Le centre du graphisme d’Échirolles célèbre le Japon : bienvenue dans l’empire des signes

sep article



FOCUS – La nouvelle édition du Mois du graphisme se tient jusqu’au 29 janvier 2017. Au programme ? Une série d’expositions Made in Japan, dans différents lieux de l’agglomération, autour du graphisme de l’archipel. Un événement qui prend une dimension toute particulière cette année à Échirolles, puisque la ville inaugure son tout nouveau centre du graphisme. L’exposition « I love Japan. Graphisme et modernité » y renferme affiches et objets d’un quotidien japonais de toute beauté.

 

 

 

Inauguration du Centre du graphisme. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Inauguration du Centre du gra­phisme. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Il était très attendu : le nou­veau centre du gra­phisme d’Échirolles a été inau­guré ce samedi 19 novembre, devant une assem­blée ultra-com­pacte enva­his­sant les trois salles d’ex­po­si­tion. Un équi­pe­ment cultu­rel per­ma­nent qui s’ins­crit dans la conti­nuité du tra­vail mené lors de la bien­nale Le Mois du gra­phisme, créée en 1990 afin d’é­du­quer notre regard à la com­mu­ni­ca­tion visuelle.

 

Pour les élus qui se sont suc­cédé à la tri­bune, la mis­sion édu­ca­tive du centre du gra­phisme s’a­vère aujourd’­hui capi­tale dans un monde gou­verné par l’i­mage. Il s’a­git donc pour l’é­quipe en place – codi­ri­gée par Diego Zaccaria, éga­le­ment direc­teur adjoint de la ville d’Échirolles, par Geneviève Calatayud, à l’ad­mi­nis­tra­tion, et par Michel Bouvet, com­mis­saire d’ex­po­si­tion asso­cié – de décryp­ter les codes de cette com­mu­ni­ca­tion visuelle qui nous envi­ronne constam­ment. Les affiches, bien sûr, mais aussi les tracts en tous genres, enseignes lumi­neuses ou jour­naux.

 

Le gra­phisme est notre quo­ti­dien. Raison de plus pour en sai­sir les prin­cipes et ce, à plein temps, grâce à ce nou­vel équi­pe­ment.

 

 

 

« Tout fait l’objet de design ou de graphisme au Japon »

 

 

Exposition « I LOVE JAPAN. Graphisme & modernité » au Centre du graphisme, Echirolles. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Exposition « I LOVE JAPAN. Graphisme & moder­nité » au Centre du gra­phisme d’Échirolles. © Yuliya Ruzhechka – placegrenet.fr

« Emballages, enseignes, devan­tures de maga­sins, pan­neaux signa­lé­tiques dans le métro, maga­zines, affiches, menus de res­tau­rants, habillage des chaînes de télé­vi­sion… Tout fait l’ob­jet de design ou de gra­phisme au Japon », explique Michel Bouvet dans son avant-pro­pos au cata­logue de l’ex­po­si­tion (très beau livre paru aux Éditions du Limonaire).

 

Plus encore qu’en Occident donc, le Japon baigne dans un uni­vers pro­fon­dé­ment gra­phique. Lequel est évi­dem­ment emprunt de cette culture aty­pique qui fas­cine, tant elle semble tiraillée entre une grande moder­nité et une irré­duc­tible tra­di­tion. « Le tsu­nami de la com­mu­ni­ca­tion visuelle se heurte au Japon éter­nel », écrit joli­ment Diego Zaccaria dans le même cata­logue.

 

De fait, à nos yeux, les affiches et objets du quo­ti­dien expo­sés dans le nou­vel équi­pe­ment (sous le nom « I love Japan. Graphisme et moder­nité ») se drapent d’une mys­té­rieuse beauté, qui doit autant au raf­fi­ne­ment ances­tral de l’es­tampe et de la cal­li­gra­phie qu’aux expé­ri­men­ta­tions gra­phiques les plus contem­po­raines.

 

Petit aperçu en images (pho­tos © Yuliya Ruzhechka – placegrenet.fr) :

 

 

 

Reste que le lan­gage des gra­phistes japo­nais expo­sés résiste à notre lec­ture, nous lais­sant un tan­ti­net perdu, quoique très admi­ra­tif, devant cet empire des signes. Dont on sai­sira mieux la por­tée sans doute, après coup, grâce au tra­vail de média­tion que le centre et les dif­fé­rents lieux d’ex­po­si­tion met­tront en place (le Mois du gra­phisme déploie en effet dif­fé­rentes expo­si­tions sur l’ag­glo­mé­ra­tion : aux Moulins de Villancourt, au musée Géo-Charles et au musée dau­phi­nois).

 

 

Adèle Duminy

 

 

L’ANCIEN ET LE NOUVEAU

 

Centre du graphisme, Echirolles. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Le centre du gra­phisme, dans les locaux de l’an­cienne mai­rie d’Échirolles. © Yuliya Ruzhechka – placegrenet.fr

Si les gra­phistes japo­nais sont par­ta­gés entre tra­di­tion et moder­nité, la ville d’Échirolles n’est pas en reste. Elle a en effet réha­bi­lité son ancienne mai­rie, logée place de la Libération, pour en faire ce nou­veau centre du gra­phisme.

 

Renzo Sulli, le maire de la ville, a rap­pelé lors de la céré­mo­nie d’i­nau­gu­ra­tion que le pro­jet a abouti grâce notam­ment à la par­ti­ci­pa­tion finan­cière de l’État, de la Région et du Département. 985 000 € ont été néces­saires pour trans­for­mer le rez-de-chaus­sée du vieux bâti­ment art déco, dont la ville espère pou­voir éga­le­ment réha­bi­li­ter le pre­mier étage et les façades exté­rieures.

 

 

 

Infos pratiques

 

Mois du Graphisme : Made in Japan
Du 19 novembre 2016 au 29 jan­vier 2017

 

Les expo­si­tions :

 

« I LOVE JAPAN. Graphisme & moder­nité » pré­sen­tée au Centre du gra­phisme d’Échirolles, place de la Libération, du 19 novembre 2016 au 31 mars 2017

 

« JAPON : LES GRANDS MAÎTRES DE L’AFFICHE » pré­sen­tée au Musée Géo-Charles, du 19 novembre 2016 au 29 jan­vier 2017

 

« MAGAZINES IN TOKYO » pré­sen­tée aux Moulins de Villancourt à Échirolles, du 19 novembre 2016 au 29 jan­vier 2017

 

« LIFE » de Kazumasa Nagai pré­sen­tée aux Musée dau­phi­nois à Grenoble, du 19 novembre 2016 au 29 jan­vier 2017

 

 

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
5211 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.