Damien Arnaud : “Le festival Magic Bus se veut festif et convivial”

sep article

ENTRETIEN – La 15e édition du festival Magic Bus, dédié aux musiques actuelles, se tiendra les 20 et 21 mai prochains, à l’Esplanade de Grenoble. Damien Arnaud, coordinateur de l’association Retour de scène – en charge du festival depuis sa fusion avec Dynamusic en 2014 –, revient avec nous sur la genèse de Magic Bus et sur la programmation de cette nouvelle édition.

 

 

 

Entretien mené par Marion Serguier et Camille Veyres*

 

 

 

Comment est né le festival Magic Bus ?

 

Damien Arnaud, co-président de l'association Retour de scène. DR

Damien Arnaud, coor­di­na­teur de l’as­so­cia­tion Retour de scène. DR

En fait, avant d’être un fes­ti­val, le Magic Bus était un dis­quaire à Grenoble [ins­tallé rue Gabriel Péri, ndlr] spé­cia­lisé dans la scène locale. Il pas­sait donc pas mal de groupes des envi­rons.

 

Pour aller un peu plus loin, les pro­prié­taires se sont mon­tés en asso­cia­tion et de petits concerts ont été orga­ni­sés chez ce dis­quaire une fois par semaine. Afin de créer un moment plus fort, ils ont ensuite décidé de créer le fes­ti­val Magic Bus. A l’origine, c’était donc un fes­ti­val essen­tiel­le­ment axé sur la scène locale.

 

 

La scène locale tient-elle toujours une place importante dans la programmation du festival ?

 

Il y a aujourd’­hui plus de têtes d’affiche qu’auparavant. Mais, en géné­ral, on essaie de pro­gram­mer un ou deux groupes locaux par soir.

 

 

Quels genres musicaux privilégiez-vous ?

 

On est un fes­ti­val de musiques actuelles qui a une cou­leur de pro­gram­ma­tion assez fes­tive, popu­laire. A Grenoble, je pense que les gens sont contents d’a­voir cet évé­ne­ment convi­vial en plein air au mois de mai. C’est la fin des par­tiels, en plus ! Donc les étu­diants répondent bien à l’ap­pel, ils se font plai­sir avec Magic Bus qui ouvre la sai­son des fes­ti­vals d’été tout en res­tant en ville.

 

 

L’association assume également une mission d’accompagnement des groupes locaux. Pour ces groupes, être programmé pendant le festival est-il l’aboutissement de cet accompagnement ?

 

Pas for­cé­ment. Nous avons déjà le par­cours de la Cuvée gre­no­bloise, com­pi­la­tion d’une quin­zaine de groupes locaux, édi­tée chaque année à par­tir du mois de jan­vier. Certains groupes sont pro­gram­més pen­dant le fes­ti­val, mais tous ne cor­res­pondent pas for­cé­ment à l’esprit du Magic Bus.

 

 

 

Comment se fait le choix des artistes ?

 

 

Affiche de la 15e édition du festival Magic Bus.

Affiche de la 15e édi­tion du fes­ti­val Magic Bus.

A Grenoble, c’est assez com­pli­qué car il y a une offre de concerts énorme, en fes­ti­val comme en salle. On a dû se repo­si­tion­ner au fur et à mesure de l’ou­ver­ture de nou­velles salles.

 

 

Depuis deux ans, on axe vrai­ment sur une pro­gram­ma­tion de groupes qui ne passent pas dans les salles gre­no­bloises. Par exemple, on a pro­grammé des groupes “his­to­riques”, comme Massilia Sound System l’an der­nier. Ce sont des groupes qui ras­semblent les géné­ra­tions, ce qui nous tient à cœur.

 

 

Cette année, on peut avoir des anciens comme Babylon Circus ou Asian Dub, et des choses beau­coup plus récentes comme Vald ou Vandal qui ont vrai­ment une grosse actua­lité en ce moment.

 

 

 

Le festival est-il amené à prendre de l’envergure ?

 

 

Ce n’est pas le sou­hait de l’é­quipe. A l’o­ri­gine, l’i­dée était vrai­ment de mon­trer l’ef­fer­ves­cence propre à la région. Notre volonté serait plu­tôt de reve­nir à ces ori­gines-là. Peut-être que le fes­ti­val chan­gera dans sa forme, s’é­ta­lera sur plus de jours, se diver­si­fiera… Mais nous n’a­vons pas du tout l’am­bi­tion de faire du gros volume. Et puis les gros fes­ti­vals ont un côté imper­son­nel. Là, on est sur une jauge à deux mille per­sonnes, ça reste un fes­ti­val à taille humaine.

 

Cette année, d’ailleurs, on a fait le choix d’en­le­ver le cha­pi­teau qui était sur le site du Magic Bus de façon his­to­rique. C’était un cha­pi­teau rec­tan­gu­laire, pas très joli. On l’en­lève pour une grosse scène ouverte à la place. On se calque donc sur les fes­ti­vals d’été. Reste à espé­rer que la météo sera clé­mente !

 

 

* Propos recueillis par Marion Serguier et Camille Veyres, étudiantes en Master Diffusion de la culture

 

 

INFOS PRATIQUES

 

Festival Magic Bus

Esplanade Grenoble

 

Vendredi 20 et samedi 21 mai

Pass 1 jour Early bird : 20 euros

Pass 1 jour Plein tarif : 24 euros

Pass 2 jours : 35 euros

 

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
2628 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.