Destruction des locaux de Métrovélo Gare. © Alexandra Moullec

“L’État matra­quant la liberté” : les des­sous d’une fresque polémique

“L’État matra­quant la liberté” : les des­sous d’une fresque polémique

DÉCRYPTAGE - La fresque "L’État matraquant la liberté" de l'artiste Goin bientôt ne sera plus. Réalisée sur les locaux de Métrovélo Gare dans le cadre de l'édition 2016 du Grenoble Street Art Fest, l’œuvre qui a tant fait polémique sera détruite d'ici le 10 juillet. Au-delà du débat relatif à la liberté d'expression, cette fresque a réveillé de nombreuses critiques concernant la politique culturelle de la Ville. 

 

 

 

"L'Etat matraquant la liberté" - Goin. © Alexandra Moullec

"L’État matraquant la liberté" - Goin. © Alexandra Moullec

Difficile d'échapper à la polémique. Le Figaro, L'Express, Le Huffington Post, Le Parisien, Les Inrocks, Le MondeToute la presse nationale s'en est donnée à cœur joie.

 

Les détracteurs de la fresque également. Parmi eux, notamment, Debout la France, pour qui cette fresque est une "honte », en plus d'être "abjecte ». Pour d'autres, il s'agit d'une œuvre "anti-police », "anti-démocratique », certains ayant fait le choix volontairement ou non d'y voir une attaque contre les forces de l'ordre.

 

De la "mauvaise foi" de la part de tous ceux ayant "une lecture frontale », estime Jérôme Catz, commissaire d'exposition et fondateur des centres d'art Spacejunk. L'intéressé se défend : "Cette fresque est composée d’une partie contemporaine actuelle, les flics avec leurs habits de flics, et d'une Marianne tirée de Delacroix, un tableau qui a deux cents ans."

 

"L'Etat matraquant la liberté" - Goin. © Alexandra Moullec

"L’État matraquant la liberté" - Goin. © Alexandra Moullec

Et d'ajouter : "C’est l’État en train de taper sur la liberté. L’article 49.3 est bien là. […] On a rajouté le titre “l’État matraquant la liberté”. On ne peut pas aller plus loin."

 

D'autant que Marianne est accoudée sur les livres 1984 de George Orwell et Brave New World d’Aldous Huxley, deux contre-utopies dénonçant chacune à leur manière des sociétés devenues cauchemardesques. Plusieurs voix se sont pourtant élevées, dont celle de Lionel Beffre, nouveau préfet de l'Isère, pour demander le retrait de la fresque.

 

 

 

Duel de tags

 

 

A contrario, une pétition citoyenne a été lancée pour "empêcher la censure ». "Ce dessin aurait pu figurer en une de Charlie Hebdo. La France s’est levée contre l’extrémisme [...] pour la liberté d’expression. […] Il y a plein de ministres qui se portent aujourd'hui en censeurs de cette liberté d’expression », fulmine Jérôme Catz.

 

"L'Etat matraquant la liberté" taguée - Goin. © Alexandra Moullec

"L’État matraquant la liberté" taguée - Goin. © Alexandra Moullec

S'en est suivi un duel de tags. Suite à la médiatisation de l’œuvre, des "anti-fresque" y ont apposé l'inscription "Stand up for the French police" (Levez-vous pour la police française", ont barré le titre de l’œuvre ainsi que l'inscription "49.3". Comme réponse, des "pro-fresque" ont réécrit le titre et apposé des "Je suis Charlie" avec des pochoirs.

Mais à y regarder de plus près, ce n'est pas seulement le débat sur la liberté d'expression qui est en jeu dans cette affaire. Beaucoup de critiques fusent contre la politique culturelle de la municipalité grenobloise.

 

 

 

"Cet épisode de la fresque est un révélateur"

 

 

Le metteur en scène Joël Pommerat signait, le 2 juin 2016, dans Libération la tribune "Grenoble, la déception de l'écologie culturelle" fustigeant la "politique libérale et populiste" menée par la municipalité. En cause, la suppression de la subvention municipale accordée à l'orchestre des Musiciens du Louvre en 2014, la reprise en main de la gestion du Théâtre 145 et du Théâtre de Poche en 2015, tous deux intégrés dans le giron du théâtre municipal où les compagnies sont invitées à jouer au chapeau.

 

Mobilisation contre la fermeture de la bibliothèque Alliance. © SeverineCattiaux

Mobilisation contre la fermeture de la bibliothèque Alliance. © Séverine Cattiaux

Sans oublier la baisse des subventions municipales accordées à la Maison de la culture (MC2) et la liquidation de la salle de concert le Ciel, consacrée aux musiques actuelles.

 

Le 10 juin 2016, Élise Colin-Madan, une Grenobloise auto-proclamée "chauvine", faisait publier dans Les Antennes une lettre ouverte suite à la fermeture de plusieurs lieux culturels, dont des bibliothèques.

 

Pour certains, l'affaire "fresque" est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. A l'image de Matthieu Chamussy, conseiller municipal d'opposition Les Républicains : "Cet épisode de la fresque est un révélateur" de l'action municipale au niveau culturel "dans le sens où toute décision en matière culturelle est d'abord politique. [...] La culture est instrumentalisée."

 

Et d'ajouter : "Ça a commencé dès le début du mandat avec l'attribution d'une subvention à un collectif d'artistes" engagés "contre l'achèvement de l'autoroute A51." Sans compter "l'arrêt brutal et non négocié de la totalité de la subvention aux Musiciens du Louvre. La dernière fois qu'un tel événement s'était produit en France, c'était une mairie Front national, à Orange."

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 60 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

AM

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes souffle ses dix bou­gies pour son édi­tion 2024

ÉVÉNEMENT - L'année 2024 marque le dixième anniversaire du Street Art Fest Grenoble-Alpes, dont la nouvelle édition est annoncée du 24 mai au 30 juin. Lire plus

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Les Musées de l'Isère à l'honneur avec Musées en fête - Nuit des musées, samedi 18 et dimanche 19 mai
Les Musées de l’Isère à l’hon­neur tout le week-end avec Musées en fête – Nuit des musées

ÉVÉNEMENT - Les musées de l'Isère sont à l'honneur le week-end du samedi 18 et dimanche 19 mai 2024, avec le rendez-vous Musées en fête Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

"Femme et racisée", Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité grenobloise après s'être vue refuser la délégation Égalité des droits?
« Femme et raci­sée », Maude Wadelec a‑t-elle quitté la majo­rité gre­no­bloise après s’être vue refu­ser la délé­ga­tion Égalité des droits ?

FOCUS - Pour quelles raisons Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité du conseil municipal pour figurer désormais parmi les élus d'opposition, en tant que non Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !