème, qui agit comme un pont sans fil entre le cer­veau et les centres moteurs situés dans la moelle épi­nière, en des­sous de la lésion, a en effet per­mis de res­tau­rer la marche chez un pri­mate non-humain (singe macaque). Une pre­mière mon­diale. Est-ce une pierre dans le jar­din des neu­ro­pro­thèses cer­veau-machine ?

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
5381 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.