Cœurs de ville, cœur de Métropole : le “village” Championnet veut se faire entendre

sep article

FOCUS – L’Association des commerçants Championnet – Lakanal et l’Union de quartier Championnet tiennent à faire entendre leur voix, collective et concertée, dans le cadre du projet Cœurs de ville, cœur de Métropole. Une manière pour le quartier de faire valoir son caractère de « village ». La Métro semble avoir entendu le message…

 

 

 

 

« Notre projet est collectif, réfléchi par des gens qui vivent et habitent dans le quartier. » Nicolas Trouillon, président de l’Association des commerçants Championnet – Lakanal, ne cherche pas à s’opposer radicalement au plan Cœurs de Ville, cœur de Métropole proposé par la Métro. Mais il souhaite très clairement faire entendre sa voix, secondé en cela par Guy Waltisperger, président de l’Union de quartier Championnet.

 

Habitants et commerçants ensemble pour défendre leur projet. De gauche à droite : Georges et Frédéric Champavier, deux habitants, Maria Vitale (la Corde à linge), Nicolas Trouillon (Pharmacie Trouillon-Tritto), président de l'Association des commerçants, Guy Waltisperger, président de l'Union de quartier, Bernadette Henuset (BH Studios) et François Bazes (la Talemelerie), vice-président de la CCI. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Habitants et commerçants ensemble pour défendre leur projet. De gauche à droite : Georges et Frédéric Champavier, deux habitants, Maria Vitale (la Corde à linge), Nicolas Trouillon (Pharmacie Trouillon-Tritto), président de l’Association des commerçants, Guy Waltisperger, président de l’Union de quartier, Bernadette Henuset (BH Studios) et François Bazes (la Talemelerie), vice-président de la CCI. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

L’un de leurs griefs ? La volonté de la Métro de piétonniser le secteur. « On ne veut pas passer au tout piéton d’une manière trop rapide ou radicale, explique Nicolas Trouillon. Ce que l’on demande, c’est quelque chose d’évolutif, que les commerçants puissent avoir une idée de ce que peut être une fréquentation piétonne plus importante. Et si, dans deux ou trois ans, tout le monde demande du piéton, on ne pourra pas leur refuser ! Mais cela permet de ne pas provoquer une rupture dans le circuit commercial du quartier. »

 

Et Nicolas Trouillon d’insister : « Dans tout cela, c’est commerçants ET habitants. Ce n’est pas : les commerçants veulent de la voiture, les habitants veulent du piéton et on ne les écoute pas. Les habitants ont tout de même envie de pouvoir accéder à chez eux. Si on ne veut que du piéton, on peut habiter dans les vieilles rues en ville. »

 

 

 

Des trottoirs plus larges et végétalisés

 

 

L’Union des commerçants et l’Union de quartier ont ainsi demandé à un cabinet d’architectes de réaliser des modèles 3D de leur projet. On y découvre une rue Lakanal dotée de trottoirs beaucoup plus larges, végétalisés, avec moins de places de parking. Et deux chicanes obligeant les voitures à rouler à faible allure, car l’idée est bel et bien de créer une « zone 20 ».

 

La place Championnet se verrait, pour sa part, refaire une beauté. Nicolas Trouillon explique la démarche : « On garde la tonnelle, mais il faut enlever les murs et les haies. Et on demanderait un déplacement de l’abribus sur la rue Lesdiguières, juste à une trentaine de mètres. » L’idée ? Faire place nette, et pourquoi pas proposer un kiosque qui serait géré en bonne entente par les différents commerçants du quartier.

 

La rue Lakanal, plus de trottoir, moins de voitures, sans pour autant passer au tout-piéton. © DR

La rue Lakanal, avec plus de trottoir et moins de voitures, sans pour autant passer au tout-piéton. © DR

 

Dernier point : améliorer le lien entre la Place Championnet et la Caserne de Bonne, qui se situe tout près. Il est vrai que le piéton passera de l’un à l’autre en empruntant des rues pour le moins austères, comme une étrange passerelle entre deux mondes, phénomène courant dans une ville aux quartiers très segmentés comme Grenoble.

 

Les habitants et commerçants du quartier souhaitent par exemple que la rue Doudart de Lagrée, qui relie le centre commercial de la Caserne de Bonne au quartier Championnet, soit plus accueillante et plus sûre pour les piétons, et également mieux pensée pour les personnes âgées ou à mobilité réduite.

 

 

 

Chœur de quartier contre Cœur de Métropole

 

 

Une chose est certaine : s’ils jugent que leur projet est, à bien des égards, compatible avec Cœurs de ville, cœur de Métropole, les représentants des commerçants et des habitants du quartier Championnet plaident la concertation et n’entendent pas se faire dicter des aménagements par des personnes extérieures, concertation métropolitaine ou pas.

 

Finis les haies et les murets, une place plus aérée avec un kiosque. © DR

Finis les haies et les murets, demain, une place plus aérée avec un kiosque. © DR

 

« Quand on discute avec des politiques, ils nous disent que des gens à Vizille, par exemple, aimeraient bien que tout soit piéton, ici. Si des gens veulent venir faire des courses dans notre quartier, nous sommes vraiment flattés et heureux, mais de là à ce que l’avis de personnes qui habitent à trente kilomètres impacte sur la décision finale et les 5 000 habitants du quartier… »

 

 

 

Le village Championnet : un Marais grenoblois

 

 

« Ce que l’on fait sur Championnet, plein de quartiers en rêvent, estime Guy Waltisperger. D’avoir pu faire cette concertation entre commerçants et habitants, c’est quelque chose qui prend graine et qui est en train de pousser dans d’autres quartiers ! »

 

Et François Bazes, vice-président de la CCI et dirigeant de la Talemelerie, de mettre en avant le côté “village” du quartier Championnet. Un « Marais grenoblois » (en référence au quartier parisien) qui aurait favorisé ce rapprochement et cette concertation afin de proposer un projet alternatif.

 

Présentation déambulatoire rue Lakanal. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Présentation déambulatoire rue Lakanal. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Marais grenoblois, ou « Place des Bobos », ainsi que l’affirme un tag sur un mur de la place Championnet ? Les commerçants et habitants assument volontiers, et le prennent avec humour : « En général, les gens préfèrent vivre dans un quartier bobo que dans une cité. Et puis, ça vaut mieux que Place des Connards ! »

 

De son côté, Christophe Ferrari, président de la Métro, indique dans un communiqué avoir « pris connaissance avec intérêt de la contribution » des commerçant et habitants du quartier. Elle témoigne, selon lui, « d’une volonté de croiser les regards », « viendra enrichir le bilan de la concertation qui s’est tenue du 26 septembre au 7 novembre derniers » et « sera examinée avec toute l’attention qu’elle mérite ».

 

 

 

Florent Mathieu

 

 

commentez lire les commentaires
4437 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Pour GAM : Créer des parkings en pleine ville pour réduire la circulation des voitures ? Hmmm … pas vraiment non. Les voitures devront bien circuler pour accéder à ces parkings …..

    sep article
  2. euh….

    pour y habiter je reste pantois surl’article.
    La réfection de la place Marval a été une connerie sans intérêt (ah si, couper les arbres)

    Au lieu de jeter de la pourdre aux yeux, il y a deux bâtiments, celui de la secu rue Thiers, celui de la rue Genissieu qui a été détruit.
    Préemptez et faite des immeubles de parking (accessible au tarif résident) et APRES virez les voitures du quartier

    Sinon ca va encore être le bordel plus qu’avant….

    Puis si c’est pour voir les bouilles des auto satisfaits qui inaugures et se font prendre en photo… ils iront voir ailleurs.

    sep article
  3. Non, la métro n’a pas compris le message car ce qui est demandé par le collectif Grenoble à Coeur (http://grenoble-coeur.blogspot.fr/p/homepage.html) est un moratoire sur CVCm en l’état.

    Le communiqué du Président de la Métro est ahurissant: il ne lui est pas demandé de considérer inclure ce que les habitants et les commerçants proposent dans la concertation « caviardée » – il n’y a pas d’autre mots vu la manière dont elle est conduite, sans enquête publique ni commissaire enquêteur – en cours.

    MORATOIRE: on arrête tout et on reprend tout depuis de début. Mais il va falloir leur dire comment à ces élus? En descendant dans la rue?
    Ca tombe bien on fait ça lundi prochain.

    sep article