Octobre rose, le dépistage du cancer du sein entre incitation et critiques

sep article

DÉCRYPTAGE – Campagne nationale de lutte contre le cancer du sein organisée par l’association Le Cancer du Sein, Parlons-en !, Octobre rose 2016 est l’occasion de nombreuses rencontres et de nombreux événements en Isère. Enjeu : inviter les femmes de 50 à 75 ans à rejoindre un grand programme gratuit de dépistage. Une opération qui ne fait cependant pas l’unanimité, dans le fond comme dans la forme.

 

 

 

« La pre­mière étape du can­cer du sein, c’est le dépis­tage », rap­pelle Philippe Gabelle, chi­rur­gien vis­cé­ral atta­ché au Groupe hos­pi­ta­lier mutua­liste de Grenoble et tout nou­veau – il a pris ses fonc­tions voilà trois mois – pré­sident de l’Office de lutte contre le can­cer (ODLC).

 

Chargé d’or­ga­ni­ser le dépis­tage des can­cers du sein, du col uté­rin et du colon en Isère, l’ODLC est tout natu­rel­le­ment à la manœuvre pour la cam­pagne Octobre Rose. Une cam­pagne certes natio­nale mais décli­née dépar­te­ment par dépar­te­ment, impli­quant à chaque fois les col­lec­ti­vi­tés ainsi que les acteurs de santé locaux.

 

 

« La volonté, c’est de dédramatiser »

 

 

Le but d’Octobre rose ? Inviter les femmes âgées en 50 et 75 ans à par­ti­ci­per au pro­gramme gra­tuit de dépis­tage du can­cer du sein. Un pro­gramme qui consiste en la réa­li­sa­tion d’une mam­mo­gra­phie tous les deux ans, assor­tie d’une double lec­ture : celle de l’é­ta­blis­se­ment de radio­lo­gie qui a pra­ti­qué l’exa­men, puis celle des méde­cins de l’ODLC. Un relec­ture qui peut faire la dif­fé­rence, assure l’é­ta­blis­se­ment.

 

L'ODLC,c'est entre autres, de gauche à droite, Jocelyne Chevallier, chargée de mission, Philippe Gamelle, président, et Catherine Exbrayat, épidémiologiste et coordonnatrice. © Florent Mathieu - Place Gre'net

L’ODLC, c’est entre autres, de gauche à droite, Jocelyne Chevallier, char­gée de mis­sion, Philippe Gabelle, pré­sident, et Catherine Exbrayat, épi­dé­mio­lo­giste et coor­don­na­trice. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Tous les ans, en Isère, 90 000 femmes font leur mam­mo­gra­phie dans le cadre du suivi orga­nisé. On trouve en moyenne un peu moins de 330 can­cers, et entre 20 et 30 sont décou­verts lors du deuxième contrôle », détaille Jocelyne Chevallier, char­gée de mis­sion et de com­mu­ni­ca­tion à l’ODLC.

 

Ce mois de sen­si­bi­li­sa­tion est aussi l’oc­ca­sion de nom­breux évé­ne­ments et inter­ven­tions sur l’en­semble de l’Isère. Repas, théâtre et même des “zum­bas roses” sont ainsi pré­vus jus­qu’à la fin du mois.

 

Des opé­ra­tions qui revêtent bien sou­vent une dimen­sion convi­viale et ludique. « La volonté, c’est de dédra­ma­ti­ser, explique Jocelyne Chevallier. Nous vou­lons éclai­rer chaque per­sonne sur l’in­té­rêt, mais aussi les limites, de la mam­mo­gra­phie. Le fait de dédra­ma­ti­ser, d’in­for­mer, d’en par­ler, per­met aux per­sonnes de manière très incar­née de dis­cu­ter, de poser les ques­tions, de lever des peurs très pré­sentes. »

 

 

 

« Toutes les femmes sont égales devant la maladie »

 

 

Et la char­gée de mis­sion de rap­pe­ler que, si l’o­pé­ra­tion cible la tranche d’âge 50 – 75 ans, toutes les femmes doivent se mon­trer atten­tives. « Il est impor­tant de res­ter en alerte sur ce qui pour­rait sur­ve­nir : une colo­ra­tion de la peau, la forme du sein qui se bos­selle un peu… Des choses comme cela qu’il est impor­tant de signa­ler à son méde­cin. Cette vigi­lance, en plus du dépis­tage, elle est vrai­ment néces­saire toute la vie ! »

 

Magali Guillot, vice-présidente du Département déléguée à la santé. DR

Magali Guillot, vice-pré­si­dente du Département délé­guée à la santé. © Républicains38

Nouveauté pour cette édi­tion 2016 en Isère ? Une atten­tion toute par­ti­cu­lière por­tée aux per­sonnes han­di­ca­pées, en par­te­na­riat notam­ment avec l’Afipaeim, l’Association fami­liale de l’Isère pour enfants et adultes han­di­ca­pés intel­lec­tuels.

 

Sur l’af­fiche, réa­li­sée par le Département en par­te­na­riat avec l’ODLC et l’Afipaeim, pose ainsi Anne, une quin­qua­gé­naire atteinte de tri­so­mie habi­tant Bourgoin-Jallieu.

 

« Nous avons voulu faire res­sen­tir que toutes les femmes sont égales devant la mala­die, et faire valoir que le han­di­cap n’empêche pas d’être une femme consciente de l’u­ti­lité du dépis­tage », reven­dique Magali Guillot, vice-pré­si­dente du Conseil dépar­te­men­tal délé­guée à la santé.

 

 

 

Polémiques

 

 

La cam­pagne Octobre rose ne fait cepen­dant pas l’u­na­ni­mité, et s’ac­com­pagne volon­tiers chaque année de polé­miques ou de voix dis­cor­dantes. Sur le fond tout d’a­bord, où cer­tains dénoncent un “mammo-busi­ness”, quand d’autres remettent en cause la réa­lité de l’im­pact médi­cal du dépis­tage sys­té­ma­tique.

 

L'affiche Octobre Rose 2016 réalisée par le Département met en avant les femmes atteintes de handicap. DR

L’affiche Octobre Rose 2016 réa­li­sée par le Département met en avant les femmes atteintes de han­di­cap. DR

Si Alexia, pré­si­dente d’Osez le fémi­nisme 38, se réjouit que l’on parle de ce can­cer « alors que la méde­cine en géné­ral se sou­cie peu du corps des femmes », elle ne s’en montre pas moins dubi­ta­tive : « Il n’y a pas vrai­ment de consen­sus scien­ti­fique. Une étude montre que des femmes vont avoir des sur­diag­nos­tics, voire des faux posi­tifs… »

 

« On pense qu’il est impor­tant de don­ner le choix aux femmes de peser, en leur âme et conscience, le pour et le contre. De savoir si elles prennent le risque de faire une mam­mo­gra­phie, ou si elles prennent le risque de ne pas en faire. Dans tous les cas, il faut res­pec­ter le choix indi­vi­duel des femmes », note encore Alexia, qui juge la cam­pagne d’Octobre rose trop anxio­gène ou auto­ri­taire. Sans pour autant pré­tendre, insiste-t-elle, que la mam­mo­gra­phie est inutile.

 

 

 

Le fond… et la forme ?

 

 

Autres cri­tiques, sur la forme : choix esthé­tiques, cou­leur rose omni­pré­sente… À l’o­ri­gine de cette grande cam­pagne de dépis­tage du can­cer du sein et de son ruban rose ico­nique ? Une marque de… cos­mé­tique. Estée Lauder, cofon­da­trice avec son mari de l’en­tre­prise qui porte son nom, s’est impli­quée dans cette lutte après avoir elle-même sur­vécu à un can­cer. Ceci expli­que­rait-il cela ?

 

Affiche réalisée par Estée Lauder contre le cancer du sein. À l'exception du ruban rose, on retrouve tous les codes de ce que l'on appelle le « porno chic ». DR

Affiche réa­li­sée par Estée Lauder contre le can­cer du sein. À l’ex­cep­tion du ruban rose, on retrouve tous les codes de ce que l’on appelle le « porno chic ». DR

Le regard d’une mili­tante fémi­niste sur la plu­part des outils de com­mu­ni­ca­tion concer­nant le can­cer du sein est sans appel : « Beaucoup de rose, un côté paillettes… Et aussi beau­coup d’i­mages de femmes nues, sexua­li­sées, sou­vent jeunes – alors que la cam­pagne vise les femmes de 50 ans –, des seins, des femmes sans tête… Un peu comme si le pro­blème dans le fait qu’une femme soit malade repo­sait dans le fait qu’elle ne soit plus dési­rable, qu’elle ne soit plus un objet sexuel », sou­ligne Alexia.

 

Il est vrai qu’une pro­me­nade sur le Web per­met de voir que les choix esthé­tiques des cam­pagnes – ou des évé­ne­ments entou­rant les cam­pagnes – d’Octobre rose reposent sou­vent sur une repré­sen­ta­tion très par­cel­laire du corps de la femme.

 

Et Alexia de dres­ser le constat qui fâche : « Dans les cam­pagnes sur le tou­cher rec­tal, on ne met pas en avant la beauté mas­cu­line, et on ne montre pas des fesses d’hommes… »

 

« Le sein est un organe très sexua­lisé, comme si les seins des femmes n’ap­par­te­naient plus aux femmes, déplore-t-elle. Le pro­blème du can­cer du sein n’est pas que phy­sique, même s’il peut être impor­tant pour cer­taines. Le pro­blème, c’est aussi la santé des femmes, qui vont devoir gérer la mala­die et tout le pro­to­cole qu’il y autour. »

 

 

 

Au-delà des canons et des clichés

 

 

Alexia note et salue tou­te­fois une « amé­lio­ra­tion » avec la cam­pagne d’Octobre rose 2016 en Isère. « Il n’y a pas de femmes sexua­li­sées sur l’af­fiche, et c’est impor­tant de ne pas oublier une caté­go­rie de femmes. C’est bien d’a­voir mis des femmes de tous types, de tous styles, c’est un effort louable, même si ça ne per­met pas d’ou­blier tout le reste autour. »

 

Tout le reste autour ? Cette cou­leur rose, omni­pré­sente, « essen­tia­liste » pour Alexia. Côté Département, on prend la chose avec une pointe d’hu­mour : « La cam­pagne s’ap­pelle Octobre rose, heu­reu­se­ment qu’il y a du rose ! », s’a­muse Magali Guillot, qui pré­cise pour autant elle-même ne plus for­cé­ment asso­cier le rose à la fémi­nité. Le Conseil dépar­te­men­tal devait en fait aussi com­po­ser avec une charte gra­phique – cou­leur et ruban – impo­sée au niveau natio­nal.

 

« Cette ques­tion du rose est par­ti­cu­liè­re­ment anec­do­tique par rap­port à tout le reste, ajoute-t-on encore au Département. Quand on regarde l’af­fiche, on voit qu’il y a une vraie rup­ture avec cette per­sonne qui n’é­pouse pas les canons de la beauté comme on se la repré­sente de manière cari­ca­tu­rale. Si le seul défaut de cette cam­pagne qui met en valeur une femme han­di­ca­pée, c’est d’a­voir uti­lisé le cli­ché du rose, c’est que nous avons rem­pli tous nos objec­tifs ! »

 

 

 

Florent Mathieu

 

 

Octobre rose sur la glace avec les Brûleurs de loups

 

Le rose, une cou­leur fémi­nine ? Les virils Brûleurs de loups ren­ver­se­ront les cli­chés, ce mardi 18 octobre, en por­tant un maillot aux cou­leurs d’Octobre rose à l’oc­ca­sion de leur match contre Épinal.

 

Soirée Octobre Rose des Brûleurs de loups. DR

Soirée Octobre Rose des Brûleurs de loups. DR

Spécialement conçus pour l’oc­ca­sion, les maillots seront ensuite ven­dus aux enchères, et les béné­fices ver­sés à l’as­so­cia­tion Grops, Groupe de ren­contre en onco­lo­gie psy­cho soma­tique.

 

Le Grops regroupe des femmes atteintes ou ayant été atteintes d’un can­cer gyné­co­lo­gique. Elles orga­nisent per­ma­nences, groupes de paroles, confé­rences ou encore sor­ties cultu­relles.

 

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
3731 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.